Aller au contenu principal

Ils innovent : Benjamin Cousin

Ingénieur agricole de formation, Benjamin Cousin souhaitait s’installer à son compte dans l’agriculture, mais n’avait pas de terres. Il a contourné la difficulté avec son projet de micro-pousses.

Depuis juin dernier, Christophe Cousin produit cent dix barquettes par an 
avec une vingtaine de variétés. D’ici la fin de cette année, il compte atteindre les trois cents par semaine.
Depuis juin dernier, Christophe Cousin produit cent dix barquettes par an
avec une vingtaine de variétés. D’ici la fin de cette année, il compte atteindre les trois cents par semaine.
© Florence Guilhem

Les micro-pousses gourmandes de Benjamin Cousin

C’est la plus petite exploitation agricole de la Somme : 289 m2. «Quand on n’a pas de pétrole, on a des idées», dit l’adage, qui colle parfaitement à la peau de Benjamin Cousin. S’il a fait une école d’ingénieur agricole après le bac, il ne pensait pas pour autant s’installer comme agriculteur. Ce qu’il voulait ? «Je n’en savais trop rien, mais il n’a jamais été question pour moi de reprendre la petite exploitation de polyculture et élevage de mon père», dit-il.
Quinze ans après avoir exercé dans le para-agricole (agro-fourniture et coopérative), son désir de s’installer est mûr. Son projet, il l’imagine plutôt agricole, mais il n’a pas de terres. Une piste est à explorer : les caractéristiques touristiques de son lieu de vie, soit la Baie de Somme. Mais ce qui va réllement le mettre sur la piste est un reportage à la télévision sur les micro-pousses, qu’il regarde un soir, fin 2017.
En faisant quelques recherches, il se rend compte que cette «niche» n’est quasiment pas développée en France. Et des débouchés existent auprès des restaurants gastronomiques, qui  en utilisent dans leur cuisine, mais qu’ils font venir de l’étranger. Un produit pur jus local ne peut que trouver sa place, pense-t-il alors.

Une production délicate à conduire
Après avoir fait une étude de marché, et avoir rencontré un producteur dans le Puy-de-Dôme, il monte une serre de 90 m2 sur son terrain et se lance dans la production de micro-pousses. Mais il est rapidement confronté à des difficultés dans ses itinéraires techniques, car il s’avère compliqué de maintenir des conditions ambiantes identiques tout au long de la production sous serre. Le sort va lui donner un petit coup de pouce, avec la disponibilité d’une salle dans un bâtiment à usage professionnel, qui jouxte sa résidence principale.
Il travaille d’abord à partir d’une dizaine de variétés (coriande, basilic rouge, shizo, agastache, mélisse, capucine, roquette, moutarde, etc.). Toutes les graines utilisées proviennent principalement d’Angleterre et sont non traitées. «Mon objectif est de travailler comme si j’étais en bio. C’est facile parce que ce sont des cycles très courts. Les micro-pousses n’ont donc pas le temps d’être soumises à des maladies, des insectes ou des ravageurs», explique-t-il.
Benjamin utilise des barquettes dans lesquelles il met du terreau et du sable, avant de semer dessus les graines. Une fois que tout est fin prêt, les barquettes sont placées dans des germoirs de sa fabrication et y restent quelques heures ou quelques jours, suivant les variétés. Ensuite, il les place sur des rayonnages d’entrepôt éclairés de leds horticoles pour achever leur cycle. «Le plus difficile a été la mise au point de l’arrosage, ainsi que le temps de germination, car il n’existe aucune référence», avoue-t-il. Après quelques tâtonnements, il perfectionne son système et atteint ses objectifs. Cent dix barquettes sont produites par semaine depuis juin. Son objectif est d’atteindre les 300 d’ici la fin de l’été 2019.

Un «partenariat»
Innover, c’est bien, mais rendre viable économiquement son projet, c’est mieux. Pour mettre toutes les chances de son côté, son choix de variétés se fait en concertation avec les restaurateurs en recherche de micro-pousses locales pour valoriser encore plus les produits du terroir qu’ils travaillent.
Aujourd’hui, sa palette s’étend à une vingtaine de variétés, et Benjamin réfléchit à développer des mini-légumes et d’autres variétés. Et pourquoi pas développer les micro-pousses auprès des particuliers ? Autant d’idées qui poussent dans sa tête, et qui devraient rencontrer leur cible rapidement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde