Aller au contenu principal

Horticulture
À Grigny, l’art de sélectionner des roses

À Grigny (62), près de l’endroit où naissait le jardin d’Éden des Grands Ducs de Bourgogne avant qu’il ne soit détruit, un pépiniériste s’est fait un nom dans la création variétale de rosiers. Son nom ? Jean-Lin Lebrun à la tête de la pépinière Mela Rosa.

Avec son chapeau de paille et son sécateur à la main, on lui prêterait volontiers des faux airs de Professeur Tournesol. Car les deux ont bien un point commun : celui de créer des variétés de roses, Bianca pour Tournesol – baptisée ainsi en hommage à la cantatrice Bianca Castafiore à qui il l’offre dans l’album Les Bijoux de la Castafiore  –, et des centaines d’autres pour Jean-Lin Lebrun. La différence, c’est que le second est bien un vrai professionnel, qu’il est installé dans le Pas-de-Calais, à Grigny, près d’Hesdin, et qu’il est à la tête de la pépinière Mela Rosa qu’il a fondé en 2003 avec son épouse Monique. 

Passionné depuis toujours 

En pleine préparation d’un week-end «portes ouvertes», Jean-Lin Lebrun prend le temps de revenir sur son parcours, sa passion pour la sélection et la création variétale – de roses en particulier, mais pas seulement, puisqu’il produit aussi des arbres fruitiers – et la vie de son entreprise. «Ici, explique-t-il, au milieu de dizaines de plants de rosiers prêts à être plantés, on cherche à faire le moins cher et le plus écolo possible.» Sa production de rosiers, il la déploie sur les 4 hectares de son exploitation, «sans intrants, qu’ils soient chimiques ou biologiques, mais uniquement avec des plantes sauvages». Avant de se lancer dans le métier de pépiniériste, Jean-Lin Lebrun travaillait au Centre régional de ressources génétiques (CRGG) en charge du verger conservatoire de Villeneuve d’Ascq, avec un important travail réalisé sur la… pomme. Pourquoi s’intéresser alors à la rose ? «Parce que je ne trouvais pas dans le commerce ce qui me plaisait», raconte-t-il. À partir de 1995, à titre amateur d’abord, puis professionnel ensuite, M. Lebrun s’amuse ainsi à croiser entre elles des variétés et ainsi en créer de nouvelles. Or, «pour vivre de la création variétale, il m’a fallu créer une entreprise de pépinière pour la vente». C’est ainsi qu’est née Mela Rosa en 2015, entreprise qu’il gère aujourd’hui avec son épouse et qui emploie deux salariés. «La création variétale demande beaucoup de temps – il faut entre dix et quinze ans pour stabiliser une variété –, pas mal d’argent et qui en rapporte peu», estime le pépiniériste créateur. Mais elle a un avantage majeur : «C’est un marqueur identitaire fort. C’est quelque chose qui donne du caractère à l’entreprise et qui contribue à la faire connaître.» La pépinière Mela Rosa cultive pour le commerce quelque 600 variétés et tente progressivement d’accroître la part de ses propres variétés dans ce panel.

Des noms riches de sens

À l’origine de toute nouvelle variété, il y a une «inspiration», explique le pépiniériste. Parfois, il peut s’agir aussi d’une commande. Leur nom autant que leur forme est une façon de les identifier et de raconter une histoire : «Depuis 3 000 ans que l’on fait de la sélection de roses dans le monde, on cherche à raconter quelque chose», raconte M. Lebrun. Quand certains noms sont évocateurs (Bisous d’amour), d’autres portent le nom d’un écrivain (Frédéric Mistral), d’une scientifique (Marie Curie), d’une ville (Le Touquet-Paris Plage, Arras) ou d’une star de cinéma (Mathilde Seigner). L’actrice Véronique Jeannot devrait ainsi bientôt avoir «sa» rose. Le Grand-Duc du Luxembourg l’a depuis quelques mois. Pas de quoi intimider Jean-Lin Lebrun qui dit «garder les pieds sur terre», et le nez dans les roses.

 

Juin, le mois de la rose

Si le mois de juin est assurément celui de la rose – les variétés anciennes ne fleurissent qu’une fois par an et le font à cette époque –, elle est aussi synonyme de «portes ouvertes» pour la pépinière Mela Rosa. Une opération d’un genre toutefois particulier puisque si le but de ces journées est de faire connaître son entreprise et de vendre des plants, Jean-Lin Lebrun les met aussi à profit pour «faire se rencontrer les gens», en invitant des propriétaires de jardins remarquables, d’autres professionnels, des amis ou connaissances… Pendant deux jours – en l’occurrence, les samedi 19 et dimanche 20 juin (9h-18h) – , la pépinière accueille les visiteurs par une déambulation entre les parcelles dédiées à la sélection, à la production, le verger conservatoire et son jardin. Le tout sur un peu plus de deux hectares. «Un week-end comme celui-là, on se rend disponible», sourit M. Lebrun, qui avoue avoir la tête dans le guidon le reste de l’année. Entre deux conseils, le professionnel devrait, comme le veut la tradition, procéder au baptême de l’une de ses dernières créations. De quelle variété s’agira-t-il ? À qui voudra-t-il faire plaisir ? Cela reste encore secret, jusqu’à samedi, aux environs de 11h30… 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Pour un échantillon de producteurs suivis par le groupe Carré, les charges de structure se montent à 1 098 €/ha en 2021.
Céréales : des charges de structure bien encombrantes
Depuis 2018, le groupe de négoce Carré réalise un suivi des coûts de production chez plusieurs de ses clients agriculteurs pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde