Aller au contenu principal

Implanter 10 hectares de couverts à l'heure pour 1,5 euro

Une journée technique « Semer ses couverts à la volée dans le précédent » est organisée le jeudi 24 octobre à Hombleux (80), à 14h.

Le semis de couverts à la volée dans le précédent permet d'anticiper l'implantation des cultures intermédiaires par rapport à une conduite classique et donc de gagner en productivité.
Le semis de couverts à la volée dans le précédent permet d'anticiper l'implantation des cultures intermédiaires par rapport à une conduite classique et donc de gagner en productivité.
© Romain Crignon

Le semis de couverts à la volée dans le précédent permet d'anticiper l'implantation des cultures intermédiaires par rapport à une conduite classique et donc de gagner en productivité grâce à un démarrage plus précoce du couvert. De plus le chantier est déplacé avant la moisson à un moment où la charge de travail et la concurrence avec les autres chantiers de récolte (pailles, lin) et de semis (colza) est moindre.

Une pratique déjà mise en place par plusieurs agriculteurs

Plusieurs agriculteurs en région et hors région mettent en place le semis à la volée avec des résultats qu'ils jugent suffisamment satisfaisants pour reconduire la technique chaque année. Leurs conduites des cultures intermédiaires ont pu être caractérisées et évaluées au travers d'une démarche de traque aux pratiques innovantes menée dans le cadre du projet « Multifonctionnalité des couverts d'interculture » conduit par Agro-Transfert et ses partenaires. Pour implanter leurs couverts, ils peuvent avoir recours à du matériel spécifique ou au montage de deux petits épandeurs centrifuges sur les rampes du pulvérisateur. La technique permet des débits de chantiers élevés (entre 6 et 10 ha/h) et des coûts hors amortissement faibles (entre 1EUR10 et 1EUR50 par ha).

Ces retours d'expériences ont soulevé des questionnements sur les espèces compatibles avec la technique, les conditions de réussite (impact de la gestion des pailles, des choix de désherbage du précédent, de la date de semis) ainsi que des solutions techniques pour l'épandage sur de grandes largeurs (pellet de semences).

Un réseau d'essais mis en place

Pour apporter des éléments de réponse à ces questions, des essais ont été conduits dans cinq parcelles de l'Oise et de la Somme. Lorsque les pailles sont restituées, les levées qui ont eu lieu début août ont donné lieu à peuplements importants sur l'ensemble des plateformes. Toutes les espèces testées (radis, seigle, vesce de printemps, vesce velue, moha, sorgho, moutarde d'Abyssinie, phacélie, trèfle d'Alexandrie) sont compatibles avec la technique. Malgré la sécheresse importante, la plupart des modalités couvrent le sol au 1er octobre.

Se rendre sur la parcelle d'essais

Pour vous faire une idée plus précise sur la technique, Agro-Transfert et ses partenaires vous invitent à venir visiter l'un de nos essais le 24 octobre. Pour se rendre à la visite, en arrivant dans Hombleux via l'axe Ham Nesle, prendre la rue de Voyennes en direction du centre du village puis la rue du cimetière et enfin le chemin qui mène aux éoliennes.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde