Aller au contenu principal

Irrigation
Gestion volumétrique de l'eau, de quoi parle-t-on ?

A l'occasion d'une rencontre sur la gestion de l'eau entre services de l'état et profession agricole le 12 août dernier dans le bassin versant de l'Avre, cette dernière est revenue sur le principe de gestion volumétrique de l'eau.

Irrigation sur pommes de terre.
© Arvalis

« L’irrigation est très encadrée dans la Somme, seul département qui applique depuis 2017 la gestion volumétrique intégrale », soulignait la Chambre départementale d’agriculture lors de la rencontre avec la préfecture, le 12 août dernier, à Faverolles.

Pour pouvoir arroser, chaque irrigant doit en effet disposer d’un volume d’eau qui lui est alloué pour l’année en fonction de son assolement. Des cultures prioritaires sont fixées par arrêté préfectoral, donnant chacune droit à un volume d’eau en fonction de ses besoins vitaux. Il s’agit essentiellement des cultures légumières de plein champ (pois, haricots, épinards, carottes, salsifis, asperges…), des pommes de terre, des endives, des oignons et du lin. Le volume alloué à l’exploitation est l’addition des volumes attribués pour chacune des cultures prioritaires de l’assolement.

Tant qu’aucune mesure de restriction n’est prise, l’agriculteur est libre d’arroser les cultures qu’il souhaite, sans dépasser son volume maximal attribué. En revanche, dès que des mesures de restriction sont mises en place, seules les cultures prioritaires sont irrigables et le volume alloué qui n’est pas encore consommé est réduit de 21% si le seuil « alerte » est atteint, puis de 31% si le seuil « alerte renforcée » est atteint.

Encadrement des volumes et traçabilité

L’agriculteur qui irrigue ses cultures est en outre soumis à différentes obligations déclaratives : déclarer à la DDTM des surfaces en cultures prioritaires et les matérialiser sur plan ; identifier les forages qui seront utilisés ; déclarer les volumes déjà consommés pour l’année lors du franchissement du seuil d’alerte ou d’alerte renforcée ; déclarer à la DDTM en fin de campagne d’irrigation la consommation totale de l’année. Pour la Chambre d’agriculture, « la gestion volumétrique est un dispositif très encadré qui responsabilise les agriculteurs. Ils connaissent la quantité maximum qu’ils peuvent utiliser sur la saison, et la gèrent au mieux en fonction des besoins de leurs cultures ».

Convaincue que la gestion volumétrique a « un véritable effet sur la limitation des volumes en cas de déclenchement des mesures de restriction », et qu’elle permet « une traçabilité précise de l’utilisation de l’eau par les agriculteurs », la Chambre rappelle enfin que « de nombreux contrôles sont effectués ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde