Aller au contenu principal

Ils ont trouvé un stagiaire/apprenti grâce à Stage agricole

Vous cherchez un stagiaire ou un apprenti en agriculture ? Le site internet Stage agricole fait le lien entre les exploitants en recherche et les candidats.

© JA



L’année scolaire se termine. On entre dans le mercato d’été des stages et apprentissages : d’un côté, des exploitants désireux de faire partager leurs connaissances ; de l’autre, les jeunes impatients d’apprendre. Pour faire le lien, Jeunes agriculteurs a créé Stage agricole : une plateforme qui met en relation stagiaires ou apprentis et maîtres de stage et d’apprentissage dans chaque région. Créée en 2017, elle recense aujourd’hui près de 1 500 annonces.

Simple et gratuit
L’inscription se fait par un formulaire en ligne : description de l’exploitation, profil recherché, possibilités d’accueil et coordonnées de l’exploitant. Avec ces informations, le candidat peut entrer en contact directement avec l’exploitant. Le site propose aussi une candidathèque dans laquelle des jeunes en recherche ont déposé leur CV. Toutes les exploitations accueillantes et les candidats motivés sont les bienvenus. L’outil est ouvert à tous les agriculteurs quelle que soit leur orientation technico-économique ou leur mode de production et aux candidats de tous niveaux. Il est possible de s’inscrire et de retirer l’annonce lorsqu’elle a été pourvue, mais aussi de maintenir l’annonce.

Recherche de profils
L’exploitant définit dans son annonce le profil recherché. La démarche diffère en fonction de l’objet de la recherche. Embaucher un apprenti répond à un besoin sur l’exploitation. Pour le Gaec Vermersch, l’objectif était de trouver un candidat capable d’être vite opérationnel dans les travaux de l’élevage. Deux critères majeurs de sélection sont ressortis : être passionné par l’élevage, avoir déjà eu une expérience dans ce domaine. Les associés ont orienté leur choix vers un apprenti dans le cadre d’une formation post bac en élevage. Accueillir un stagiaire répond plus à un «coup de main ponctuel», selon Guillaume Parsy. L’exploitant accepte indifféremment des profils orientés plutôt élevage ou culture et adapte les missions du stagiaire en fonction, lorsque c’est possible. Pour lui, le critère majeur est la proximité géographique entre l’exploitation et l’hébergement du candidat.

Prise de contact
Lorsque le candidat trouve une annonce qui correspond à la fois à sa recherche et à son profil, il lui revient de prendre contact avec l’exploitant.Toutes les coordonnées sont disponibles directement dans l’annonce. Dans tous les cas, l’exploitant préférera avoir directement contact avec le candidat plutôt qu’avec un intermédiaire ou un parent. Il pourra demander un CV et une lettre de motivation puis convenir d’un entretien. Elie Vermersch suggère aussi de visiter l’exploitation et de proposer un essai. Chez lui, ce processus de recrutement a fait ressortir qu’Éloise correspondait au profil recherché. Son contrat démarre ce lundi. La mission de Stage agricole est remplie.

Curieux d’en savoir plus ? Rendez-vous sur le site https://hautsdefrance.stage-agricole.com/


«J’embauche une apprentie grâce à Stage agricole»


À Ville-le-Marclet, à mi-chemin entre Amiens et Abbeville, Elie Vermersch est installé au sein du Gaec Vermersch. Avec ses associés, ils cherchaient un apprenti passionné par l’élevage. «Nous avons l’habitude de prendre des stagiaires mais on voulait quelqu’un qui soit présent plus souvent». Lui-même ancien apprenti, il lui semblait naturel de donner à son tour sa chance à un jeune.
Eloïse recherchait un apprentissage pour se lancer dans un certificat de spécialisation Conduite de l’élevage laitier. Elle a trouvé l’annonce du Gaec sur Stage agricole. Elle explique : «J’ai repéré plusieurs annonces qui correspondaient à mes critères géographiques et qui présentaient un atelier laitier. J’ai ensuite contacté les exploitants.» Elle a choisi le Gaec Vermersch parmi plusieurs autres offres car elle souhaite développer ses compétences en génétique et les associés y portent beaucoup d’intérêt. Elle conseille aux autres jeunes en recherche de définir précisément leurs critères pour être efficaces dans leur recherche.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

dossier PAC dépôt dossier aides PAC
La date limite de dépôt des demandes d’aides de la PAC repoussée

Les demandes d’aides de la PAC liées à la surface au titre de la campagne 2024 pourront être déposées jusqu’au vendredi 24 mai…

RN 25 Beauval
RN 25 : un accord unanime présenté à Beauval

Les exploitants et propriétaires concernés par les expropriations du chantier de rénovation de la RN25 étaient conviés à une…

Élaboré et servi par Martin Ebersbach, le vin de la Ferme des Vœux est blanc (rosé) pétillant, élaboré selon une méthode champenoise.
Au Vignoble des Vœux, une longue attente bientôt récompensée

La diversification vers la viticulture engagée par Martin Ebersbach à la Ferme des Vœux enthousiasme le Conseil départemental…

En visite à l’EARL des enclos, la ministre Pannier-Runacher a assuré que «quand on met en place des réglementations,  ce n’est pas pour le plaisir mais parce qu’il y a urgence à répondre au dérèglement climatique».
Dans la Somme, Agnès Pannier-Runacher prend la défense d’Egalim

La ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire s’est rendue le 17 avril au Crotoy…

Une rencontre entre le directeur de l’ASP et les agriculteurs a été organisée devant le siège de l’administration à Amiens.
L’ASP pointée du doigt pour le non-paiement des Maec et CAB

Mardi 14 mai, des agriculteurs bio et leurs représentants de plusieurs départements des Hauts-de-France ont manifesté devant…

La construction de l’usine de fabrication d’engrais à Languevoisin devrait débuter en 2027. Une fois achevée en 2030,  elle permettra la création de 250 emplois directs dans la région et fournira chaque année 500 000 tonnes d'engrais bas carbone.
Un projet d’1,3 milliard dans la Somme pour des engrais bas carbone

En marge du Sommet Choose France organisé le 13 mai à Versailles, un groupe d'industriels européens a annoncé vouloir…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde