Aller au contenu principal

Groupe permanent pour la sécurité électrique (GPSE) : des compétences limitées

À chaque fois qu’un problème d’ondes est signalé dans un élevage, le fameux GPSE (Groupe permanent pour la sécurité électrique) est sollicité. Bien que d’une grande aide pour certains, il montre ses limites.

Le diagnostic comprend une vérification de la conformité électrique  du bâtiment, un bilan sanitaire complet et une expertise zootechnique.
Le diagnostic comprend une vérification de la conformité électrique du bâtiment, un bilan sanitaire complet et une expertise zootechnique. 
© GPSE

«Notre expertise a permis de sortir de l’impasse bon nombre d’agriculteurs. Mais nous devons avouer que nous sommes parfois confrontés à des problèmes que nous ne comprenons pas», témoigne Claude Allo, président du GPSE (Groupe permanent pour la sécurité électrique). Cette association a été créée en 1999 par le ministère de l’Agriculture, mais aujourd’hui, elles regroupe uniquement les chambres d’agriculture et les entreprises d’électricité, qui le financent. «Un travail important de documentation a été réalisé, qui concerne la méthodologie d’intervention et le seuil d’acceptabilité des animaux.»

Les principales interventions (une cinquantaine d’élevage visités en cinq ans) font l’objet d’un diagnostic complet, réalisé par des professionnels indépendants. «Nous procédons alors à une approche globale de l’exploitation, en prenant en compte les aspects électriques, avec un bilan sanitaire complet et une expertise zootechnique, car il y a de multiples facteurs qui ont les mêmes effets, note Claude Allo. Dans toutes les exploitations, l’installation électrique présentait des défauts et nécessitait des corrections. Mais ce n’est pas parce qu’on a résolu les courants parasites qu’on a résolu le problème…» Sur dix-huit protocoles, cinq cas auraient été non résolus. «Pour ceux-là, nous en appelons à la mise en place d’un travail de recherche.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde