Aller au contenu principal

Greenpeace étrille députés et ministres pour leur inaction pour le climat

Quand les écolos se tirent entre eux dans les pattes, cela donne une ministre de la Transition écologique ex-membre d'EELV ou encore un député européen passé par une ONG pour la sauvegarde de la planète être en lice pour décrocher d'un prix dans le concours des « Boulets du climat » organisé par Greenpeace.

Les "Boulets du climat" visent à distinguer ministres et députés pour "leur inaction envers le climat", explique l'ONG Greenpeace.
Les "Boulets du climat" visent à distinguer ministres et députés pour "leur inaction envers le climat", explique l'ONG Greenpeace.
© Greenpeace

Les « Boulets du climat » sont à la politique ce que sont les « Gérard du cinéma » ; à savoir un prix satirique décerné aux « pires » personnalités politiques – députés et ministres - pour leur prestation pendant l’année. Les Boulets du climat, c'est autrement dit une initiative de Greenpeace France pour « éclairer les citoyens sur les décisions anti-climat prises par les responsables politiques au pouvoir, et récompenser ensemble le pire de l’inaction climatique ».

Deux catégories sont ouvertes : la première, celle des ministres. Parmi eux, on retrouve en premier Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique et qualifiée de « tueuse d’abeilles » pour avoir défendu la ré-autorisation des néonicotinoïdes pour la culture de la betterave ; Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des finances ; Emmanuelle Wargon (Logement) ; le ministre des Transports Jean-Baptiste Djebarri ou encore Olivia Grégoire, secrétaire d'État à l’Économie sociale et solidaire.

Néonicotinoïdes, huile de palme, Ceta

La seconde catégorie est celle des députés, qu’ils soient élus à Paris ou à Bruxelles. On retrouve ainsi parmi eux l’ancien président de l’Assemblée Nationale, François de Rugy ; Jacques Maire rapporteur du Ceta que Greenpeace considère comme « un traité climaticide de libre-échange avec le Canada, qu’il (le député) a défendu bec et ongles, quitte à mentir » ; Laurent Saint-Martin, rapporteur général du budget ; Mohamed Laqhila, accusé par l’ONG d’être le « plus fidèle ami de Total », notamment par la « défense du pétrolier et son utilisation d’huile de palme dans les carburants » ; et l’ancien directeur de l’ONG WWF et eurodéputé, Pascal Canfin.

Sous les portraits de chaque candidat, Greenpeace détaille par le menu ce que l'on peut considérer comme des faits d'armes pour chacun, quitte à en exagérer certains. Un exemple ? affirmer que la réautorisation des néonicotinoides pour la culture de la betterave « ouvre grand la porte à de nouvelles dérogations pour d’autres cultures, malgré la dangerosité de ces pesticides ».

Les votes sont ouverts jusque « fin janvier 2021 », détaille Greenpeace dans une foire aux questions sur son site Internet, afin de « permettre au plus grand nombre de voter ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

La hausse annoncée du tarif  de l'électricité s'ajoute à d'autres charges qui ont déjà explosé pour Marc Leroy, comme d’autres producteurs de pommes de terre.
La flambée de l'électricité met le feu aux frigos de stockage
Les producteurs de pommes de terre qui stockent leur récolte dans des bâtiments réfrigérés doivent eux aussi faire face à des…
Pour Corinne, le plus gros travail a lieu pendant la plantation. Elle espère atteindre une rentabilité équivalente à celle  d’une bonne pomme de terre.
Le pari du Paulownia pour valoriser les parcelles difficilement cultivables
Pour tirer une valeur ajoutée de ses parcelles peu exploitées, Corinne Obert mise sur la culture de l’arbre Paulownia, dont le…
Depuis dix ans, Clémentine Peria transmet son amour pour les chevaux aux enfants. Les meilleures conditions pour cela  sont réunies dans son nouveau poney-club.
Shet'land, le poney-club des rêves de Clémentine Peria enfin réalité
Clémentine Peria fête les dix ans d’ouverture de son poney-club, Shet'land. Pour l’occasion, il fait peau neuve. D’abord…
La sucrerie de Roye (Saint Louis Sucre) devrait démarrer son activité le 22 septembre pour une durée de campagne d’environ 115 jours.
Premières betteraves arrachées pour être au plus vite transformées
Si les industriels anticipent le démarrage de leur activité pour se prémunir d’éventuelles coupures de gaz et éviter une…
Pour Frédéric Thomas, «le couvert est presque la culture la plus difficile à réussir».
Devenir un carbon farmer grâce à la couverture permanente des sols
Comment injecter plus de carbone dans les sols et d’azote pour la culture ? En intensifiant la photosynthèse, et donc, en misant…
Grand consommateur d’électricité pour l’ensemble des étapes de la production d’endives, Hervé Persyn n’est pas serein quant à l’avenir de son activité.
La flambée de l’électricité rend l’endivier amer
Producteur d’endives dans l’est de la Somme, Hervé Persyn s’interroge sur la pérennité de son entreprise confrontée à une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde