Aller au contenu principal

Equipements
Hausse des prix et des délais pour le machinisme, le marché ralentit

Le marché de l’agroéquipement ralentit, constatent les fabricants d’Axema, notant une forte inflation et un allongement des délais de livraison.

tracteurs
© Massey Ferguson - AGCO

Au premier trimestre 2022, les ventes d’agroéquipements affichent +13 % par rapport à la même période en 2021, « une croissance fortement liée à l’effet prix », a expliqué Jean-Christophe Régnier, président de la commission économique d’Axema (fabricants), en conférence de presse le 13 juin. La tendance est toutefois au « ralentissement » entre janvier et mars. Quelque 70 % des constructeurs perçoivent une baisse des prises de commande. La situation apparaît dégradée dans toutes les filières. Seules les grandes cultures et la viticulture gardent des prises de commandes « meilleures que d’habitude ».

 

Des différences apparaissent entre les types de matériels : le marché reste favorable en matériels de récolte, tracteurs, mais plus compliqué en chargeurs télescopiques, matériels de fenaison et outils de travail du sol. Si Axema table globalement sur une « évolution positive » en 2022, avec un chiffre d’affaires entre +5 et +15 %, cette hausse paraît en trompe-l’oeil, car « complètement liée au renchérissement des matériels ».

Interrogations sur le guichet

Le secteur cumule les difficultés, entre hausse des coûts et délais de livraison. Le prix de l’acier a triplé depuis janvier 2021 pour atteindre aujourd’hui « des cours à 1 800 euros la tonne, avec des pointes à 2 200 euros », selon une lettre ouverte adressée par Axema au gouvernement français. Au final, les coûts de production ont grimpé de plus de 20 % sur un an. S’ajoutent des problèmes d’approvisionnement, qui allongent les délais de livraisons en moyenne de onze semaines par rapport à une situation normale – ils atteignent environ cinq mois.

Illustration de la situation : les subventions aux agroéquipements allouées dans le cadre du plan France Relance (235 millions d’euros). « Au niveau des intentions, les enveloppes ont été consommées quasi immédiatement », rappelle David Targy, responsable du pôle économique. Or FranceAgri- Mer n’enregistre que 60 % de crédits consommés. « Deux hypothèses: soit il y a des retards de livraison, soit des annulations de commandes », d’après lui.

Axema redoute par ailleurs pour les mois à venir un autre phénomène susceptible de grever les marges de l’ensemble de la chaîne: les hausses de salaires réclamées par les syndicats pour permettre aux salariés de faire face à l’inflation.

En France mais également en Allemagne, où le syndicat IG Metall a réclamé récemment une hausse de 8,2 % des salaires et dont provient un tiers des importations de machines agricoles. « On craint que cette spirale inflationniste casse le marché et que les volumes s’effondrent », alerte David Targy. La question de l’acceptabilité des prix est effectivement posée, avec des seuils psychologiques qui sont franchis pour certains matériels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Selon la direction régionale Hauts-de-France de l'OFB, la fréquence des contrôles des agriculteurs est faible.
L’OFB envoie ses agents se former à la ferme

À l’échelle des Hauts-de-France, une deuxième session de sensibilisation des agents de l’Office français de la biodiversité…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde