Aller au contenu principal

Grandes cultures : une moisson rassurante

Les céréaliers ont eu chaud. Au sens propre comme au figuré, la canicule ayant soulevé des inquiétudes. Mais le résultat final est une assez belle récolte, sauf en colza.

© D. R.



«La récolte est globalement satisfaisante», affirme Jean-Olivier Lhuissier, directeur des activités agricoles chez Vivescia. Intervenue en fin de cycle de production, la canicule a bien joué les trouble-fêtes. Mais sans trop de dommages : «C’est dire le fort potentiel d’avant fin juin.» Le leader de la collecte dans le Grand Est parle de rendements en blé tendre de 3 à 5 % supérieurs à la moyenne quinquennale. Ils s’étalent de 85 à 95 q/ha en Champagne, de 70 à 80 q/ha dans les terres plus superficielles du Barrois. Avantage du temps sec : la qualité est restée au top, avec 12,5 % d’humidité, plus de 80 kg/hl en PS, un indice de Hagberg supérieur à 300/350 s, aucune pourriture en bout de cycle donc pas de fusariose. Le taux de protéines ressort au-delà de 11,5 %.
Le numéro un de la collecte céréalière française, Axéréal, qui s’étend de la Beauce à la Touraine et au Nivernais, observe lui aussi des rendements hétérogènes en blé tendre, de 70 à 80 q/ha, soit un bon niveau. Le PS, à 80 kg/hl minimum, est qualifié d’exceptionnel, le taux de protéines, à 11,5 % en moyenne, tout à fait correct. Autre poids lourd du secteur, Soufflet, dont la zone d’activité forme un large croissant de Rouen à Metz, note des rendements bons à très bons, autour de 75-76 q/ha, ce qui représente 10 % de plus que l’an dernier. La qualité est très satisfaisante, avec 11,5 % de protéines, plus de 80 kg/hl en PS, des teneurs en mycotoxines très faibles.
Tout au nord, la coopérative des Hauts-de-France Advitam entamait tout juste la récolte de blé, aux alentours du 20 juillet. «Il est trop tôt pour voir l’impact du coup de chaud», déclarait le directeur céréales Nicolas Foissey. L’épisode de fortes chaleurs fin juin a été plus bref dans la région, deux jours seulement ayant dépassé 30°. Un mois après, avec la nouvelle canicule, l’affaire se présentait bien : un rendement de 92-93 q/ha était signalé en variétés précoces, 5 % au-dessus de la moyenne sur dix ans. De très bons PS étaient notés, autour de 80-81 kg/hl, une benne affichant même la valeur record de 86 kg/hl. Le taux de protéines, à 11,3-11,4 %, apparaissait conforme à la normale. Reste à voir pour les variétés plus tardives.

Des chantiers en toute sérénité
«Les trois semaines de beau temps continu ont permis de récolter d’une traite : du jamais vu», souligne Baptiste Breton, codirecteur de La Tricherie, dans la Vienne. De gros débits de chantiers ont compliqué la tâche au niveau logistique, sachant que la coopérative doit gérer toute une palette de filières. Mais les producteurs ont accepté de décaler d’une demi-journée des livraisons au silo. Et les bons rendements avaient de quoi entretenir la bonne humeur : 75 q/ha dans l’ensemble, 15 % de plus que la moyenne.
Chez Dijon Céréales, la moisson «s’est déroulée sereinement» grâce à la météo qui a permis d’étaler les chantiers. Alain Lebel, le responsable exécution, n’indique «pas d’énorme coup de feu à gérer : les transitions entre les cultures ont été progressives». Le blé tendre montre une belle qualité, avec des critères physiques optimums ; le PS ressort à 79 kg/hl, le taux de protéines à 12,3 %, le W (force boulangère) est jugé satisfaisant ; aussi pour les critères technologiques. Pascal Demay, le directeur céréales, souligne une «collecte de blé très homogène en qualité». A la différence des rendements qui varient beaucoup, de 50 à 100 q/ha, les prévisions semblant toutefois dépassées sur la globalité de la coopérative.

Une faible pression des maladies
Plus à l’ouest, Terrena fait part de sa surprise en termes de rendements, meilleurs que prévus (+ 4 q/ha) avec des pointes en blé tendre à 100 q/ha, les résultats dans le Poitou étant considérés «exceptionnels». Le taux de protéines de 11 % ne soulève pas de difficulté. Un bon état sanitaire de la récolte est mis en avant, conséquence des faibles pluies.
La coopérative vendéenne Cavac enregistre aussi de bons rendements, supérieurs de 10 à 20 q/ha aux performances habituelles. Par effet de dilution, le taux de protéines décroche à 11,2 %.

Orge d’hiver
Côté orge d’hiver, Soufflet voit des rendements corrects, à 65 q/ha en zones intermédiaires, 85 q/ha dans les terres profondes. La façade Atlantique tire son épingle du jeu, avec 15-20 q/ha de plus qu’habituellement. Ça passe en qualité, le taux de protéines affichant 10,2 %, mais avec des disparités. Le calibrage, qui donne une estimation du rendement en brasserie, semble un peu bas par rapport à l’historique, à 80-81 %. Chez Axéréal, les rendements paraissent corrects au sud de la Loire, affectés par le gel au printemps, un cran au-dessus dans la partie nord, l’Eure-et-Loir atteignant 85 q/ha et quelques pics à trois chiffres. Le taux de protéines s’affiche plutôt bas, tout juste aux normes, à moins de 10 %. Les calibrages s’étalent de 70 à 85 %, meilleurs au nord de la Loire autour de 90 %.
Vivescia note des rendements 3 à 4 % supérieurs à la moyenne pluriannuelle avec une qualité correcte en protéines et calibrage. Du côté de Valfrance, entre Oise et Seine-et-Marne, de très bonnes performances sont notées en rendement (80 q/ha contre 75 q/ha en moyenne) et qualité (10 % de protéines, 84 % en calibrage, un PS exceptionnel de 66-67 kg/hl).

Orge de printemps
«L’orge de printemps va poser problème : elle manque de protéine, la moitié des volumes étant sous les 9,5 %» réclamés par les brasseurs, signale François Berson, directeur de la collecte chez Soufflet. Un tri à la réception est donc nécessaire. Même déception en termes de calibrage, à seulement 82 %. De bons, voire très bons rendements sont, en revanche, notés, compris entre 75 et 80 q/ha en zones intermédiaires, 80-100 q/ha dans les sols profonds. On parle même d’année record chez Océalia, où 70-75 q/ha sont enregistrés (contre 55-60 q/ha en moyenne). Avec un taux de protéines à 9,5 %, Jean-Michel Delavergne n’exprime pas d’inquiétudes : c’est habituellement le plafond de 11,5 % qui pose soucis vis-à-vis des brasseurs. Il juge même la qualité très satisfaisante, avec un calibrage de 90 %.

Colza
«Une récolte à vite oublier.» Voilà ce que Dijon Céréales retient de l’année 2019 pour le colza, dont la collecte recule de 50 % en un an. Le scénario ressemble à un cauchemar : mauvaise implantation dans le sec à l’automne, d’où un retournement de certaines parcelles, coup de gel lors de la floraison et forte pression des insectes (altises puis méligèthes) au printemps qui se traduisent par des siliques vides, canicule en juin faisant chuter le poids de mille grains.
Vivescia annonce 30 % de productivité en moins : la Champagne crayeuse atteint péniblement 30 q/ha, le Barrois 23-25 q/ha. Axéréal témoigne de rendements «pas bons sur les trois quarts du territoire», partant de 10-15 à 25 q/ha au pire, jusqu’à des performances «tout à fait correctes» au nord de Chartres et dans le Perche. Terrena se situe dans la moyenne pluriannuelle, entre 30 et 40 q/ha.

Blé dur
«Le blé dur est exceptionnel», déclare Christophe Vinet à la coopérative vendéenne Cavac. 72-75 q/ha sont relevés (+15 % par rapport à la moyenne). Dans le bassin traditionnel, la Dauphinoise signale aussi une belle à très belle qualité, avec un rendement de 58-60 q/ha (contre 55 q/ha). Au centre, la coopérative beauceronne Scael parle de 77 q/ha (contre 72-73 q/ha).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lait : un accord «historique» avec E. Leclerc
Le 9 juin, plusieurs laiteries et OP ont signé un accord avec E. Leclerc qui induit une rémunération supplémentaire de 5 €/1 000…
McCain s’engage dans l’agriculture régénérative
L’industriel spécialisé dans la transformation de la pomme de terre a annoncé le 9 juin son intention d’accompagner les…
Présence de rhizoctone brun sur tiges de pommes de terre.
Des parcelles de pommes de terre à surveiller
Mildiou d’abord, mais aussi traces de rhizoctone brun sur la tige et viroses sont à surveiller actuellement dans les champs de…
Désherbant non conforme : plus de peur que de mal... dans la Somme
Alertés au même titre que leurs homologues d’autres régions, les betteraviers de la Somme pourraient avoir échappé aux…
Des trucs et des astuces qui changent la vie
Ils en ont, de l’imagination, les éleveurs des Hauts-de-France. Dans les exploitations, des idées ingénieuses naissent pour…
Gérard Clay et Philippe de Raynal ont évoqué mardi 2 juin les contours de la stratégie qu’ils ont commencé à mettre en œuvre pour Tereos.
Pour trouver de meilleurs résultats, Tereos affiche un nouveau cap
Le groupe coopératif sucrier et amidonnier Tereos veut rapidement tourner la page d’un exercice 2020-2021 qui voit ses chiffres s…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde