Aller au contenu principal

Influenza aviaire : le retour des abattages préventifs

Face à la diffusion du virus dans les Landes, le ministère de l’Agriculture a ordonné le recours à des abattages préventifs dans les élevages situés à 3 km des foyers. Une montée en puissance des moyens de lutte, encore loin du « dépeuplement massif » de 2017, nuance l’interprofession.

canards
Le périmètre dans lequel les préfets peuvent ordonner un abattage préventif autour des foyers confirmés vient d'être étendu, selon un arrêté publié le 3 janvier au Journal officiel. Il concerne désormais plus de 110 communes des Landes et 15 communes des Pyrénées-Atlantiques.
© Pixabay

La nouvelle n’a pas fait plaisir aux professionnels. À la veille de Noël, le ministère de l’Agriculture a publié une liste de 11 communes du département « où des abattages préventifs de volailles peuvent être ordonnés ». Dans ces zones, les canards des élevages situés à moins de 3 km doivent être abattus.

Quatre jours plus tard, le ministère étendait par un nouvel arrêté la zone concernée. L’arrêté porte à 109 le nombre de communes concernées, dont 104 dans les Landes et 5 en Pyrénées-Atlantiques. Cette extension aurait été décidée suite à la suspicion de nouveaux foyers depuis Noël, rapportent la presse locale et la directrice du Cifog (interprofession), Marie-Pierre Pé. « Nous avons d’abord mal reçu la parution de ce premier décret », relate Marie-Pierre Pé. « Mais lorsque nous avons écouté les explications scientifiques à la préfecture, nous avons bien compris. Les échantillons décelaient une très forte présence du virus..». De plus, les conditions météorologiques sont favorables à une dissémination rapide du virus. « Nous sommes en pleine tempête, il y a beaucoup de pluies, la situation est dramatique, car c’est un vecteur aérien du virus », constate la directrice.

Encore loin de 2017

La mesure marque donc une montée en puissance dans la lutte contre cet épisode d’influenza aviaire qui a touché jusqu’ici neuf élevages français dont sept dans les Landes. « Nous ne sommes pas dans un dépeuplement massif comme en 2017 », nuance toutefois le Cifog.

Après la contamination de la Chalosse au printemps 2017, des mesures beaucoup plus drastiques qu’actuellement avaient été mises en place : abattage préventif des élevages à 10 km des foyers, et interdiction de remise en production durant plusieurs semaines, pour instaurer un vide sanitaire à l’échelle territoriale.

Durant cet épisode 2016-217, plus de 600 communes étaient concernées par ces mesures. Plusieurs millions de canards avait été abattus préventivement. La France avait recensé près de 500 foyers et cas d’influenza aviaire hautement pathogène.

Face aux critiques sur la mise en oeuvre d'abattages préventifs, l’interprofession veut toutefois rappeler que « ce n’est pas le Cifog qui décide » des plans de lutte contre l’influenza, mais bien « la DGAL (ministère de l’Agriculture, ndlr) sur avis de l’Anses », explique Marie-Pierre Pé. « Il faut aider les autorités vétérinaires, qui n’ont pas la capacité de tout faire », plaide la directrice du Cifog.

L’interprofession met à disposition sa base de données nationale de localisation et des mouvements de palmipèdes gras, et intervient notamment aux côtés des organisations de producteurs, en soutien opérationnel du ministère de l’Agriculture : « aide à la planification des dépeuplements, interface avec les producteurs, relai de l’information. »

40 nouveaux foyers confirmés, principalement dans les Landes

La France comptait 61 foyers de contamination à la grippe aviaire au 1er janvier, majoritairement dans les Landes, soit 40 de plus en quelques jours, selon le dernier bilan du ministère de l'Agriculture le 3 janvier. Dans un communiqué, le ministère précise que 48 des 61 foyers confirmés se situent dans le département des Landes, territoire traditionnellement producteur de foie gras. Le dernier bilan, communiqué le 29 décembre, faisait état de 21 foyers de contamination sur toute la France.
Le ministère souligne par ailleurs que le périmètre dans lequel les préfets peuvent ordonner un abattage préventif autour des foyers confirmés vient d'être étendu, selon un arrêté publié le 3 janvier au Journal officiel. Il concerne désormais plus de 110 communes des Landes et 15 communes des Pyrénées-Atlantiques. Le ministère précise que la stratégie de prévention de la maladie « pourra être revue à la lumière d'un nouvel avis de l'(agence sanitaire) Anses attendu cette semaine ». 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Les deux dernières minutes de la conférence de presse de rentrée de la ministre de la Transition écologique ont d’abord jeté un froid dans la filière betteraves avant de déchaîner les passions sur les réseaux sociaux.
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s’est exprimée contre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde