Aller au contenu principal

Influenza aviaire : Paris appelle à la vigilance

Depuis le début de l’année, une vingtaine de cas d’influenza aviaire hautement pathogène ont été confirmés en Europe de l’Est. Pointant un «risque important» de contamination via les transports, le ministère français de l’Agriculture insiste sur l’importance des mesures de biosécurité.

Le risque de retour du virus H5N8 en France reste jugé «préoccupant» par les autorités sanitaires nationales.
Le risque de retour du virus H5N8 en France reste jugé «préoccupant» par les autorités sanitaires nationales.
© Pixabay




Faut-il s’attendre à un retour de l’influenza aviaire en France ? Sans tirer la sonnette d’alarme, le ministère de l’Agriculture surveille la situation sanitaire en Europe de l’Est, qu’il qualifie de «préoccupante». D’après la plateforme ESA (épidémiosurveillance en santé animale), une vingtaine de cas d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N8 ont été confirmés en Pologne, République tchèque Slovaquie, Hongrie et Roumanie, entre le 31 décembre et le 19 janvier. Dans une note diffusée aux fédérations professionnelles le 16 janvier, la DGAL (ministère de l’Agriculture) souligne que «de nombreuses espèces et types de production sont touchés» (dindes, poules pondeuses, pintades, oies reproductrices). Distincte de l’épizootie précédente (selon l’ESA), cette souche du virus H5N8 se distingue par sa discrétion. Dans le dernier foyer confirmé en Hongrie, le ministère rapporte que «10 % des animaux ont présenté des signes respiratoires sans qu’aucune mortalité n’ait éte observée.» D’où l’importance de «prendre en considération le plus rapidement possible tout signe clinique évocateur».

«Normal à cette période de l’année» pour Anvol
Dans sa note du 16 janvier, la Rue de Varenne estime que la probabilité de contamination par la faune sauvage est «limitée», mais pointe un «risque important via les mouvements et, en particulier, les transporteurs en provenance d’Europe de l’Est», quelle que soit leur cargaison. Le ministère mentionne aussi «les transports de volailles vivantes de la France vers la Pologne». «Il y a quelques volailles reproductrices réformées qui partent vers ces pays», explique Anne Richard, directrice de l’interprofession volailles de chair (Anvol). Le risque pointé par la DGAL est que les camions transportent le virus lors de leur trajet retour. D’après Anne Richard, «les opérateurs ont fait le nécessaire pour trouver autant que possible d’autres solutions».
Face au risque d’épizootie, le ministère appelle éleveurs et transporteurs à «l’observance la plus stricte des mesures de biosécurité (dont le nettoyage et la désinfection)». Des précautions «indispensables pour protéger les élevages français du virus», insiste la DGAL. «Ce sont les précautions habituelles pour une situation normale à cette période de l’année», estime Anne Richard.



L’UE renforce ses mesures de protection

Les États membres de l’UE ont donné leur feu vert le 16 janvier à la proposition de la Commission européenne visant à consolider les mesures de protection contre les foyers d’influenza aviaire hautement pathogène du sous-type H5N8. Plus d’une quinzaine de foyers de ce virus se sont déclarés dans des élevages de volailles de plus ou moins grande taille depuis début 2020 (en Pologne, Slovaquie, Hongrie, Roumanie et, plus récemment, dans un élevage de basse-cour en République tchèque et chez une oie sauvage en Allemagne près de la frontière polonaise) provoquant la mort d’environ 300 000 oiseaux. Les mesures introduites visent à protéger le reste de l’UE à garantir la poursuite d’échanges commerciaux avec les pays tiers qui importent depuis des régions non touchées des États membres concernés et du reste de l’UE.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde