Aller au contenu principal

Ils innovent : Martin Ebersbach

Pour pouvoir s’installer sur la ferme de sa mère, Dorothée, Martin devait trouver une activité de diversification. L’histoire familiale lui a montré la voie, celle de la production d’un vin pétillant.

Les premières bouteilles seront vendues en 2022. Les six hectares de vigne devraient produire 40 000 bouteilles par an.
Les premières bouteilles seront vendues en 2022. Les six hectares de vigne devraient produire 40 000 bouteilles par an.
© F. G.



Vin blanc : le projet très "pétillant" et bio de Martin Ebersbach

L’agriculture, chez les Ebersbach, c’est une histoire de famille. Aussi Martin n’a pas dérogé à la règle, car rien de plus intéressant pour lui que de «planter des cultures, puis voir comment elles se développent et obtenir, au final, quelque chose de bon», confie-t-il. Alors, la suite logique, après des études à l’Isa de Lille, était le retour à la ferme des Vœux, à Ailly-sur-Noye, autrement dit à la terre natale. Mais l’activité céréalière dans des terres de faible qualité ne permettait pas vraiment de dégager un revenu. De quoi compromettre son installation, sauf à trouver un projet de diversification, qui lui permettrait aussi de prendre la relève de sa mère au moment de sa retraite.
Son oncle, né ici, et aujourd’hui viticulteur dans l’Hérault, a toujours dit que faire pousser des vignes dans ces terres crayeuses serait une bonne idée, et d’autant qu’elles sont exposées au sud. Une de ses tantes, conseillère viticole indépendante dans le Vaucluse, le confirme également. Martin pousse le raisonnement jusqu’au bout, et se dit aussi que les raisins produits par les vignes pourraient être transformés sur place, puis le vin vendu à la ferme et auprès de quelques intermédiaires. L’idée est d’autant plus séduisante que la viticulture est quasi inexistante dans la Somme. Si un agriculteur s’est lancé dans le vin il y a un an,
devançant Martin, personne, en revanche, ne produit de vin pétillant bio. Le marché est donc grand ouvert.

Etape par étape
Mais, comme «rien ne sert de courir, il faut arriver à point», Martin a décidé de procéder pas à pas pour se faire la main et ne pas prendre trop de risques, les vignes craignant particulièrement le gel. Or, la Somme y est exposée en hiver et au printemps.
Au programme, un premier hectare sera planté en mars et avril de cette année, puis un second en 2020, et quatre en 2021. Comme cépage, c’est le Chardonnay qui a été retenu pour faire du blanc de blanc, à la méthode champenoise. «C’est, en fait, le climat qui a décidé pour nous», dit-il. Au final, les 6 hectares devraient permettre de produire 40 000 bouteilles par an. Les premières vendanges auront lieu en 2021, et les premières bouteilles vendues en 2022. Des étudiants de l’Isa planchent aujourd’hui sur le marketing. La suite ? Organiser des visites des vignes et des dégustations pour faire découvrir ce patrimoine à tous les curieux, et partager avec eux sa passion du vin.

Produire et vinifier
Sur le plan de la vinification, un bâtiment de stockage du corps de ferme, aujourd’hui en location, sera réinvesti pour accueillir la cave. Des œnologues de Champagne seront à ses côtés pour l’accompagner dans cette transformation. «Seule une partie de la vinification sera sous-traitée, à savoir la mise en bouteille et le dégorgement. Mais, pour tout le reste, ce sera nous», explique Martin, qui envisage de suivre une formation d’œnologie à Reims.
Les plants ont déjà été commandés et le matériel d’occasion acheté ou en cours d’achat. Autre étape capitale : la définition du schéma d’élaboration de la plantation sur lequel planche Martin aujourd’hui. «Cette préparation technique est essentielle, car le choix du cépage, celui de la distance de plantation et celui de la technique de taille participent à l’obtention d’un produit de la meilleure qualité possible. Et c’est exactement là où je veux arriver», indique Martin. Réponse ? Dans quatre ans.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde