Aller au contenu principal

Glyphosate : on manque encore d’alternatives

Plus de trois agriculteurs sur quatre n’identifient pas d’alternatives au glyphosate, selon une enquête des instituts techniques Acta, Arvalis, Fnams, ITB, Terres Inovia publiée le 17 avril.

L’enquête a recueilli 10 183 réponses, dont 7 677 réponses complètes, ce qui est plutôt important pour une enquête 
en ligne, d’après Arvalis.
L’enquête a recueilli 10 183 réponses, dont 7 677 réponses complètes, ce qui est plutôt important pour une enquête
en ligne, d’après Arvalis.
© Arvalis

Ils sont 77,5 % à dire ne pas savoir comment faire sans cet herbicide, parmi un échantillon de
7 677 producteurs en grandes cultures. Interrogés sur d’éventuelles solutions, les utilisateurs de glyphosate déclarent à 90 % vouloir intensifier les déchaumages et passages mécaniques avant le semis, à 84 % les faux semis, à 75 % les interventions mécaniques dans les intercultures et les cultures, à 55 % le labour.

Besoin de rééquipement
Ce recours au travail du sol implique de se rééquiper pour 67 % d’entre eux, avec d’«importantes conséquences économiques (investissements), agronomiques (érosion, matière organique...), environnementales (consommation de carburant, bilan carbone...), organisationnelle (capacité à travailler toute la surface, main-d’œuvre, jours disponibles)», soulignent les instituts. D’autres inquiétudes sur la fin du glyphosate portent sur «de probables recrudescences de vivaces et d’adventices annuelles», voire des risques sanitaires accrus (ergot, adventices allergisantes ou toxiques). «La viabilité d’exploitations ou de systèmes» est même remise en cause, à l’instar de l’agriculture de conservation des sols.
Les agriculteurs pointent, dans leurs commentaires, les «incohérences» liées au retrait du produit, selon les instituts : une ré-intensification du travail du sol qui vient à l’opposé des objectifs nationaux de réduction du CO2 et des exigences de gestion des couverts obligatoires dans le cadre de la directive nitrates.

Une large utilisation
Les sondés en système de labour sont plutôt des utilisateurs ponctuels de glyphosate (une année sur trois), sur des surfaces limitées (moins de la moitié de l’exploitation), à des doses assez importantes (environ 3 l/ha, variables selon les usages: jusqu’à 5 l/ha sur les vivaces). À l’inverse, les répondants en système de non-labour sont des utilisateurs plus fréquents de glyphosate (tous les ans), sur des surfaces importantes (toute la SAU traitée) mais à doses faibles (environ 1 l/ha, voire moins en interculture d’été). Les instituts rappellent que les doses homologuées, pour une spécialité à 360 g/l de glyphosate, varient de 3 à 7 l/ha en fonction de la cible. Chez ceux qui n’utilisent pas de glyphosate, les méthodes de gestion des adventices passent par un basculement dans l’agriculture bio ou bien par un allongement de la rotation des cultures et un changement de travail du sol (labour, faux-semis, etc).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde