Aller au contenu principal

Guerre des prix : vers plus de transparence

Alors que l'amont de la filière dénonce régulièrement la guerre des prix que mènent entre elles les enseignes de la grande distribution, au détriment des producteurs et des industriels, la réunion de l’ensemble des acteurs le 23 octobre semble marquer une première étape vers des relations plus apaisées.

© AAP

Le gouvernement l’affirme depuis quelques temps : la guerre des prix de la grande distribution ne peut plus durer. Le 23 octobre, producteurs, industriels de l’agroalimentaire et distributeurs se sont donc réunis sous l’égide des ministres de l’Economie, de l’Agriculture, et de la secrétaire d’Etat au Commerce, Carole Delga. Dans «un état d’esprit constructif», a commenté Stéphane Le Foll à l’issue de la réunion, corroboré par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron qui a souligné «une discussion apaisée».

Autorité de la concurrence
Xavier Beulin, président de la Fnsea, a lui aussi fait le constat d’une «volonté de trouver des solutions de part et d’autre». La concentration des centrales d’achat, qu’Emmanuel Macron reconnaît comme un sujet «d’inquiétude pour les fournisseurs», sera analysée par l’Autorité de la concurrence même «s’il ne s’agit pas de regroupements capitalistiques», mais «pour que l’esprit de transparence règne», précise le ministre.
Une transparence également demandée pour le suivi du Cice qui ne doit pas être intégré aux baisses de prix dans le cadre des négociations, comme certains distributeurs semblent vouloir le faire. La grande distribution, à l’exemple de Georges Plassat, PDG de Carrefour, s’est dite prête à jouer le jeu sur ce point.
Enfin, autre demande de l’amont, s’assurer que les décrets de la loi sur la consommation parus il y a peu soient réellement appliqués. Les ministres se sont montrés rassurants, Emmanuel Macron affirmant qu’ils seront «vigilants pour que les sanctions de la loi Hamon soient expliquées et communiquées». Il s’est ainsi engagé à rendre public en novembre le rapport relatif aux contrôles et sanctions prises dans ce cadre par la Dgccrf, une mesure saluée par les producteurs.
Autre sujet de tension récurrent, la part réservée aux produits français dans les étals de la grande distribution et, plus largement, dans la restauration hors foyer. Pour travailler en ce sens, le ministre de l’Agriculture a rappelé deux engagements : celui de «promouvoir encore plus l’étiquetage des produits français», faisant référence au logo Viande de France dont la visibilité demeure trop faible aux yeux des producteurs, et mener à bien le travail engagé sur les marchés publics avec l’édition d’un guide de bonnes pratiques destiné à faciliter les achats d’origine française.

Promouvoir les produits français
Augmenter la proportion de produits plus locaux passe également par les TPE et PME implantées sur le territoire, elles aussi victimes de la guerre des prix. Carole Delga a annoncé que des accords seront signés «pour améliorer la place des TPE/PME dans la grande distribution».
Un accord entre l’Association nationale des industries alimentaires (Ania) et la Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) devrait également permettre des achats plus responsa­bles. Pour faire suite à cette réunion, un comité de suivi sera mis en place avec tous les acteurs de la filière, pour continuer à travailler dans cet état d’esprit plus constructif. Reste à voir ce qu’il en sera quand les négociations sur les prix commenceront.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Entre l’activité de la ferme et la conduite du car, Pascal Degand a trouvé un bon équilibre.
Conducteur de bus et agriculteur, la double-activité heureuse
Chaque jour de la semaine, 250 bus Transdev-CAP (Les Courriers automobiles picards) sillonnent les routes régionales,…
De Tailly-l’Arbre-à-Mouches à la feria d’Alès en stop
Trois jeunes filles de Tailly-l’Arbre-à-Mouches se sont lancé le défi un peu fou de rejoindre en stop la féria d’Alès, dans les…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde