Aller au contenu principal

Grosse altise : observer et ne traiter qu'en cas de péril

La lutte insecticide contre les altises adultes se raisonne à la parcelle et ne s'envisage que si la survie de la culture est menacée, du stade cotylédons jusqu'au stade à 3-4 feuilles du colza, c'est-à-dire si la culture pousse moins vite qu'elle n'est dévorée.



Pour lutter efficacement contre les altises, la première étape consiste à... surveiller le déclenchement du vol. La baisse des températures puis la remontée au-delà de 20°C sont les éléments déclencheurs du vol des grosses altises qui vont quitter leurs zones d'estivation (haies, buissons, végétation dense à proximité des anciens champs de colza) pour coloniser les nouveaux champs de colza. Ce vol survient en général la 2e ou 3e décade de septembre. Les grosses altises sont capables de voler sur plusieurs kilomètres.

À quoi ressemble la grosse altise ?
La grosse altise ou altise d'hiver (Psylliodes chrysocephala) est un gros coléoptère de 3 à 5 mm qui possède des «grosses» cuisses gonflées lui permettant de faire des sauts pour se déplacer. Elle a un corps noir et brillant avec des reflets bleus métalliques sur le dos. Les extrémités des pattes, des antennes et de la tête sont roux doré. Les adultes rongent les cotylédons et jeunes feuilles par petites morsures circulaires perforantes ou non, de 1 à 2 mm.

Après 3 feuilles, interventions inutiles
Les captures dans les cuvettes jaunes enterrées servent à détecter l'arrivée puis l'activité des altises d'hiver, mais elles ne sont pas un outil d'aide à la décision pour déclencher un traitement.  C'est l'observation très régulière, à la parcelle, des dégâts sur la plante entre les stades cotylédons et 3-4 feuilles étalées qui guide le raisonnement. Plus que le seuil, la vitesse d'accumulation des dégâts et la vitesse de croissance de la culture sont les critères à prendre en considération, quasiment au jour le jour pour bien appréhender le risque. Si le colza a moins de 4 feuilles, le seuil de risque est fixé à 80 % des plantes présentant des morsures et  25 % de la surface foliaire détruite. Il faut aussi prendre en compte le dynamisme de la culture : un colza qui bénéficie de conditions de croissance favorables sort rapidement des stades de sensibilité.

Quel insecticide choisir ?
Si une intervention s'avère nécessaire contre les altises adultes, quel que soit le secteur, utiliser Boravi WG 1.0 kg/ha (phosmet) à incorporer dans une eau acide (pH5.5). Boravi WG est limité à deux applications maximum par an. Ce produit est non mélangeable avec toute autre substance active. L'altise d'hiver est active surtout dans les premières heures qui suivent la tombée de la nuit. C'est pourquoi l'application en soirée est à privilégier avec un volume de bouillie d'au moins 150 à 200 l/ha.

Traiter les adultes n'est pas suffisant
Les essais conduits par Terres Inovia ont montré que pour réduire les infestations larvaires, un traitement spécifique contre les larves était plus efficace que des interventions répétées contre les adultes. On peut expliquer cela du fait de l'arrivée échelonnée des adultes, l'apparition des résistances aux pyréthrinoïdes et des conditions climatiques plus ou moins propices au moment des pontes

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde