Aller au contenu principal

Innovation agricole : interview de L. Somon sur l'appel à projets

Les lauréats de l'appel à projets en faveur de l'innovation agricole sont connus. Ils feront l'objet d'une présentation, ce vendredi, à Amiens. Revue en détail avec le président du Département, Laurent Somon.

Laurent Somon.
Laurent Somon.
© F. G.

Le Département a renouvelé son appel à projets en faveur de l'innovation agricole. Y a-t-il des nouveautés ?
Il n'y a pas de changement particulier. L'objectif reste le même, soit valoriser les innovations agricoles pour donner des perspectives aux filières et aux agriculteurs, notamment les jeunes. Les domaines d'activités ciblés sont les nouvelles technologies, l'amélioration de la productivité et de la qualité des produits, la transformation. L'innovation peut également relever du domaine social, par la mise en pratique de modes de fonctionnement permettant de libérer du temps et d'améliorer les conditions de travail.

En quoi les quatre lauréats retenus cette année sont-ils innovants sur le plan agricole ?
Benjamin Cousin est innovant par la production inédite qu'il développe dans notre département, soit des micro-pousses. Certes, c'est une niche de production, mais elle est porteuse en termes de gastronomie. Martin Ebersbach se lance, lui, dans la production d'un vin blanc biologique pétillant. Là encore, c'est une production inédite dans la Somme. L'un comme l'autre démontrent, chacun à leur façon, comment on peut développer le potentiel d'une exploitation avec des niches de production.
Avec Elise et Dominique Bayart d'un côté, et Vincent Marcille et Rémi Pelletier de l'autre, on est plus sur de l'innovation technologique. Les premiers proposent de mettre au point une rampe de traitement localisé visant à réduire l'usage des produits phytosanitaires sur les plants de pommes de terre, en début de végétation. Rien de tel n'existe sur cette culture. Quant aux seconds, leur expérimentation a trait à la création d'une cartographie des sols et de la modulation intraparcellaire. L'innovation porte ici sur l'agriculture de précision. Dans ces deux projets, on retrouve la prise en compte des demandes sociétales et gouvernementales quant à l'usage des phytos.

Comment le Département accompagne-t-il ces projets ?
Le premier accompagnement est d'ordre financier, à travers l'appel à projets. La subvention accordée peut représenter un montant maximum de 30 % du coût hors taxes des dépenses subventionnables, avec un plafond d'aide de 50 000 EUR par projet. Ensuite, nous assurons la communication de leurs projets pour les faire connaître, et organisons la mise en relation de toutes les parties prenantes, afin que leur activité soit déployée au maximum.

Quels sont les enjeux que devra relever, demain, l'agriculture samarienne pour rester durable et compétitive ?
Ces enjeux sont au coeur de ce que nous défendons par le biais de cet appel à projets, soit une agriculture innovante répondant à la fois à des critères quantitatifs pour répondre aux besoins de l'alimentation, mais aussi à des critères qualitatifs en termes de produits. Pour être durable et compétitive, l'agriculture se doit d'être diverse - l'idée d'un territoire, une production, ne fait plus sens -, et d'intégrer les circuits courts. Il faut vraiment diversifier les productions au plus près des bassins de consommation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
L’animatrice du programme phare de M6 qualifie affectueusement  Hervé «le picarde» de «Tanguy des champs». 
L'Amour est dans le pré : trois millions de fans ont découvert Hervé «le picard»
Pour la première émission de la saison 16 de «L’amour est dans le pré» au cours de laquelle on a pu découvrir 6 des 12 candidats…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde