Aller au contenu principal

Groupe permanent pour la sécurité électrique (GPSE) : des compétences limitées

À chaque fois qu’un problème d’ondes est signalé dans un élevage, le fameux GPSE (Groupe permanent pour la sécurité électrique) est sollicité. Bien que d’une grande aide pour certains, il montre ses limites.

Le diagnostic comprend une vérification de la conformité électrique  du bâtiment, un bilan sanitaire complet et une expertise zootechnique.
Le diagnostic comprend une vérification de la conformité électrique du bâtiment, un bilan sanitaire complet et une expertise zootechnique. 
© GPSE

«Notre expertise a permis de sortir de l’impasse bon nombre d’agriculteurs. Mais nous devons avouer que nous sommes parfois confrontés à des problèmes que nous ne comprenons pas», témoigne Claude Allo, président du GPSE (Groupe permanent pour la sécurité électrique). Cette association a été créée en 1999 par le ministère de l’Agriculture, mais aujourd’hui, elles regroupe uniquement les chambres d’agriculture et les entreprises d’électricité, qui le financent. «Un travail important de documentation a été réalisé, qui concerne la méthodologie d’intervention et le seuil d’acceptabilité des animaux.»

Les principales interventions (une cinquantaine d’élevage visités en cinq ans) font l’objet d’un diagnostic complet, réalisé par des professionnels indépendants. «Nous procédons alors à une approche globale de l’exploitation, en prenant en compte les aspects électriques, avec un bilan sanitaire complet et une expertise zootechnique, car il y a de multiples facteurs qui ont les mêmes effets, note Claude Allo. Dans toutes les exploitations, l’installation électrique présentait des défauts et nécessitait des corrections. Mais ce n’est pas parce qu’on a résolu les courants parasites qu’on a résolu le problème…» Sur dix-huit protocoles, cinq cas auraient été non résolus. «Pour ceux-là, nous en appelons à la mise en place d’un travail de recherche.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lait : un accord «historique» avec E. Leclerc
Le 9 juin, plusieurs laiteries et OP ont signé un accord avec E. Leclerc qui induit une rémunération supplémentaire de 5 €/1 000…
Présence de rhizoctone brun sur tiges de pommes de terre.
Des parcelles de pommes de terre à surveiller
Mildiou d’abord, mais aussi traces de rhizoctone brun sur la tige et viroses sont à surveiller actuellement dans les champs de…
McCain s’engage dans l’agriculture régénérative
L’industriel spécialisé dans la transformation de la pomme de terre a annoncé le 9 juin son intention d’accompagner les…
Né dans le Nord, le Lin Français se développe dans l’Aisne
Portée par une demande mondiale croissante tirée notamment par la Chine et l’Inde, l’entreprise de teillage Le Lin Français-Jean…
Trois premiers prix au CGA : «la reconnaissance de notre travail»
La remise des prix du Concours des pratiques agro-écologiques avait lieu ce 20 mai. Trois agriculteurs de la Somme sur les cinq…
Gérard Clay et Philippe de Raynal ont évoqué mardi 2 juin les contours de la stratégie qu’ils ont commencé à mettre en œuvre pour Tereos.
Pour trouver de meilleurs résultats, Tereos affiche un nouveau cap
Le groupe coopératif sucrier et amidonnier Tereos veut rapidement tourner la page d’un exercice 2020-2021 qui voit ses chiffres s…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde