Aller au contenu principal

Interview de Laurent Somon, président du Département : «L’agriculture est une priorité pour nous»

Le point sur la politique du Département avec son président, Laurent Somon.

© F. G.


Quel est le budget du Département pour l’agriculture ?

Nous consacrons un budget de 2,3 millions par an. C’est un des rares budgets en hausse de notre collectivité. Et pour cause. L’agriculture est une priorité pour nous. Avec les dernières années difficiles traversées par la filière laitière et les productions végétales, il était important d’apporter notre soutien. De plus, l’agriculture est indispensable à notre territoire. Elle participe à la lutte contre l’érosion des sols, le ruissellement et est moteur dans l’entretien des paysages.

Quelles sont les principales politiques du Département ?
Hormis l’appel à projets «Som’Innov’Agri» dans le cadre de notre politique pour développer l’innovation dans ce secteur, nous n’avons pas entrepris de nouvelles actions. Nous poursuivons notre engagement à la charte Elevage, ainsi qu’au Plan de modernisation des exploitations avec l’Etat et la Région, ou encore à la Ferme 3.0. Nous apportons aussi notre aide aux filières au travers des industries agro-alimentaires. Nous agissons aussi à l’échelle des circuits de proximité, en nous appuyant sur la plate-forme Somme produits locaux pour fournir les établissements scolaires, mais aussi les maisons de retraite.

Vous évoquiez tantôt l’aide à la transformation. Où en est le dossier de l’abattoir de Montdidier ?
Nous en sommes à la phase de diagnostic. Mais aucun engagement n’a été pris tant sur l’apport des matières premières que sur le financement. On veut bien apporter une aide financière mais à condition que la filière se responsabilise. Dans tous les cas, l’idée est de repartir sur une construction neuve, mais pas forcément sur le même terrain. Quant à son dimensionnement, il sera fonction du tonnage apporté, mais avec la possibilité d’une extension en cas de besoin. Le lieu n’a pas encore été défini. Ce qui semble, en revanche, se dessiner, c’est que ce sera un abattoir multi-espèces. Après, fera-t-on aussi de la découpe et de la transformation ? La question n’est pas tranchée.

Vous avez évoqué la nécessité pour l’agriculture de changer de structures.
Je n’ai pas de solutions miracles, mais il est impératif que le monde agricole s’organise pour que tous puissent assumer plusieurs productions et faire leur travail. Les agriculteurs sont vraiment seuls sur leurs exploitations. Il faut y remédier. Cela ne passe pas forcément par la création de structures juridiques. La mise à disposition de services est une bonne piste, à mon avis.

Le modèle de l’exploitation familiale est-il dépassé ?
Non, je ne pense pas, pas plus qu’il est opposable aux exploitations de grande taille qui se développent. Mais il doit, je pense, trouver sa pertinence en termes de débouchés. Les circuits courts, la vente directe ou encore l’agriculture biologique sont des débouchés qui peuvent être intéressants pour ce modèle. Il y a des spécialisations à trouver et explorer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Produire des pulpes de betteraves en abaissant la facture énergétique,  c’est le défi dans lequel s’est lancé le groupe coopératif Cristal Union.
Sainte-Émilie lauréate d’un prix pour la décarbonation
La sucrerie Sainte-Émilie du groupe coopératif Cristal Union figure parmi les 16 lauréats du plan de relance gouvernemental en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde