Aller au contenu principal

Ils innovent : Dominique et Elise Bayart

Dominique et Elise Bayart planchent depuis 2018 sur l’élaboration d’une rampe de traitement localisé sur les plants de pommes de terre.

Fille et père réunis pour un même projet.
Fille et père réunis pour un même projet.
© E. B.

Des plants de pommes de terre traités aux petites oignons chez les Bayart

C’est simple comme bonjour, mais jusqu’ici personne n’a eu l’idée de mettre en place un système de pulvérisation localisée sur la culture de plants de pommes de terre. Installé depuis 1982, Dominique est à la tête d’une exploitation agricole de 380 ha à Cerisy-Buleux. Sur tous les hectares de cultures, 150 d’entre eux sont consacrés à la pomme de terre, culture exigeante s’il en est en termes de traitements phytosanitaires.
Comme chaque année, c’est toujours la même histoire. «On doit réaliser en tout début de végétation, soit dès la levée des pommes de terre, des traitements insecticides, surtout à base d’huile minérale. Or, on pulvérise tout le champ alors que le sol n’est pas recouvert en totalité par la culture. Non seulement, c’est une perte de produit, mais, en plus, le sol n’a pas besoin d’huile minérale», raconte Dominique Bayart. La solution serait donc de cibler le traitement de la plante jusqu’à ce qu’elle recouvre toute la terre.

Mise en route du projet
Le manque de temps et l’absence d’interlocuteurs font que l’idée reste en suspens, dans un premier temps, jusqu’à ce que Dominique échange avec sa fille, Elise, tout aussi passionnée d’agriculture que lui, et étudiante en quatrième année à UniLaSalle, spécialisée dans l’innovation agricole. Le projet prend forme peu à peu : ce sera celui d’une rampe de traitement localisé, ayant pour objectif de réduire l’épandage de produits phytosanitaires sur la culture de plants de pommes de terre en début de végétation. De telles rampes existent pour la culture de betterave et celle du maïs, mais elles ne sont pas adaptables à la pomme de terre. Il faut donc innover. «On part un peu à l’aventure, mais c’est une belle aventure», commente Elise Bayart. Et une aventure dont le budget maximal qu’ils comptent investir ne doit pas dépasser les 50 000 €.
Père et fille multiplient dès lors les mesures au champ, les calculs et les recherches. Puis, ils se rapprochent d’un constructeur de matériel belge, avec lequel Dominique Bayart a de bonnes relations, pour réfléchir au prototype de rampe qu’ils aimeraient élaborer. Ils impliquent aussi dans leur projet le technicien de la chambre d’agriculture et celui du Comité Nord plants de pomme de terre, qui interviennent tous deux dans l’exploitation.
Cette rampe de 18 m, composée de cinq modules indépendants de 3,60 mètres chacun, pulvérisera uniquement le rang de pommes de terre et non la totalité de la parcelle. La rampe sera équipée de sondes, d’ultra-sons et de caméras. Elle pourrait être utilisée pour les six premiers passages. «Dès les premiers passages, on pourrait n’utiliser que 15 à 20 % de la dose, soit 80 % en moins de produits que d’ordinaire», relève Elise. Son nom de code ? Precisea. Reste que la confection de la rampe ne sera pas une mince affaire, car il faudra être très pointu dans les choix retenus pour bien cibler la pulvérisation. «On sera impliqués dans le bureau d’études du constructeur pour l’élaboration», indique Dominique Bayart. Si tout roule, le prototype devrait être prêt en mai 2020, et la rampe opérationnelle début 2021.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde