Aller au contenu principal

Hallencourt : produire de la viande bovine dans la Somme

Echo de l'assemblée cantonale d'Hallencourt

L’assemblée d’Hallencourt a réuni une quarantaine de participants.
L’assemblée d’Hallencourt a réuni une quarantaine de participants.
© AAP

Vendredi dernier s’est tenue l’assemblée du canton d’Hallencourt à Huppy, sous la présidence d’Olivier Parcy et avec la participation de Françoise Crété, secrétaire générale de la Fdsea.
Après une matinée consacrée aux dossiers d’actualité et à la présentation des nouveaux partenaires locaux et nationaux de Germa, l’après-midi a été entièrement axée sur la filière bovine. Daniel Platel, conseiller à la chambre d’agriculture, a expliqué qu’«entre 2005 et 2011, 20% d’éleveurs avaient disparu pour une diminution de 1% du cheptel seulement. Preuve que les troupeaux se concentrent et que les exploitations se restructurent. Par ailleurs, les habitudes et la consommation changent. En effet, les Français achètent de plus en plus des morceaux à bas prix en grandes surfaces tels que les steaks hachés, représentant 40% de la viande consommée.
Daniel Platel a poursuivi en expliquant les handicaps et les atouts de la filière viande dans la Somme. Il pointe certains points faibles : la diversité des races existantes qui peut poser problèmes aux abattoirs car le produit n’est pas standardisé ; l’absence de génétique : les troupeaux allaitants se sont souvent formés à partir de troupeaux laitiers et les choix pour l’insémination n’ont pas toujours été optimaux. Il est pourtant possible de faire des contrôles de performance avec Bovins Croissance, mais actuellement seuls 10% des vaches sont contrôlées. Enfin, la concurrence entre cultures et élevages est également un frein. Il est vrai que devoir se consacrer aux deux productions, rend parfois plus difficile le suivi du cheptel.
Néanmoins, il ne faut pas oublier que dans la Somme la situation est optimale pour l’élevage allaitant : il y a de la paille, du fumier, de la nourriture, des coproduits. «L’avantage d’avoir les deux productions, animale et végétale, est que les EBE sont plus stables», souligne Daniel Platel.
De plus, le département est situé entre deux bassins de population, c’est-à-dire qu’il existe des consommateurs à proximité. Daniel Platel rappelle d’ailleurs que des aides sont données au niveau régional, notamment pour la modernisation des bâtiments. Il ne faut pas hésiter à se renseigner.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde