Aller au contenu principal

Influenza aviaire : Paris appelle à la vigilance

Depuis le début de l’année, une vingtaine de cas d’influenza aviaire hautement pathogène ont été confirmés en Europe de l’Est. Pointant un «risque important» de contamination via les transports, le ministère français de l’Agriculture insiste sur l’importance des mesures de biosécurité.

Le risque de retour du virus H5N8 en France reste jugé «préoccupant» par les autorités sanitaires nationales.
Le risque de retour du virus H5N8 en France reste jugé «préoccupant» par les autorités sanitaires nationales.
© Pixabay




Faut-il s’attendre à un retour de l’influenza aviaire en France ? Sans tirer la sonnette d’alarme, le ministère de l’Agriculture surveille la situation sanitaire en Europe de l’Est, qu’il qualifie de «préoccupante». D’après la plateforme ESA (épidémiosurveillance en santé animale), une vingtaine de cas d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N8 ont été confirmés en Pologne, République tchèque Slovaquie, Hongrie et Roumanie, entre le 31 décembre et le 19 janvier. Dans une note diffusée aux fédérations professionnelles le 16 janvier, la DGAL (ministère de l’Agriculture) souligne que «de nombreuses espèces et types de production sont touchés» (dindes, poules pondeuses, pintades, oies reproductrices). Distincte de l’épizootie précédente (selon l’ESA), cette souche du virus H5N8 se distingue par sa discrétion. Dans le dernier foyer confirmé en Hongrie, le ministère rapporte que «10 % des animaux ont présenté des signes respiratoires sans qu’aucune mortalité n’ait éte observée.» D’où l’importance de «prendre en considération le plus rapidement possible tout signe clinique évocateur».

«Normal à cette période de l’année» pour Anvol
Dans sa note du 16 janvier, la Rue de Varenne estime que la probabilité de contamination par la faune sauvage est «limitée», mais pointe un «risque important via les mouvements et, en particulier, les transporteurs en provenance d’Europe de l’Est», quelle que soit leur cargaison. Le ministère mentionne aussi «les transports de volailles vivantes de la France vers la Pologne». «Il y a quelques volailles reproductrices réformées qui partent vers ces pays», explique Anne Richard, directrice de l’interprofession volailles de chair (Anvol). Le risque pointé par la DGAL est que les camions transportent le virus lors de leur trajet retour. D’après Anne Richard, «les opérateurs ont fait le nécessaire pour trouver autant que possible d’autres solutions».
Face au risque d’épizootie, le ministère appelle éleveurs et transporteurs à «l’observance la plus stricte des mesures de biosécurité (dont le nettoyage et la désinfection)». Des précautions «indispensables pour protéger les élevages français du virus», insiste la DGAL. «Ce sont les précautions habituelles pour une situation normale à cette période de l’année», estime Anne Richard.



L’UE renforce ses mesures de protection

Les États membres de l’UE ont donné leur feu vert le 16 janvier à la proposition de la Commission européenne visant à consolider les mesures de protection contre les foyers d’influenza aviaire hautement pathogène du sous-type H5N8. Plus d’une quinzaine de foyers de ce virus se sont déclarés dans des élevages de volailles de plus ou moins grande taille depuis début 2020 (en Pologne, Slovaquie, Hongrie, Roumanie et, plus récemment, dans un élevage de basse-cour en République tchèque et chez une oie sauvage en Allemagne près de la frontière polonaise) provoquant la mort d’environ 300 000 oiseaux. Les mesures introduites visent à protéger le reste de l’UE à garantir la poursuite d’échanges commerciaux avec les pays tiers qui importent depuis des régions non touchées des États membres concernés et du reste de l’UE.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Gérard Clay
La lettre du nouveau président de Tereos à ses 12 000 coopérateurs
Elu hier, vendredi 18 décembre, à la tête du conseil de surveillance du groupe coopératif Tereos, Gérard Clay adresse ce jour un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde