Aller au contenu principal

Ils ont sauté le pas de la conversion bio en grandes cultures

La conversion en bio trottait depuis plusieurs années dans la tête de Romain et Valentin Courtin, exploitants associés à Belleuse, près de Conty. Des problèmes de santé ont été le déclic en 2019. Ils témoignent de leur parcours.

Romain et Valentin Courtin vivent leur dernière campagne de C2 et sont plutôt confiants : «La technique est bien maîtrisée, notre seule crainte repose sur les prix», confient-ils. Ce 25 novembre, ils faisaient le point avec Vincent Dusannier (Noriap,  à g.) et Louison Caron (Bio en Hauts-de-France, à dr.).
Romain et Valentin Courtin vivent leur dernière campagne de C2 et sont plutôt confiants : «La technique est bien maîtrisée, notre seule crainte repose sur les prix», confient-ils. Ce 25 novembre, ils faisaient le point avec Vincent Dusannier (Noriap, à g.) et Louison Caron (Bio en Hauts-de-France, à dr.).
© Alix Penichou

Des solutions chimiques de moins en moins efficaces. Des rendements qui plafonnent dans des terres de craie à faible potentiel. Et surtout, des soucis de santé qui ont été un déclic. «Nous pensions à la conversion de notre exploitation en bio depuis un moment, et nous avons sauté le pas en 2019, avec la conversion de 120 ha. Les 120 autres ha ont été convertis l’année suivante», témoignent Romain et Valentin Courtin ce 25 novembre, dans le cadre du «mois de la bio», une série de visites organisées par Bio en Hauts-de-France. Cette campagne sera donc leur dernière année de C2 (cultures en deuxième année de conversion).

Un changement radical de pratiques ? «Pas tant que ça, souligne Romain. Nous avions déjà un assolement très diversifié, avec de longues rotations. On n’apprend rien de nouveau, mais on est plus vigilant car nous n’avons plus de solution de secours.» Le cadre apporté par les instances techniques (Bio en Hauts-de-France, la chambre d’agriculture et leur coopérative Noriap) est rassurant. «Aujourd’hui, l’accompagnement est sérieux, et le recul suffisant pour nous apporter des leviers efficaces.» L’investissement a lui aussi été limité : une herse étrille, financé à 60 % par les aides du PCAE (Plan de compétitivité et d’adaptation des exploitations agricoles), et une coupe andaineuse bien utile avant moisson. «Nous semons sous couvert au printemps. Le couvert s’est parfois tellement développé que nous devons andainer avant de pouvoir récolter.»

Les variétés résistantes permettent de limiter le risque de maladies, et la préservation de la biodiversité permet de trouver un équilibre entre ravageurs et auxiliaires. «Il se peut que nous perdions quelques quintaux, mais comme les charges sont moindres, la marge brute n’est pas impactée», précise Valentin. Côté rotations, les agriculteurs ont tout de même remplacé certaines cultures, comme la betterave sucrière, par d’autres plus propices au bio, comme le sarrasin, les lentilles, la caméline et la luzerne porte-graines. Blé, triticale, épeautre, orge de prin-temps, vesces semences ou encore féveroles d’hiver complètent l’assolement. 

 

Délicate gestion des adventices

Leur inquiétude repose surtout sur la gestion des adventices. «Avant le passage en bio, nous avions des problèmes de gestion des graminées. Désormais, avec moins d’apport d’azote chimique et des semis plus tardifs, nous arrivons à bien les gérer. Mais nous craignons les vivaces, surtout chardons et laiterons.» La stratégie des frères Courtin repose sur des cultures couvrantes et mécanisables (cf. encadré). Il faut dire qu’ils ont en tout 600 ha à leur charge, car les voisins pour qui ils réalisaient de la prestation de services depuis des années les ont suivis dans le projet de conversion bio. «La main-d’œuvre est un critère important dans nos choix.» 

La réflexion sur les cultures ne cesse d’évoluer. Près de 90 ha de luzerne porte-graines ont par exemple été implantés. «Sur le papier, c’était un super choix. Une culture qui reste en place deux ans, qui apporte de l’azote au sol, nettoyante… Mais en réalité, les conditions météo n’ont pas du tout été favorables et nous avons pris une grosse gamelle, avec une récolte quasi nulle. On se rend compte que cette plante est trop délicate», avouent-ils. Le maïs grain devrait aussi disparaître de l’exploitation pour d’autres raisons. «Les corbeaux et les sangliers causent trop de dégâts. C’est ingérable.»

Romain et Valentin pensent au tournesol, tête de rotation en terres blanches qui semble se plaire sous le soleil samarien. «Nous craignons cependant les attaques d’oiseaux.» Le colza pourrait aussi être faisable. «Nous le sèmerions tôt, dans un précédent riche type luzerne ou féveroles, avec un apport organique, pour un développement rapide et une résistance aux bioagresseurs, précise Valentin. En cas d’échec, nous pourrons toujours le retourner pour semer une culture de printemps.» 

 

Seule crainte : le marché

Aujourd’hui, les nouveaux agriculteurs bio sont confiants. Les techniques sont plutôt bien maîtrisées, et l’étude réalisée avec Cerfrance leur laisse espérer un EBE stable sur cinq ans, par rapport à leur activité en conventionnel. «Notre seule crainte repose sur les prix du marché (cf. encadré). Le bio doit absolument être bien rémunéré pour compenser la perte de rendement et le travail fourni», martèlent-ils. 

 

Un essoufflement palpable du marché bio

Le bio traverse une zone de turbulence inédite, après avoir enregistré une forte croissance les années précédentes. «Deux filières sont principalement impactées : le lait et les œufs», précise Louison Caron, de Bio en Hauts-de-France. En lait, effectivement, la casserole déborde. La production française a bondi ces derniers mois, répondant aux objectifs de transition de la filière, mais la demande s’est tarie. Sodiaal, par exemple, a annoncé qu’elle allait revoir le prix du lait bio à la baisse (10 % de la production bio seront payés près de 23 % moins cher pendant un an). Les ventes des œufs estampillés 0, elles, ont baissé de 3,1 % pour les huit premiers mois de l’année, affirme le Comité national de la promotion de l’œuf (CNPO). Les céréales ne sont pas épargnées non plus. Le blé meunier a connu une production 70 % plus élevée que l’année dernière, ce qui crée un excédent sur le marché.
«Aujourd’hui, on est dans une période de tension, avec un pouvoir d’achat contraint, pompé par la hausse des prix de l’énergie, par le logement, etc. Les consommateurs délaissent des produits dits haut de gamme, plus chers, comme le bio», décrypte Philippe Goetzmann, spécialiste du secteur, pour Agra Presse. Mais cette situation pourrait être structurelle. «On est sur deux marchés matures, qui pourraient avoir atteint leur sommet», ajoute le consultant. «La situation pourrait ralentir les conversions. En Hauts-de-France, la dynamique est moins forte cette année», avoue Louison Caron. Les objectifs des politiques poussent pourtant dans ce sens : la France vise 15 % des surfaces agricoles cultivées en bio d’ici la fin du quinquennat - taux qui ne sera pas atteint à cette échéance – et l’Union européenne vise 25 % de terres bio d’ici 2030 dans sa stratégie «De la ferme à la fourchette».
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Aude Sorel, agricultrice à Courcelles-sous-Moyencourt, fait partie des Licornes, la seule équipe féminine de rubgy à XV du département. La compétitrice dans l’âme a trouvé dans ce club la cohésion de groupe qu’elle espérait.
Aude Sorel, Licorne par passion, agricultrice par vocation
L’équipe féminine amiénoise de rubgy à XV suscite l’engouement. Le collectif refondé cette année, tout en bonne humeur, performe…
Depuis 2019, un consortium réunissant l’interprofession de la pomme de terre, les Chambres d’agriculture, la FRSEA  et le Conseil régional Hauts-de-France alerte les pouvoirs publics sur les difficultés liées à l’arrêt de l’utilisation du CIPC pour le stockage des pommes de terre. 
5,9 millions mobilisables en 2022 pour moderniser le stockage
Le conseil régional des Hauts-de-France pourrait adopter, début février, la mise en place d’un nouvel appel à projets pour la…
Payés pour réduire leurs volumes de lait bio
Face à la crise du lait bio, la coopérative Sodiaal a annoncé fin décembre à ses adhérents…
Pour être applicable dès le printemps 2022, l’arrêté cadre de gestion de l’eau devra faire l’objet d’une consultation publique dans les prochaines semaines.
Irrigation : la Dreal demande des restrictions drastiques dès 2022
La Dreal des Hauts-de-France veut utiliser une «harmonisation» pour faire passer des restrictions drastiques des volumes d’eau…
Au 1er janvier 2022, les éleveurs devront avoir signé un contrat de trois ans minimum pour les jeunes bovins, génisses, et vaches allaitantes de races à viande. Une mesure issue de la loi Egalim 2.
Contrats en bovins viande : derniers vertiges avant le grand saut
Alors que la contractualisation deviendra obligatoire au 1er janvier pour certaines catégories de bovins viande, la…
mobilisation
Menacée par des riverains récalcitrants, une ferme de l’Oise fait appel pour être respectée
Environ 200 agriculteurs se sont mobilisés le 30 décembre pour soutenir un de leurs collègues en conflit avec un collectif de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde