Aller au contenu principal

Glyphosate : vers plus de transparence sur les usages

Lors de la première audition de la mission d’information dédiée à la stratégie de sortie du glyphosate, le 8 novembre, les ministres de l'Agriculture et de la Transition écologique ont annoncé que, d’ici la fin 2018, une cartographie d’achat et de vente de glyphosate sera rendue publique. Le ministre de Transition écologique François de Rugy est revenu sur son utilisation en France. Il reste le premier herbicide utilisé en France avec 8 800 tonnes vendues en 2017. Un chiffre qui était en baisse de 7 % entre 2014 et 2017, après une «forte augmentation» entre 2009 et 2014 (9500 tonnes en 2014). Concernant les nouvelles autorisations de mise sur le marché (AMM), sur les 198 produits, incluant du glyphosate, qui ont une autorisation, 58 demandent actuellement un renouvèlement. «Les autorisations ne seront données qu’après une analyse pour exclure les usages ayant des alternatives avérées», indique le ministre de la Transition écologique. De plus, «trois quarts des autorisations tomberont d’ici la fin de l’année, avec ensuite des délais d’écoulement des stocks» du fait de l’interdiction de l’utilisation du glyphosate par les particuliers et les collectivités au 1er janvier, a-t-il expliqué.

Le gouvernement maintient la pression pour tenir son cap

Les députés de la mission d’information dédiée à la stratégie de sortie du glyphosate ont commencé leurs travaux par les auditions des ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture, le 8 novembre. L’objectif de la mission est de vérifier l’effectivité du plan de sortie prévue par le gouvernement. Ainsi, elle durera trois ans et effectuera un premier point d’étape au bout d’un an, a précisé son président, Julien Dive, député LR. Peu d’annonces et une ligne gouvernementale tenue. «Trois ans, c’est la ligne d’arrivée», a affirmé Didier Guillaume, expliquant qu’il n’y aurait pas de prolongation. Et François de Rugy de surenchérir: «S’il ne se passe rien d’ici 2021, nous sommes prêts à passer la loi ou la voix réglementaire». Concernant le surcoût engendré pour les agriculteurs, le ministre de l’Agriculture admet que «pour l’instant, il n‘y a pas de soutien financier particulier de l’État en dehors de toutes les mesures de droit commun». Mais les deux ministres s’accordent sur l’importance de la loi Egalim pour que les distributeurs incluent les coûts de production dans leur prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Dans certaines régions de production, les conditions d’arrachage et de stockage ont été perturbées par les conditions  météorologiques, obligeant planteurs, usines et coopérative à s’adapter.
Les trois raisons d’une rémunération «jamais atteinte» pour les betteraviers de Tereos

Le groupe coopératif sucrier Tereos a annoncé fin de semaine dernière une rémunération «jamais atteinte» des betteraves à ses…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde