Aller au contenu principal

Grippe aviaire : Cocorette rassure ses éleveurs

Pour les éleveurs Cocorette installés en "périmètre réglementé", la collecte des œufs s'est organisée. Ceux-ci partent en casserie, mais sont payés au prix normal.

Les œufs collectés dans les périmètres réglementés sont orientés en casserie, mais sont payés au prix normal.
© Pixabay

 

Les éleveurs de poules pondeuses Cocorette peuvent être rassurés. Même ceux situés dans un périmètre réglementé (zone de surveillance ou zone de protection) défini dans les Hauts-de-France suite à la déclaration de plusieurs cas de Grippe Aviaire Hautement Pathogène sont à nouveau collectés, et payés au prix normal.

Dans un premier temps, l’organisation a été houleuse. «Le 26 novembre, nous avons reçu l’ordre formel d’arrêter les collectes dans les zones délimitées (périmètre de 10 km). Nous devions attendre les instructions des DDPP afin de connaître les conditions de ramasses. Ces instructions nous sont parvenues tardivement», expliquait le groupe dans un courrier envoyé aux éleveurs. Les collectes ont finalement repris le 24 décembre, avec des camions supplémentaires pour collecter le maximum d’œufs.

Aujourd’hui la collecte est assurée, bien qu’avec une protocole particulier : «les élevages situés dans les zones de surveillance sont collectés le vendredi, avec un camion spécifique, nettoyé et bloqué pendant 24 h ensuite», explique Sylvain Dumortier, responsable pôle amont. Les œufs, pourtant sains, sont envoyés en casserie, faute de règles difficilement applicables. «Au centre de conditionnement, les palettes devraient être stockées dans une zone précise, séparée du reste des matières premières, puis conditionnées en fin de production. Après nettoyage et désinfection, le matériel devrait faire l’objet d’un entreposage bien distinct», précise Sylvain Dumortier.

"Si aucun nouveau cas de grippe aviaire n’est déclaré, nous devrions retrouver un fonctionnement normal le 20 janvier"

Pas de conséquence financière pour les éleveurs, puisque Cocorette – qui avait d’abord annoncé une reprise au tarif des œufs déclassés, soit 0,80 €/kg œuf – a décidé de payer les œufs au prix fort. «Nous monterons un dossier pour compenser la perte que nous subissons.» Le bout du tunnel se rapproche désormais. «Si aucun nouveau cas de grippe aviaire n’est déclaré, nous devrions retrouver un fonctionnement normal le 20 janvier», espère le responsable.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Cet attelage complet est la copie miniature de l’équipement d’un agriculteur  qu’Illian connaît. Une fierté de l’avoir recomposé à l’identique.
Illian expose ses pépites à l'agree mini show
À tout juste seize ans, Illian Single est un passionné de miniatures agricoles. Voilà plusieurs années qu’il conçoit des dioramas…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde