Aller au contenu principal

Semences
Graminées : Agrial/Benoist Sem interlocuteur des producteurs

Une solution opérationnelle pour les producteurs pour la récolte 2012.

80 multiplicateurs ont suivi les travaux de l’Amsbpr et ont marqué leur attente de clarification auprès d’Agrial/Benoist Sem.
80 multiplicateurs ont suivi les travaux de l’Amsbpr et ont marqué leur attente de clarification auprès d’Agrial/Benoist Sem.
© AAP

Au moment où la récolte des graminées de 2012 s’ouvre, les producteurs du bassin d’Airaines ont trouvé un interlocuteur pour la récolte 2012. Il s’agit de la société Benoist Sem filiale de la coopérative normande Agrial, qui s’est vu autoriser il y a quelques jours le bénéfice d’un transfert de contrats issus des Ets Laboulet. Dès lors, l’Amsbpr (association qui s’est constituée entre les producteurs du bassin d’Airaines au lendemain du placement des Ets Laboulet en redressement judiciaire) a réuni ses adhérents pour dresser l’état des lieux de la situation et expliquer les conditions dans lesquelles la récolte devrait se poursuivre.

Un partenaire crédible
Le premier sentiment est celui d’une certaine satisfaction immédiate, puisque les récoltes en terre vont pouvoir être commercialisées à un partenaire que les producteurs jugent solide et crédible, tant d’un point de vue financier que technique dans le métier des semences.
Par ailleurs, Benoist Sem souhaite, dans un courrier envoyé à tous les producteurs, rétablir un climat apaisé pour le développement de ces productions. Cependant, quelques incertitudes demeurent quant à la formalisation de la relation commerciale pour la récolte.

Besoin de clarifier les prix
La première nécessité est de clarifier les prix. En effet Agrial/Benoist Sem propose d’exécuter les contrats sur la base des dernières discussions de prix. Or, ces discussions ont eu lieu en juin 2011, dans un cadre non formel, et il semble qu’il y ait dans les propositions individuelles des incohérences entre les prix proposés et ceux retenus il y a un an. Tant et si bien que l’Amsbpr demande à Agrial/Benoist Sem de clarifier la grille des prix payés selon les espèces et les variétés, et de la transmettre à chaque producteur pour vérification.

Transférer l’inexistant ?
Autre point posant question : comment transférer un contrat n’existant plus. C’est en résumé la question qui ressort de l’impasse juridique actuelle, car la majorité des contrats a été dénoncée, et les producteurs souhaitent clairement poursuivre le fruit de leur travail avec Agrial/Benoist Sem, mais absolument dans un contexte juridique conforme.
Là encore, l’Amsbpr souhaite de toute urgence trouver les modalités adaptées avec le semencier pour répondre à l’urgence de la situation.

Construire l’avenir
Les récoltes 2012 ne sont pas encore achevées mais arrivent les questions pour l’avenir. Un avenir qui passe aux yeux des producteurs par une rémunération significative ; ceux qui ont maintenu leur culture en terre ont en effet contribué largement au sauvetage du bassin et de l’outil, et cette prise de risque mérite récompense. Mais un avenir qui passe aussi par des perspectives de redéveloppement, et cela sur l’ensemble des espèces actuellement produites par le site d’Airaines.
Au final, si chacun a salué le travail de l’association pour, au départ déposer les créances, puis garantir une solution pour la récolte 2012, l’attention se porte à présent sur les nouvelles relations à établir entre les producteurs et Agrial/Benoist Sem. Les forces de l’AMSPBR se concertent à présent sur cet objectif.

Marche À suivre pour les livraisons 2012
• Si vous avez un contrat signé et non dénoncé, précisez l’année de récolte et de paiement sur le bordereau de transfert de contrat type du GNIS proposé  par les techniciens ; vérifiez le prix de base et signez.
• Si votre contrat est dénoncé, soit vous attendez un formalisme différent de la part d’Agrial/ Benoist Sem, soit vous amendez votre bordereau de transfert pour préciser qu’il ne s’agit pas d’un contrat en cours mais d’un contrat inexistant ou dénoncé ; vous joignez une copie du contrat initial (sans le signer s’il ne l’est pas), et du courrier reconnaissant la dénonciation du contrat (fourni aux membres de l’Amsbpr). Vérifiez le prix.
• Pour livrer, utilisez des bordereaux Agrial/Benoist Sem
• Veillez à ce que les bons de livraisons soient sous entête Agrial/Benoist Sem
• En cas de problème, appelez Sonia Salmistraro pour l’Amsbpr au 03.22.53.30.48, ou transmettez un mail à fnams.nordpicardie@gmail.com (le mail, relevé régulièrement est préférable).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde