Aller au contenu principal

Irrigation pommes de terre : état des lieux dans la Somme

Avec 868 forages en 2017, notre département est celui où se pratique le plus l’irrigation dans les Hauts-de-France, en grande majorité pour la culture des pommes de terre.

En 2017, du fait d’une année particulièrement sèche, on a atteint des records de consommation d’eau dans la Somme, soit 33,5 millions de m3.
En 2017, du fait d’une année particulièrement sèche, on a atteint des records de consommation d’eau dans la Somme, soit 33,5 millions de m3.
© D. R.

C’est dans le département de la Somme que les premiers forages sont apparus dans le nord de la France, il y a plus de quarante ans. Deux raisons à cela : le développement des cultures industrielles de la pomme de terre et celui des cultures légumières, avec l’implantation notamment de l’industriel Bonduelle. Un long passé donc qui explique le nombre de forages recensés, soit 868 en 2017, dont une grande majorité sert à la culture des pommes de terre. «Mais, attention, les forages ne fonctionnement pas tous en même temps», précise Emmanuel du Tertre, chef du service environnement à la Chambre d’agriculture de la Somme. La majeure partie de ces forages se situent dans le grand est de la Somme, particulièrement dans le Santerre et le Vermandois, mais aussi sur la façade maritime du Ponthieu.
En 2017, du fait d’une année particulièrement sèche, on a atteint des records de consommation d’eau dans la Somme, soit 33,5 millions de m3. Deux autres années ont aussi atteint de fortes consommations d’eau, soit 2015 avec 29,3 millions de m3, et 2011 avec 29,2 millions de m3.
A contrario, 2014 a enregistré une faible consommation d’eau avec 8,8 millions de m3. Les objectifs de l’irrigation sont doubles : avoir un produit de qualité et des quantités régulières tant pour les productions industrielles que pour le marché du frais.

La réglementation se durcit
En termes de procédure, les règles sont les suivantes : l’agriculteur doit déposer une déclaration au-dessus de 10 000 m3 d’eau prélevés par an, et une autorisation au-dessus de 200 000 m3. Entre le nombre de forages élevé sur le territoire, les aléas climatiques (épisodes de sécheresse) et les incidences des forages sur le débit des cours d’eau et des nappes phréatiques, la réglementation s’est durcie, et devient de plus en plus complexe. Ainsi, il n’est plus possible de réaliser des forages en dessous de 500 mètres d’un cours d’eau. «Entre 500 mètres et 1 kilomètre d’un cours d’eau, l’agriculteur doit prouver que le forage n’aura pas d’impact sur celui-ci par une étude d’incidence», ajoute Emmanuel du Tertre.
Depuis l’arrêté sécheresse de 2017, des restrictions sont également prévues si le débit des cours d’eau et celui des nappes phréatiques viennent à trop baisser. «Le département a été subdivisé en neuf secteurs sécheresse. Le volume d’eau est établi par secteur sécheresse. Les seuils sont déclenchés en fonction des secteurs. Conséquence : il devient de plus en plus compliqué de faire un forage, même si on en fait encore», précise le chef du service environnement. En termes d’impact, des études faites par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières, ndlr) ont établi la répercussion des forages sur les cours d’eau de la manière suivante : 50 millions
de m3 pour l’eau potable distribuée par les collectivités locales, 30 à 35 millions de m3 pour les industries et entre 15 et 30 millions de m3 pour l’irrigation des activités agricoles (fourchette variant suivant les conditions météorologiques).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde