Aller au contenu principal

Glyphosate : vers plus de transparence sur les usages

Lors de la première audition de la mission d’information dédiée à la stratégie de sortie du glyphosate, le 8 novembre, les ministres de l'Agriculture et de la Transition écologique ont annoncé que, d’ici la fin 2018, une cartographie d’achat et de vente de glyphosate sera rendue publique. Le ministre de Transition écologique François de Rugy est revenu sur son utilisation en France. Il reste le premier herbicide utilisé en France avec 8 800 tonnes vendues en 2017. Un chiffre qui était en baisse de 7 % entre 2014 et 2017, après une «forte augmentation» entre 2009 et 2014 (9500 tonnes en 2014). Concernant les nouvelles autorisations de mise sur le marché (AMM), sur les 198 produits, incluant du glyphosate, qui ont une autorisation, 58 demandent actuellement un renouvèlement. «Les autorisations ne seront données qu’après une analyse pour exclure les usages ayant des alternatives avérées», indique le ministre de la Transition écologique. De plus, «trois quarts des autorisations tomberont d’ici la fin de l’année, avec ensuite des délais d’écoulement des stocks» du fait de l’interdiction de l’utilisation du glyphosate par les particuliers et les collectivités au 1er janvier, a-t-il expliqué.

Le gouvernement maintient la pression pour tenir son cap

Les députés de la mission d’information dédiée à la stratégie de sortie du glyphosate ont commencé leurs travaux par les auditions des ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture, le 8 novembre. L’objectif de la mission est de vérifier l’effectivité du plan de sortie prévue par le gouvernement. Ainsi, elle durera trois ans et effectuera un premier point d’étape au bout d’un an, a précisé son président, Julien Dive, député LR. Peu d’annonces et une ligne gouvernementale tenue. «Trois ans, c’est la ligne d’arrivée», a affirmé Didier Guillaume, expliquant qu’il n’y aurait pas de prolongation. Et François de Rugy de surenchérir: «S’il ne se passe rien d’ici 2021, nous sommes prêts à passer la loi ou la voix réglementaire». Concernant le surcoût engendré pour les agriculteurs, le ministre de l’Agriculture admet que «pour l’instant, il n‘y a pas de soutien financier particulier de l’État en dehors de toutes les mesures de droit commun». Mais les deux ministres s’accordent sur l’importance de la loi Egalim pour que les distributeurs incluent les coûts de production dans leur prix.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
La crise qui secoue la gouvernance de Tereos a-t-elle trouvé une issue ce soir ? Réponse dans les prochaines heures.
Gouvernance de Tereos : Xavier Laude, Jérôme Hary et Gérard Clay confortés dans leur mandat
Saisi en référé, le Tribunal de Senlis a rendu sa décision aujourd'hui sur la capacité de trois membres du conseil de…
Tom Vilsack
Aux Etats-Unis, Biden devrait finalement choisir Tom Vilsack pour l’agriculture
Le président américain élu, Joe Biden, prévoit de nommer l'ancien gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack, au poste de secrétaire…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde