Aller au contenu principal

Horticulteurs, fleuristes et pépiniéristes redoutent un nouveau confinement

Face à la menace de nouvelles mesures de confinement, l’interprofession de l'horticulture, de la fleuristerie et du paysage appelle le gouvernement à considérer l’achat de végétaux comme essentiel.

Fleurs
Les professionnels de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage sont inquiets de la mise en place de nouvelles mesures de confinement dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.
© Pixabay

Dimanche, ce sera la fête des grands-mères. Puis avec l’arrivée des beaux jours, les Français vont être tentés de retourner au jardin. Pourtant, les professionnels de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage sont inquiets. Pourquoi ? Parce qu’ils redoutent la mise en place de nouvelles mesures de confinement dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19. Même s’il ne s’agit que de mesures locales, leur inquiétude est palpable. Les précédents épisodes leur ont laissé un goût amer.

100 millions de tiges détruites

« Au printemps 2020, la filière agricole de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage a payé le prix fort du confinement 1 », souligne ainsi Val’hor, l’interprofession. Et d’en dresser un triste bilan : les fleurs et végétaux en général étant des produits classés « ultra-frais, périssables, non stockables, non transformables, plus de 100 millions de tiges ont été détruites ». En cause, la fermeture des circuits de commercialisation qui a empêché tout écoulement de la production française.

« 130 exploitations horticoles ont définitivement fermé et les revenus des exploitants agricoles de cette filière se sont effondrés de 44% sur le seul mois de mars 2020 », poursuit Val’hor.

Des produits essentiels ?

Pour éviter aux professionnels de vivre une nouvelle passe difficile, l’interprofession appelle donc le gouvernement « d’inscrire le végétal - arbres, fleurs et plantes - dans les produits essentiels afin de sanctuariser l’accès des Français aux végétaux et de sauvegarder la filière horticole française grâceà  l’autorisation d’ouverture de tous les circuits de distribution (producteurs détaillants, fleuristes, marchés de plein vent, jardineries, rayons végétaux de la distribution non-spécialisée...) ».

Dans l’hypothèse d’un reconfinement, se rendre chez un producteur détaillant, fleuriste, sur un marché, dans une jardinerie ou dans le rayon végétal deviendrait alors un motif autorisant une sortie. Et une bouffée d’oxygène.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Les Grandes Gueules
Comme le monde agricole, les chasseurs ont désormais leur « Grande Gueule »
Pour faire partie du casting, il faut en avoir... de la gueule. L’émission radiophonique de débat d'actualité a dévoilé ce lundi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde