Aller au contenu principal

Hauts-de-France propres : top départ pour le grand nettoyage

Du vendredi 22 au dimanche 24 mars, il faudra se remonter les manches. L’opération Hauts-de-France propres entend bien, cette année encore, donner un bon coup de balais à la nature.



Plus de 1 300 tonnes de déchets ramassés lors de l’opération 2018... Faut-il vraiment s’en réjouir ? Face à l’engouement de l’opération Hauts-de-France propres menée conjointement par la Région, la Fédération régionale des chasseurs, l’Association régionale de pêche et soutenue par le Crédit agricole Nord de France, mieux vaut voir la poubelle à moitié pleine ! Le bon côté des choses, c’est la très forte mobilisation pour ce ménage grandeur nature : près de 50 000 participants, dont un quart de scolaires, sont partis l’an dernier, manches retroussées, à l’assaut des déchets qui jonchent le territoire régional.
Alors, bien sûr, la quantité d’objets indésirables ramassés doit inquiéter... «Si vous saviez tout ce qu’on peut retrouver le long des axes routiers, c’est inimaginable !», déplore Jean-Michel Taccoen, conseiller régional à l’environnement. Mais force est de constater que, pour l’instant, certains comportements ne laissent pas d’autres choix que celui de ramasser...
Ce grand ménage est donc l’occasion de sensibiliser les plus jeunes aux bons usages. «Nettoyer n’est qu’une partie de la solution, l’enjeu, c’est surtout la sensibilisation. Quand j’apprends qu’après l’opération de l’année dernière une petite fille a repris son père qui jetait son mégot par terre, je me dis qu’une partie du travail est réussie !», poursuit le conseiller.

D’un groupe de copains à l’échelle régionale
D’une simple histoire de copains pêcheurs au bord de la Somme lassés de voir des déchets sur leur havre de paix, ce nettoyage de printemps a pris de l’ampleur, beaucoup d’ampleur, se réjouit Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs. «Ça a démarré comme ça, aujourd’hui, c’est bien plus large que la chasse et la pêche ! C’est un intérêt que l’on porte collectivement autour de la protection de la nature, mais j’ai comme l’impression qu’on nettoie toujours plus... Il va falloir prendre des mesures de répression contre les dépôts sauvages. Notre nature n’est pas une poubelle !»
S’il n’est jamais trop tard pour se joindre à une opération de ramassage des déchets, il est même encore possible d’en organiser une. L’année dernière, près de neuf cents points de ramassages (communes, associations, écoles...) s’étaient mis en action. Chaque point détermine sa zone de nettoyage et ses règles de tri, mais les consignes de sécurité sont les mêmes pour tous : le port de gants et de gilets fluo notamment. Même s’ils sont fournis, n’hésitez pas à vous munir de votre propre matériel pour éviter un surplus de déchets... Autant s’inscrire dans une logique durable dès maintenant ! «Il serait bien que cet élan ne dure pas seulement le temps d’un week-end...», sourit Xavier-Bertrand, président de Région.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Le marché aux bestiaux, installé sur 4 ha à Tilloy-les-Mofflaines, serait trop coûteux pour la Communauté urbaine  d’Arras (CUA).
Sans marché aux bestiaux d’Arras, l’élevage régional sera affaibli
La Communauté urbaine d’Arras (CUA), propriétaire du marché aux bestiaux, va cesser cette activité jugée trop onéreuse fin 2021.…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde