Aller au contenu principal

Restauration écologique
Grattez, gagnez (?) et aidez à restaurer les tourbières de la Haute-Somme

Contribuer à la protection de la biodiversité près de chez soi pour 3 €. C’est l’objectif de «Mission nature», le jeu de grattage lancé par le groupe La Française des Jeux, disponible depuis le 23 octobre. Parmi les vingt projets bénéficiaires figurent les tourbières alcalines de la Haute-Somme, à Étinehem-Méricourt.

Le paysage qu’offre le belvédère de Chipilly, entre Corbie et Péronne, est époustouflant. Des hectares de marais, appelés tourbières alcalines, où la nature semble y reprendre ses droits après des années d’extractions humaines. Ce site est en fait à protéger. Gratter un ticket de la Française des jeux à 3 €* permettra d’y contribuer. C’est ce qu’annonçait Sarah El Haïry, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, chargée de la biodiversité, venue sur place ce 23 octobre, pour le lancement du «Mission nature» lancée ce même jour.

Après le succès de la «Mission Patrimoine», la loi de finances pour 2023 a prévu le lancement d’un nouveau jeu de grattage, en faveur des sites naturels cette fois. «Pour préserver la biodiversité, Mission Nature permet, grâce à la vente des tickets de grattage, de récolter des fonds directement versés à l’Office français de la biodiversité (OFB) pour le financement de projets de restauration du vivant», présente Sarah El Haïry. Une cinquantaine de candidatures ont été déposés, et vingt lauréats ont été désignés, parmi lesquels les milieux tourbeux alcalins d’Étinehem-Méricourt, «d’une grande richesse biologique et géologique». «L’objectif est de rendre ces zones à nouveau fonctionnelles et d’en faire une zone de quiétude pour la biodiversité. Nous accompagnons le maire pour la création de cette réserve et le soutien de Mission Nature va nous permettre d’aller au fond des choses», assure Christophe Lépine, président du Conservatoire d’espaces naturels des Hauts-de-France.

Quel est l’enjeu ici ? «Une tourbière est un type de zone humide qui présente un sol saturé en eau toute l’année. La tourbe est l’accumulation de matière qui se dégrade très peu dans ce milieu privé d’oxygène ou presque. Ici, certains endroits sont encore actifs, et continuent à créer de la tourbe. Y pousse une végétation bien particulière, qui abrite une biodiversité rare», explique Matthieu James, responsable du Conservatoire d’espaces naturels de la Somme.

En s’y promenant, il est possible d’entendre le sifflotement du Gorgebleue à miroir, passereau peut répandu en région, d’admirer la belle demoiselle Agrion joli voleter légèrement au-dessus de l’eau, la plante carnivore drosera à feuilles rondes ou, plus rare encore, de rencontrer une vipère péliade, «l’espèce à enjeu phare du site». Les tourbières sont aussi d’une aide précieuse pour lutter contre le réchauffement climatique. «En termes de stockage de carbone, cela représente  1 400 tonnes par hectare, soit dix fois plus qu’une forêt.»  Mais ces dernières années, les tourbières ont subi de fortes dégradations : assèchement, milieu qui se referment à cause des plantations…

 

Les éleveurs, précieux partenaires

Pour préserver, et même mieux, restaurer l’endroit, les élus locaux se sont lancés dans un programme d’envergure. L’objectif est d’améliorer l’irrigation sur  86 hectares. «Il va falloir déboiser et reprofiler les berges», ajoute Valentin Dromard, du Conservatoire d’espaces naturels. L’opération a déjà commencé, avec la «dépollution du site», soit le démontage des chalets et huttes de chasse qui s’y trouvaient, puisque l’endroit est désormais une réserve. Pour entretenir le tout, les éleveurs locaux sont de précieux partenaires. «En Hauts-de-France, nous travaillons avec  1 500 éleveurs, dont les troupeaux pâturent sur ces sites, et qui pratiquent de la fauche», pointe Christophe Lépine. «Ce loto est une opportunité de boucler notre plan de financement de 1,8 million d’euros, qui pourrait monter à 2,5 millions d’euros au total», se réjouit Franck Beauvarlet, maire d’Étinehem-Méricourt. La subvention prévisionnelle est de  800 000 €.

* Les tickets sont disponibles dans les 30 000 points de vente La Française des Jeux, sur https://www.fdj.fr/et sur l’application La Française des Jeux.

Découvrir un projet près de chez soi

Pour Sarah El Haïry, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique, chargée de la biodiversité, «ce loto est un bonus». Ce 23 octobre, elle rappelait que le premier pilier de la restauration de la nature en France est la stratégie nationale biodiversité. «C’est 10 Md € supplémentaires dans le budget de cette année, 40 Md € de budget du pôle transition environnemental et 1,2 Md€ d’augmentation pour la biodiversité spécifiquement», précise-t-elle. La «Mission nature» affiche une projection jusqu’à 6 M€ d’aides aux projets de restauration. L’élue est surtout persuadée que le jeu est un moyen de «rendre populaire des lieux près de chez soi». Si certains Samariens découvrent les tourbières alcalines des méandres de la Somme, les Meusiens en apprendront certainement sur les pelouses calcaires de la forêt d’exception de Verdun, les Occitans sont sensibilisés au retour du gypaète barbu sur leur territoire, plus grand rapace nécrophage d’Europe, et les habitants du Cap Taillat (Var) auront peut-être la joie de voir revenir les tortues d’Hermann, dont l’habitat a été détruit par l’incendie de 2017.

Les projets sont à découvrir sur /www.ofb.gouv.fr/mission-nature

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde