Aller au contenu principal

Gibiers : 2018 était une année riche en dégâts de sangliers

La commission dégâts aux cultures de la FDSEA s’est réunie le 18 décembre pour faire le point sur les dossiers de l’année et les réattributions de bracelets pour les sangliers.

Une vingtaine de délégués ont pu s’exprimer lors du tour de table.
Une vingtaine de délégués ont pu s’exprimer lors du tour de table.
© Fanny Godard



Emmanuel Lavoisier, directeur adjoint de la Fédération des chasseurs de la Somme était présent aux côtés de Denis Delattre lors de la réunion de la commission.
Dossier dense de l’année, la régulation du blaireau au sein du département. L’occasion pour la commission de faire le point sur les prélèvements pour la période du 15 juin au 15 septembre par les lieutenants de louveterie et les piégeurs agréés. Une opération chapeautée par la Fédération des chasseurs, avec l’aide financière de la FDSEA de la Somme pour l’achat de 6 000 collets. Sur les 296 communes piégées du département, 1 349 blaireaux ont été colletés.
Denis Delattre a profité de la réunion pour aborder globalement le prochain schéma départemental de gestion cynégétique, qui sera pris au premier trimestre 2019. L’aménagement du territoire, la problématique de l’agrainage et la sécurité à la chasse ont attiré l’attention de la commission. Emmanuel Lavoisier a profité de sa prise de parole pour rappeler que «l’agrainage restait un éternel débat dans le département». Force est de constater que certains détenteurs du droit de chasse (et/ou droit de chasser) abusent de l’agrainage dans les marais et en plaine, et ce, malgré une forte fructification en forêt.
Côté sangliers, on compte dans la Somme prés de 1 700 animaux prélevés au 15 décembre dernier, avec un retard des prélèvements à la suite des tirs d’été et peu de prélèvements effectués dans les maïs précoces cette année. Les conséquences de la surpopulation de sangliers sont non négligeables dans le département puisque l’on compte 800 000 € de dégâts causés aux cultures pour l’année 2018, et des sangliers qui occupent en permanence les moutardes.
Comme le sanglier n’est pas classé comme espèce nuisible dans le département, le plan de chasse a pour but d’imposer des prélèvements minimums à réaliser. Concernant l’attribution de bracelets, celle-ci a eu lieu lors de la dernière commission départementale et 90 % des demandes de réattributions ont été satisfaites.

8 500 bracelets sangliers distribués
A noter que pour les points noirs, tout détenteur peut réclamer des attributions de bracelets sans attendre le passage en commission, et ce jusqu’au 15 février prochain. Enfin, Emmanuel Lavoisier a rappelé que «la mutualisation des plans de chasse était une bonne chose», l’occasion de réaliser de grandes battues et de prélever au mieux au sein des circonscriptions. L’année 2018 se termine ainsi avec 8 500 bracelets sangliers distribués dans la Somme, et ce n’est pas fini !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde