Aller au contenu principal

GIE Lait-Viande : réfléchir et bâtir son projet d’installation

L’installation en élevage au cœur des débats de l’assemblée du GIE Lait-Viande Nord Picardie.

Jean-Baptiste Soufflet a présidé le GIE pendant douze ans.
Jean-Baptiste Soufflet a présidé le GIE pendant douze ans.
© AAP

«Malgré les difficultés qui existent en élevage, des jeunes s’installent encore». C’est sous un vent d’optimisme que Jean-Baptiste Soufflet a tenu ces propos le 26 juin à Amiens lors de l’assemblée générale du GIE lait-viande Nord Picardie tenue sous sa dernière présidence.
«Pour s’installer en élevage, plusieurs solutions existent», a affirmé Jocelyne Machefer, chargée de mission au GIE lait-viande, en présentant quelques exemples possibles. «L’installation avec capitalisation progressive» : l’exploitant embauche un salarié en vue d’une installation, soit en remplacement d’un associé ou pour conforter un atelier existant. Le candidat, salarié dans l’exploitation, voit une partie de sa rémunération capitalisée dans l’entreprise permettant ainsi le financement de son installation.
Autre exemple : « les capitaux détenus par un tiers». Le principe est qu’un associé non exploitant finance une partie du capital, les capitaux étant rémunérés en fonction des résultats de l’entreprise après rémunération du travail des associés exploitants. Le cédant peut donc rester dans la structure et cela baisse le coût à la reprise.
Ces formes d’installation ne sont que des exemples, parmi tant d’autres. «Chaque schéma d’installation a ses avantages et ses inconvénients, mais il doit être en adéquation avec les besoins et les envies du futur chef d’exploitation», a commenté Jocelyne Machefer.

Du coaching avant de s’installer
Damien Devienne, installé en Gaec avec son frère depuis décembre 2011, en a témoigné. «Mes deux frères et moi avions pour projet de s’installer ensemble. Vu le contexte régional par rapport aux reprises, notre projet était de quitter la région», a-t-il expliqué. S’associer avec sa famille et travailler ensemble n’est pas chose simple. Tous trois ont donc décidé de réfléchir à leur installation. «Nous avons recouru à une personne extérieure qui nous a fait travailler individuellement sur nos projets personnels et professionnels. Travailler sur soi n’est pas évident, mais je ne regrette en rien la démarche effectuée. Nous avons pris conscience que nous n’avions pas les mêmes envies», a poursuivi Damien Devienne. Il est maintenant installé avec l'un de ses frères sur l’exploitation familiale. L’autre frère s’est installé dans une autre région. Des installations bien loin de ce qu’ils avaient prévu au départ.
L’installation doit être réfléchie et travaillée afin qu’elle se passe dans les meilleures conditions et qu’elle soit durable. Ce témoignage en est la parfaite illustration.

Amélioration des conditions de travail
S’installer en élevage a des avantages, mais aussi des inconvénients. Le GIE lait-viande travaille depuis quelques années sur l’amélioration des conditions de travail en élevage à travers le programme Vivre l’élevage en Picardie. Objectif : aider les éleveurs à faire le point sur leur exploitation et trouver des solutions pour que leur travail soit moins pénible.
Le contrat de projet Etat Région 2007-2013 apporte également des financements pour travailler sur ce sujet. 246 000 euros ont été attribués au Nord Pas de Calais et 338 393 euros à la Picardie au profit des filières lait, viande et ovine. «En Picardie, le maintien de l’élevage est une priorité» a commenté Laurent Tribout de la Draaf de Picardie afin d’expliquer la différence de financement. Cet argent finance en partie des suivis techniques collectif ou individuel d’éleveurs. Il prend également en charge une partie des investissements réalisés dans les élevages en lien avec l’amélioration des pratiques, l’aménagement des bâtiments, la contention. Maintenir l’élevage, aider les éleveurs, tout un programme suivi par le GIE.

Jean-Baptiste Soufflet passe la main

Après douze années à la tête du GIE Lait-viande, Jean-Baptiste Soufflet a passé la main. «Une personne humble, discrète, mais qui a su faire passer ses idées, des bonnes idées», n’a pas manqué de rappeler Daniel Roguet, président de la chambre d’agriculture de la Somme. Il a été notamment à l’initiative de la charte des bonnes pratiques d’élevage dans la région. Aujourd’hui, près de 8 000 éleveurs sont engagés et adhérents à cette charte, soit 65% des éleveurs. C’est Ludovic Cauchois, éleveur de Blondes d’Aquitaine à Le Tronchoy (80), qui lui succède.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde