Aller au contenu principal

Huit ans pour passer à mille méthaniseurs agricoles

Delphine Batho et Stéphane Le Foll ont présenté le plan de soutien à la méthanisation agricole.

Delphine Batho (à gauche), ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie et Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, ont lancé leur plan «1 000 méthaniseurs à la ferme en 2020» à Moustoir-Remungol (Morbihan), le 29 mars 2013, sur l’exploitation de Jean Marc Onno (avec l’écharpe), un pionnier de la méthanisation.
Delphine Batho (à gauche), ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie et Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture, ont lancé leur plan «1 000 méthaniseurs à la ferme en 2020» à Moustoir-Remungol (Morbihan), le 29 mars 2013, sur l’exploitation de Jean Marc Onno (avec l’écharpe), un pionnier de la méthanisation.
© Claire Le Cleve/Terra

Le plan Énergie, méthanisation, autonomie azote a été présenté officiellement, le 29 mars, lors d'une visite de Delphine Batho et Stéphane Le Foll sur le site de méthanisation de l'exploitation de Jean-Marc Onno, dans le Morbihan (voir encadré). L'ambition affichée est de faciliter l'émergence de projets de méthanisation, afin que la France compte mille méthaniseurs à la ferme, de puissance comprise entre 150 et 500 kW en 2020, contre 90 fin 2012. Mais c'est un modèle de méthanisation «à la française», que le gouvernement souhaite promouvoir, où cette activité serait «un complément de revenu qui participe à une logique vertueuse sur le plan territorial» selon les mots de la ministre de l'Ecologie. L'objectif est d'aboutir à une gestion globale de l'azote, a insisté Stéphane Le Foll.
En outre, ce sont surtout les projets collectifs qui seront encouragés. Les ministres ont proposé plusieurs pistes et outils, dont :
- conforter le fond déchet de l'Ademe pour mieux soutenir l'investissement de départ ;
- passer par les dispositifs de la Banque publique d'investissement pour garantir les emprunts et poursuivre une discussion engagée avec les établissements bancaires afin de favoriser l'emprunt pour ce genre de projets ;
- optimiser le tarif d'achat de l'électricité produite, grâce à une hausse de 35 % de la prime accordée pour l'intégration d'effluents d'élevage dans les méthaniseurs ;
- passer par un appel à manifestation d'intérêt de l'Ademe pour qu'émergent des constructeurs français d'équipements de méthanisation ;
- relever de 50 à 60 tonnes d'intrants par jour le seuil du régime d'autorisation lié à la réglementation ICPE ;
- lancer un appel à projet «gestion collective et intégrée de l'azote» doté d'un fonds de 10 millions d'euros ; travailler dans les six prochains mois sur l'homologation des digestats.

Un projet de territoire

Éleveur de porcs dans le Morbihan, Jean-Marc Onno est trésorier de l’Association des agriculteurs méthaniseurs de France. Son unité de méthanisation, il la voit comme «un projet de territoire» et une façon de créer de l’emploi. La méthanisation des déjections de ses 280 truies lui a permis d’ouvrir une production de champignons, sur la ferme, qui utilise en partie la chaleur produite par le méthaniseur. Il compte aussi lancer une production d’algues alimentaires (la spiruline). Il se réjouit d’avoir créé plus d’une vingtaine d’emplois «tout en restant producteur de porcs». Son credo : la valeur ajoutée de la méthanisation doit revenir au territoire.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde