Aller au contenu principal

Sports
Ils quittent la cotte pour enfiler le dossard du marathon de Paris

À la SARL Beugnet, à La-Chaussée-Tirancourt, la course à pied est désormais une histoire d’entreprise. Nicolas, l’un des gérants, prendra le départ du marathon de Paris ce dimanche, avec ses trois salariés. Sébastien rentre de celui de Rome, et sera dans le public pour encourager l'équipe. Une aventure sportive qui soude l’équipe.

L’équipe est soudée autour d’un objectif commun : franchir la ligne d’arrivée. La performance sportive serait la cerise  sur le gâteau.
L’équipe est soudée autour d’un objectif commun : franchir la ligne d’arrivée. La performance sportive serait la cerise sur le gâteau.
© A. P.

À quelques jours du départ du marathon de Paris, l’ambiance est toujours franchouillarde à la SARL Beugnet frères, à La-Chaussée-Tirancourt. On plaisante, on se chambre les uns les autres… Mais on sent tout de même la tension monter. «Ça fait des semaines qu’on s’entraîne, avec trois à quatre sorties par semaine. Là, ça devient concret, et on a hâte d’en découdre», confie Nicolas Beugnet. Dans cette exploitation familiale de polyculture et élevage allaitant, doublée d’une entreprise de travaux agricoles, le sport assure une vraie cohésion d’équipe. Le dirigeant, ainsi que deux salariés Benoît Beugnet et Antoine Henry, et un apprenti, Pierre Bonneval, se sont lancés le défi des mythiques 42,195 km au cœur de la capitale.

Le premier à avoir chaussé les baskets est Sébastien, l’un des deux associés. «J’ai participé à trois marathons déjà, dont deux à Paris et le troisième à Rome (Italie), ce 19 mars», précise-t-il. À cette époque, son frère le prenait pour un fou. «Pour moi, 10 km c’était déjà énorme», rit-il aujourd’hui. Mais la course le motive cependant. «L’année dernière, nous avons participé à la Jules Verne d’Amiens. C’était 10 km, donc rien à voir, mais ça nous avait plu. Et puis Benoît a décidé de s’inscrire au marathon de Paris, et on a suivi…»

Depuis, le groupe ne lâche rien. «On a couru tout l’hiver, le soir après le boulot, à la lampe frontale. On connaît le chemin du halage par cœur.» Pas toujours facile de se motiver dans ces conditions. «Mais en groupe, on se booste les uns les autres.» Ils ont pu bénéficier du programme d’entraînement disponible sur le site du marathon. «On fait entre 40 et 50 km par semaine, avec deux ou trois sorties courtes et une plus longue.» L’hygiène de vie est aussi de mise. Enfin, pour certains. «Cela fait trois mois que je ne bois plus une goutte d’alcool», assure Nicolas. Les trois jeunes n’en disent pas autant, surtout Pierre, adepte des soirées JA festives. «Mais à leur âge, on récupère plus vite», plaisante Nicolas. 

Dimanche, tous ont le premier objectif de terminer la course. Un chrono inférieur à 4h30, voire 4h pour certains serait un bonus. Nicolas espère que ses genoux tiendront le coup, mais compte sur son mental pour dépasser la douleur. Benoît, Antoine et Pierre ont en tête de calmer leur ardeur en début de course pour pouvoir aller au bout. «Le piège, c’est de partir trop vite.» Ils bénéficient des conseils de Sébastien, dont l’expérience lui a appris que rien n’est acquis d’avance. «Je n’ai pas su finir mon deuxième marathon, car il tombait pendant la période d’ensilage et je n’avais pas pu m’entraîner correctement. Ça m’a hanté toute la préparation et la course de cette année.» Mais il a finalement dépassé l’angoisse. Dimanche, il a étudié le parcours pour encourager l’équipe sur les points stratégiques. «On sera plus d’une vingtaine, avec la famille et ceux qui courraient Rome avec moi. Les spectateurs, ça donne un vrai coup de boost.»

 

Une belle «promenade»

Pour cette quarante-deuxième édition, les samariens seront mélangés aux 45 000 participants, originaires de plus de 140 pays à travers le monde. Des Champs-Élysées à l'avenue Foch, le parcours offre des monuments emblématiques de Paris, comme la place de la Concorde, l'Opéra Garnier, le Musée du Louvre, Notre-Dame, le Grand Palais, la Tour Eiffel et l'Opéra Bastille. Il emprunte aussi les bois de Vincennes et de Boulogne. Mais les novices ne sont pas sûrs de pouvoir apprécier pleinement le paysage. «On a aussi vu qu’il y avait 280 m de dénivelé. Ce ne sera pas simple.»

Plus que la performance sportive espérée, ce défi commun est un véritable lien pour l’entreprise. Les midis, un peu plus fades pour le palais depuis qu’ils ont troqué la bière pour l’eau, sont toujours animés. «Avant, on ne parlait que de machines. Aujourd’hui, on parle un peu de machine, et beaucoup de course !» Le programme d’entraînement est même affiché sur le tableau d’organisation du travail. Celui-ci rythme les journées. «On s’organise pour terminer les journées à l’heure et pouvoir aller courir.» Les Beugnet sont aussi fiers de casser l’image de l’agriculteur et de l’entrepreneur le nez dans le guidon, qui n’a pas le temps pour les loisirs. «C’est la preuve que notre métier peut permettre d’avoir une vie en dehors.» Y’a plus qu’à…

Les suivre en direct

Suivre les coureurs en direct, installé confortablement dans un canapé, c’est possible. Le marathon de Paris – dites Schneider Electric Marathon de Paris – propose aux participants d’être accompagnés virtuellement par leurs proches tout au long des 42,195 km, grâce à l'application Schneider Electric Marathon de Paris. Celle-ci sera disponible dès le 2 avril sur IOS et Android, et propose la consultation de la liste des partants, la localisation en temps réel des coureurs sur la carte et la consultation des classements par catégorie disponible dès l’arrivée des Élites. Un live est également mis en place sur internet. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

prix du lait l'actais
Les fournisseurs de Lactalis refusent l’augmentation de prix proposée par l’industriel

Le bras de fer entre le géant mondial du lait et ses fournisseurs se poursuit. 

Sima annulation 2024
Le SIMA 2024 annulé et reporté en 2026

La 101e édition de ce salon bisannuel dédié au machinisme agricole aurait dû se tenir au Parc des Expositions de Villepinte du…

Il est possible d’implanter des légumineuses, des cultures fixatrices d’azote ou des cultures dérobées sans phyto à la place  des jachères.
Jachères : une dérogation finalement proposée

Après des mois de pression, la Commission européenne a finalement cédé aux demandes du monde agricole en proposant une…

Cristal Union précise son prix pour 2023

Cristal Union confirme une rémunération en hausse pour 2023 à 50 euros/t .

Dans la Somme, FDSEA et JA condamnent des dégradations d’après manifestations

Entre le 31 janvier et le 1er février, des dégradations sur des infrastructures et équipements routiers ont été commis dans le…

Gilles Perret, réalisateur haut-savoyard, sera à l’affiche le 31 janvier 2024 avec son nouveau film La ferme des Bertrand.
La ferme des Bertrand : 50 ans d’histoire dans la vie d’une ferme

Après Trois frères pour une vie, un documentaire sorti en 1997, le réalisateur haut-savoyard Gilles Perret revient vingt-cinq…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde