Aller au contenu principal

HVE : trois lettres pour différencier ses produits

La certification Haute valeur environnementale est aujourd’hui une des voies choisies par de plus en plus d’agriculteurs pour obtenir une reconnaissance de leurs efforts en matière de respect de l’environnement.

Encore peu connue des consommateurs, cette certification est désormais recherchée par les acheteurs et sera bientôt le passeport nécessaire pour le marché de la restauration collective. 

Réactivée en 2018 par la loi Egalim, la certification HVE s’adressait jusqu’alors principalement aux exploitations désireuses de maintenir leur marché avec la restauration collective dans le cadre de leur obligation de s’approvisionner à 50 % auprès d’exploitations certifiées.

Au-delà de la restauration collective, aujourd’hui, de nombreux acheteurs de céréales, de pommes de terre ou de légumes industriels et, également, certaines coopératives se tournent vers cette certification qui permet d’entrer dans une démarche environnementale dynamique basée sur trois niveaux. 

 

Une démarche de certification progressive

Accessible à toutes les exploitations, le premier palier de la certification HVE vérifie que l’exploitation respecte les exigences environnementales de la conditionnalité des aides Pac, à savoir, les exigences relatives aux domaines de l’environnement, de santé des végétaux et des conditions agricoles et environnementales (BCAE).

Le niveau 2 est, quant à lui, une obligation de moyens. En effet, il s’agit de mettre en œuvre et d’enregistrer ses pratiques concernant différentes exigences réparties en quatre item : la biodiversité, la stratégie phytosanitaire, la gestion de la fertilisation et la gestion de la ressource en eau. On peut citer, par exemple, la nécessité de raisonner l’irrigation des cultures en prenant en compte leurs besoins et les apports de la réserve en eau ou encore l’enregistrement des pratiques de fertilisation par îlot concernant les apports d’azote et d’acide phosphorique.

Aucune difficulté technique n’est réellement engendrée par ce niveau, la réussite étant plutôt liée au raisonnement et à l’enregistrement de ses pratiques. Des outils simples comme mesp@rcelles et les conseils avisés de votre conseiller de la chambre vous permettront d’atteindre ce niveau sans grandes difficultés.

 

Un troisième niveau reconnu par un logo sur les produits

Pour le troisième niveau, la difficulté est toute autre, mais il est le seul à permettre d’apposer le logo HVE sur ses produits. 

Pour atteindre ce niveau, deux voies sont possibles. La première, via une approche thématique, requiert de respecter un certain nombre d’indicateurs de résultats. Il s’agit, par exemple, sur le volet de la protection phytosanitaire, d’obtenir une note supérieure ou égale à dix en jouant sur les indicateurs suivants : l’IFT moyen, la part de la SAU non traitée ou couverte par des méthodes de luttes alternatives ou, enfin, la part de la SAU engagée dans une MAE phyto et la présence d’équipement de lutte contre la pollution diffuse.

La seconde, via une approche globale, se base sur deux critères, la biodiversité et un poids des intrants inférieur à 30 % du chiffre d’affaires. Cette voie, plutôt pensée pour des systèmes de productions à haute valeur ajoutée est surtout utilisée dans les exploitations viticoles, mais doit également être étudiée en maraîchage et en système spécialisé en pommes de terre.

Les niveaux 2 et 3 sont certifiés pour une durée de trois ans par un organisme agréé. Pour faciliter l’entrée dans la démarche, la Chambre d’agriculture la Somme a mis en place un accompagnement individuel ou collectif au travers de formations, de pré-audits et de phases d’élaboration de solutions techniques afin d’accompagner un maximum d’exploitations dans cette voie.

La loi Egalim, l’intérêt croissant des acheteurs pour cette démarche, le crédit d’impôt de 2 500 € proposé par l’État dans le plan de relance, l’exemption du conseil stratégique phytosanitaire et la possible reconnaissance de la démarche dans la prochaine Pac, font que la certification Haute valeur ajoutée est désormais bien partie pour se développer, surtout si elle permet une réelle valorisation des produits.

 

HVE3
Pour Mathilde Degrendel, maraîchère à Cappy, «Je n’ai aucune certification sur mon exploitation et certifier son exploitation HVE 3 permet de prouver aux consommateurs que nous produisons de manière à respecter l’environnement. De plus, si je veux pérenniser mon débouché commercial de la restauration collective, il faut se lancer dans cette démarche. C’est aussi une manière d’expliquer que nous respectons l’environnement sans être en agriculture biologique. Il faut faire de cette obligation un atout. Dès lors où notre exploitation est certifiée HVE 3, nous pouvons utiliser le logo qui nous permet de nous démarquer des autres produits».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde