Aller au contenu principal

Horticulteurs et pépiniéristes stoppés en pleine saison

Le printemps, ce vendredi 20 mars, se fera sous le signe du confinement. Les fleurs et les plantes de saison qui ne peuvent plus être vendues, malheureusement, n’attendront pas la fin de l’épidémie de coronavirus…

Les serres de Villers-Campsart ont été obligées de fermer. Le gérant, Frédéric Lemaire, espère que les magasins alimentaires restés ouverts ne feront pas de concurrence déloyale pour les plantes.
Les serres de Villers-Campsart ont été obligées de fermer. Le gérant, Frédéric Lemaire, espère que les magasins alimentaires restés ouverts ne feront pas de concurrence déloyale pour les plantes.
© Serres de Villers-Campsart

Comme toutes les autres, la Serre de Villers-Campsart est fermée au public en cette période de confinement. Mais Frédéric Lemaire y travaille dur. A ce jour, un seul salarié sur les trois travaille à temps plein, et il faut préserver le maximum de plantes pour la réouverture. «Cette épisode va mettre en grande difficulté la pérennité de l’entreprise», se désole le gérant.

Les quatre pôles principaux de l’activité - les fleurs de printemps, le potager, les arbres fruitiers et les haies - sont à l’arrêt, alors que le 15 mars devait marquer le début de la pleine saison, après trois mois de pluie mauvais pour les affaires. «Pendant les trois mois de printemps, je réalise 60 % de mon chiffre d’affaires annuel. C’est la saison à ne pas manquer.» Un triste sort attend cependant les cyclamens, anthémis, pensées, pâquerettes, les plantes potagères… Et tout autre végétal à la durée de vie limitée. «Je suis encore en train d’éplucher des produits de super qualité, alors que je sais que je vais devoir les jeter. Lorsqu’on est passionné par son métier, une telle situation est un crève-cœur.» Il faut aussi répondre au téléphone qui ne cesse de sonner. «Les clients veulent savoir si j’aurais encore des plants de pommes de terre à la réouverture, par exemple. Je ventile au maximum pour les conserver, mais jusqu’à quand ?»

Une concurrence déloyale ?

Si le confinement devait durer un mois et demi, Frédéric Lemaire a calculé qu’il perdrait 90 à 100 000 € de chiffre d'affaires, soit plus que sa trésorerie. «Ce serait dix-sept années de travail anéanties.» Les aides annoncées par l’État (cf. encadré) ? «Elles ne compenseront pas le chiffre d'affaires perdu et je n'attends pas cela de l'Etat, je veux juste être payé de mon travail.» Mais ce qui l’effraie le plus, c’est une possible concurrence déloyale. «Certains magasins ont le droit de rester ouvert car ils vendent des produits alimentaires. C’est bien normal. Mais si ces mêmes magasins vendent des produits similaires aux nôtres, comme des chrysanthèmes ou des plants d’échalotes, de pommes de terre ou d'oignons, alors ce sera double catastrophe pour nous, car les clients n’attendront pas notre réouverture !» Autrement dit, les règles doivent être les mêmes pour tous.

À ces catastrophes s’ajoute la crainte d’une baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. «Les gens au chômage partiel ne toucheront pas un salaire à taux plein. Ces mois-ci, ils dépensent beaucoup pour faire des provisions. Lorsque l’activité va reprendre, les fleurs ne seront pas leur priorité.» Le nouveau parc de statues décoratives et de fontaines devrait aussi être boudé des jardiniers…

Commandes annulées

De l’autre côté du département, à Hombleux, près de Ham, les pépinières Chombart sont aussi à l’arrêt. «Nous livrons en plantes les communes et les entreprises. Mais presque toutes ont annulé leurs commandes, explique Vincent Chombart. Cette semaine est une semaine sans. Nous aviserons les prochains jours.» Ceux-ci ne devraient pas être beaucoup plus actifs, car les chantiers de plus de cinq personnes sont annulés. En attendant, «dans les bureaux, tout le monde est à l’arrêt, et les préparateurs de commande également». Mais surtout, qui dit pas de livraison, dit pas de départ de plantes. «Et donc pas de place pour faire de nouvelles cultures. Si on attend trop celles-ci vont faire des feuilles, se développer, et elles seront compliquées à planter…» Pendant que la France est à l’arrêt, la nature, elle, n’attend pas.

Pour rappel, l’État a annoncé le report des charges fiscales et sociales des entreprises. Certaines pourraient bénéficier du «fonds de solidarité» qui va être mis en place à destination de l'ensemble des très petites entreprises qui ont vu leur activité stoppée ou très gravement freinée par les mesures de lutte contre le coronavirus. Pour être éligibles, les entreprises doivent avoir perdu au moins 70 % de leur chiffre d'affaires «entre mars 2019 et mars 2020», a détaillé le ministre de l’Économie Bruno Le Maire le 17 mars. Autre condition : un chiffre d'affaires inférieur à 1 million d’euros. Pour les bénéficiaires, le fonds se manifestera d'abord par une aide forfaitaire de 1 500 €, «rapide, simple, automatique sur simple déclaration». Au delà, il est prévu «un dispositif anti-faillites pour les entreprises qui emploient au moins un salarié et qui seraient en très grande difficulté malgré le recours à tous les autres dispositifs». Dans ce cas, «nous augmenterons au cas par cas le soutien financier pour (...) éviter toute faillite.»

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde