Aller au contenu principal

Hornoy : s’engager dans les conseils municipaux

La tournée des cantons qui tiennent leurs assemblées générales continue cette semaine : s’informer, échanger, débattre.

Près de 30 personnes étaient présentes à l’assemblée générale d’Hornoy-le-Bourg le 23 janvier.
Près de 30 personnes étaient présentes à l’assemblée générale d’Hornoy-le-Bourg le 23 janvier.
© AAP


Xavier Henquenet et Romain Dubois, président et vice-président du canton, avaient convié à leur assemblée Françoise Crété, secrétaire générale de la Fdsea, ainsi que Jannick Lefeuvre, conseiller général, et Alain Desfosses, président de la communauté de commune du Sud-Ouest Amiénois, afin de montrer l’importance de l'engagement des agriculteurs dans les élections municipales.
«Les agriculteurs doivent être présents dans les conseils municipaux pour faire connaître leur profession. De plus, le milieu agricole a une autre façon de voir les choses qui peut apporter un plus dans les conseils», a clamé Jannick Lefeuvre. Il a illustré ses propos en prenant l’exemple des ensilages de maïs. «Les riverains ne comprennent pas qu’un chantier puisse parfois se faire sous la pluie et donc salir les routes, c’est un lieu où vous pourrez leur expliquer votre métier». Alain Desfosses a ajouté «un PLUi (plan local d’urbanisme intercommunal) va se mettre en place, au niveau de la communauté de communes. Les agriculteurs auront bien évidemment leur mot à dire au moment de l’enquête publique. Mais, parler du PLUi au sein du conseil c’est encore mieux».

Tour d’horizon des sections
Xavier Henquenet a aussi laissé place à l’expression de chacun des représentants de section. Ludovic Cauchois, président de la section bovine, a présenté les modalités de la prime vache allaitante : «pour toucher les aides il faut un minimum de 10 vaches, et au-delà d'un plafond de 40 vaches l’aide sera dégressive». Pour la conjoncture, elle est bonne, même si les charges restent élevées. «Pour le lait, ça va nettement mieux», a précisé le délégué, qui s'est par ailleurs inquiété des nombreux arrêts de producteurs qui avaient des gros quotas dans le canton.
Le délégué de la section des dégâts de gibier est revenu sur les nouvelles modalités d’indemnisation : «le seuil de déclenchement de l'indemnisation passe à 3% des surfaces culturales détruites ou 230 € de dégâts pour une parcelle culturale donnée et 100 € pour une parcelle culturale de prairie. Le seuil était jusqu'à maintenant de 76 € par dossier. Le côté positif de la nouvelle réglementation est l’abattement qui était jusqu’à présent de 5% et qui va descendre à 2%».
«Ces dernières années ont été difficiles en lin. Mais, malgré tout la production a été maintenue», a rappelé Xavier Henquenet. «Nous avons un bel outil dans la Somme, la Calira, et nous pouvons en être fier. 2013 a été une très bonne année, avec notamment un lot qui a atteint 30% de fillasse».
Très bonne année également en betteraves avec 87 tonnes de moyenne et une campagne terminée au 15 janvier. «Globalement, il n’y a pas eu trop de problème», a précisé Xavier Henquenet.
Enfin, les jeunes agriculteurs ont fait le bilan de leurs activités. En particulier les mobilisations du début de l’année 2013, sur lesquelles tous n’étaient pas d’accord. Ensuite sur leur soirée JA qui a rencontré un franc succès, et leur investissement à la foire de la Sainte Catherine à Hornoy. Un beau tour d’horizon de toutes les sections.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde