Aller au contenu principal

Irrigation pommes de terre : état des lieux dans la Somme

Avec 868 forages en 2017, notre département est celui où se pratique le plus l’irrigation dans les Hauts-de-France, en grande majorité pour la culture des pommes de terre.

En 2017, du fait d’une année particulièrement sèche, on a atteint des records de consommation d’eau dans la Somme, soit 33,5 millions de m3.
En 2017, du fait d’une année particulièrement sèche, on a atteint des records de consommation d’eau dans la Somme, soit 33,5 millions de m3.
© D. R.

C’est dans le département de la Somme que les premiers forages sont apparus dans le nord de la France, il y a plus de quarante ans. Deux raisons à cela : le développement des cultures industrielles de la pomme de terre et celui des cultures légumières, avec l’implantation notamment de l’industriel Bonduelle. Un long passé donc qui explique le nombre de forages recensés, soit 868 en 2017, dont une grande majorité sert à la culture des pommes de terre. «Mais, attention, les forages ne fonctionnement pas tous en même temps», précise Emmanuel du Tertre, chef du service environnement à la Chambre d’agriculture de la Somme. La majeure partie de ces forages se situent dans le grand est de la Somme, particulièrement dans le Santerre et le Vermandois, mais aussi sur la façade maritime du Ponthieu.
En 2017, du fait d’une année particulièrement sèche, on a atteint des records de consommation d’eau dans la Somme, soit 33,5 millions de m3. Deux autres années ont aussi atteint de fortes consommations d’eau, soit 2015 avec 29,3 millions de m3, et 2011 avec 29,2 millions de m3.
A contrario, 2014 a enregistré une faible consommation d’eau avec 8,8 millions de m3. Les objectifs de l’irrigation sont doubles : avoir un produit de qualité et des quantités régulières tant pour les productions industrielles que pour le marché du frais.

La réglementation se durcit
En termes de procédure, les règles sont les suivantes : l’agriculteur doit déposer une déclaration au-dessus de 10 000 m3 d’eau prélevés par an, et une autorisation au-dessus de 200 000 m3. Entre le nombre de forages élevé sur le territoire, les aléas climatiques (épisodes de sécheresse) et les incidences des forages sur le débit des cours d’eau et des nappes phréatiques, la réglementation s’est durcie, et devient de plus en plus complexe. Ainsi, il n’est plus possible de réaliser des forages en dessous de 500 mètres d’un cours d’eau. «Entre 500 mètres et 1 kilomètre d’un cours d’eau, l’agriculteur doit prouver que le forage n’aura pas d’impact sur celui-ci par une étude d’incidence», ajoute Emmanuel du Tertre.
Depuis l’arrêté sécheresse de 2017, des restrictions sont également prévues si le débit des cours d’eau et celui des nappes phréatiques viennent à trop baisser. «Le département a été subdivisé en neuf secteurs sécheresse. Le volume d’eau est établi par secteur sécheresse. Les seuils sont déclenchés en fonction des secteurs. Conséquence : il devient de plus en plus compliqué de faire un forage, même si on en fait encore», précise le chef du service environnement. En termes d’impact, des études faites par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières, ndlr) ont établi la répercussion des forages sur les cours d’eau de la manière suivante : 50 millions
de m3 pour l’eau potable distribuée par les collectivités locales, 30 à 35 millions de m3 pour les industries et entre 15 et 30 millions de m3 pour l’irrigation des activités agricoles (fourchette variant suivant les conditions météorologiques).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Chaque année, environ 10 % des fermes du département de la Somme font  l’objet d’un contrôle administratif, ce qui apparait relativement faible selon  l’administration départementale.
«Trop» de contrôles chez les agriculteurs ? La DDTM répond

Lors de la session de la Chambre départementale d’agriculture de la Somme du 19 mars dernier, l’administration départementale…

Présentation des Prim'holstein.
Les vaches Prim’holstein, les stars de la Foire agricole de Montdidier

Le lundi 1er avril avait lieu la traditionnelle Foire agricole de Montdidier, avec de nombreux exposants. Parmi les…

Gros rendement pour la campagne 2023-2024 de collecte des pneus

Au cours de l’hiver, pendant trente jours, 370 exploitations agricoles de la Somme ont participé à la collecte des pneus…

Quatre kilomètres de haies pour protéger un captage d’eau

En s’associant à un partenaire privé, Christophe Desmis, un agriculteur du Santerre, fait le pari de planter quatre kilomètres…

Le retard pris dans les semis inquiète la CGB comme l’Institut technique de la betterave (ITB) avec un risque «jaunisse»  fort cette année.
Des premiers semis de betteraves sous un ciel nuageux

C’est toujours dans l’attente d’un contingentement des volumes de sucre importé d’Ukraine et de l’autorisation de certaines…

dégâts sanglier approche affût 1er avril
Le tir du sanglier ré-autorisé à partir du 1er avril

La préfecture de la Somme a décidé de prolonger la période de chasse du sanglier dans la Somme sous conditions en modifiant l’…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde