Aller au contenu principal

Equipements
Hausse des prix et des délais pour le machinisme, le marché ralentit

Le marché de l’agroéquipement ralentit, constatent les fabricants d’Axema, notant une forte inflation et un allongement des délais de livraison.

tracteurs
© Massey Ferguson - AGCO

Au premier trimestre 2022, les ventes d’agroéquipements affichent +13 % par rapport à la même période en 2021, « une croissance fortement liée à l’effet prix », a expliqué Jean-Christophe Régnier, président de la commission économique d’Axema (fabricants), en conférence de presse le 13 juin. La tendance est toutefois au « ralentissement » entre janvier et mars. Quelque 70 % des constructeurs perçoivent une baisse des prises de commande. La situation apparaît dégradée dans toutes les filières. Seules les grandes cultures et la viticulture gardent des prises de commandes « meilleures que d’habitude ».

 

Des différences apparaissent entre les types de matériels : le marché reste favorable en matériels de récolte, tracteurs, mais plus compliqué en chargeurs télescopiques, matériels de fenaison et outils de travail du sol. Si Axema table globalement sur une « évolution positive » en 2022, avec un chiffre d’affaires entre +5 et +15 %, cette hausse paraît en trompe-l’oeil, car « complètement liée au renchérissement des matériels ».

Interrogations sur le guichet

Le secteur cumule les difficultés, entre hausse des coûts et délais de livraison. Le prix de l’acier a triplé depuis janvier 2021 pour atteindre aujourd’hui « des cours à 1 800 euros la tonne, avec des pointes à 2 200 euros », selon une lettre ouverte adressée par Axema au gouvernement français. Au final, les coûts de production ont grimpé de plus de 20 % sur un an. S’ajoutent des problèmes d’approvisionnement, qui allongent les délais de livraisons en moyenne de onze semaines par rapport à une situation normale – ils atteignent environ cinq mois.

Illustration de la situation : les subventions aux agroéquipements allouées dans le cadre du plan France Relance (235 millions d’euros). « Au niveau des intentions, les enveloppes ont été consommées quasi immédiatement », rappelle David Targy, responsable du pôle économique. Or FranceAgri- Mer n’enregistre que 60 % de crédits consommés. « Deux hypothèses: soit il y a des retards de livraison, soit des annulations de commandes », d’après lui.

Axema redoute par ailleurs pour les mois à venir un autre phénomène susceptible de grever les marges de l’ensemble de la chaîne: les hausses de salaires réclamées par les syndicats pour permettre aux salariés de faire face à l’inflation.

En France mais également en Allemagne, où le syndicat IG Metall a réclamé récemment une hausse de 8,2 % des salaires et dont provient un tiers des importations de machines agricoles. « On craint que cette spirale inflationniste casse le marché et que les volumes s’effondrent », alerte David Targy. La question de l’acceptabilité des prix est effectivement posée, avec des seuils psychologiques qui sont franchis pour certains matériels.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

hôtel à cochons
En Chine, une méga-ferme de 600 000 porcs en construction
Cet « hôtel à cochons » devrait permettre de produire environ 54 000 tonnes de porcs par an.
Les machines Massey Ferguson seront disponibles dans de nouvelles bases des Établissements Forestier-Leblond  et Artois Motoculture à l’Est de la Somme, ainsi que dans l’Aisne et dans l’Oise.
De nouveaux concessionnaires Massey-Ferguson à l’Est de la Somme
Les Établissements Forestier-Leblond et Artois Motoculture, distributeurs Massey-Ferguson, installés respectivement en Seine-…
Le lin attend la pluie pour rouir
Débutés le 20 juin, les arrachages de lin sont désormais terminés. Mais le temps sec ne fait pas avancer le rouissage. À la…
Quand le respect de la réglementation sur les couverts se heurte au bon sens
La sécheresse qui touche depuis plusieurs semaines le département de la Somme ne favorise pas l’implantation des couverts…
pois de conserve
L'obligation de semer des Cipan partiellement levée
La préfecture de la Somme a levé, ce vendredi 12 août 2022, l’obligation d’implanter un couvert végétal après une culture de pois…
Coup dur pour les éleveurs de volailles de la Haute Somme
Jusqu’ici, les éleveurs de volailles de la Somme craignaient une contamination d’influenza aviaire sans trop vouloir y croire.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde