Aller au contenu principal

Indemnités journalières maladie : la cotisation fixée à 200 euros par an

Les exploitants agricoles qui interrompent leur activité pour maladie ou accident non professionnel sont indemnisés depuis le 1er janvier 2014.

S'il tombe malade, l'exploitant peut désormais bénéficier d'une indemnité journalière de 20,91 euros pendant les 28 premiers jours et de 27,88 à partir du 29e jour, après une période de carence de sept jours.
S'il tombe malade, l'exploitant peut désormais bénéficier d'une indemnité journalière de 20,91 euros pendant les 28 premiers jours et de 27,88 à partir du 29e jour, après une période de carence de sept jours.
© Stéphane LEITENBERGER


Chaque exploitant agricole devra désormais verser la somme forfaitaire de 200 euros par an à la Mutualité sociale agricole (MSA) en vue de bénéficier d'indemnités journalières en cas de maladie ou d'accident de la vie privée. Paru au Journal officiel du 28 décembre, dans un arrêté du 20 décembre, le montant de la cotisation a été fixé à ce niveau pour chacune des années 2014, 2015 et 2016.
Pour en bénéficier, le chef d'exploitation doit remplir deux conditions : il doit être affilié à l'Amexa (le régime d'assurance maladie, invalidité, maternité, des non-salariés agricoles) depuis au moins un an (la période d'affiliation à un autre régime d'assurance maladie peut cependant être prise en compte lorsque le salarié débute une activité agricole) et être à jour dans ses cotisations. Si c'est le cas et qu'il tombe malade, l'exploitant peut ainsi faire valoir, auprès de son médecin en relais avec sa caisse MSA, son droit à une indemnité journalière à hauteur de 20,91 euros pendant les 28 premiers jours et de 27,88 à partir du 29e jour, après une période de carence de sept jours (trois jours en cas d'hospitalisation).

Durée maximale de trois ans
Le paiement des IJ maladie, qui s'effectuera par quinzaine, ne peut être cumulable ni avec celles de l'Atexa (la couverture accident du travail des exploitants agricoles), ni avec les allocations de remplacement de maternité ou de paternité. Par ailleurs, les arrêts de travail prescrits à l'occasion d'une cure thermale ne donnent pas lieu au versement d'IJ. Enfin, l'acquis n'est pas sans limite de temps : pour les affections de longue durée avec arrêt de plus de six mois, les IJ seront servies pendant une durée maximale de trois ans. Si l'interruption du travail est de moins de six mois, l'assuré pourra percevoir 360 IJ sur une période de trois ans. La mesure nouvelle ne présente par ailleurs aucun caractère rétroactif : les personnes en arrêt au 1er janvier 2014 peuvent faire valoir leur droit, mais ne seront couverts qu'à compter de cette date seulement.

39 000 conjoints concernés
Le chef d'exploitation en fera par ailleurs bénéficier les autres membres de sa famille participant aux travaux (collaborateurs, aides familiaux et associés). À terme, près de 451 000 chefs d'exploitation devraient ainsi être couverts, 39 000 conjoints et 5 000 aides familiaux.
Le montant prévisionnel des cotisations est estimé à 90 millions d'euros, selon la MSA qui s'évertue désormais à faire connaître ce nouveau droit. L'organisme a lancé fin novembre une campagne de communication nationale, auprès des agriculteurs et des professionnels de santé.

Les affiliés Gamex intégrés À la MSA

Au 1er janvier, également, la MSA a récupéré les exploitants agricoles gérés par Gamex, non seulement pour les indemnités journalières Amexa, mais aussi pour toute leur l’affiliation à l’assurance maladie. Sont également concernés les retraités. Même si elle était en déclin, l’affiliation des agriculteurs au Gamex représentait 7 % des exploitants agricoles et 10 à 13 % des retraités, selon la MSA. Les 200 à 220 salariés Gamex devraient être repris par la MSA.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde