Aller au contenu principal

Isabelle Brunet, agricultrice et fière de l’être

Isabelle Brunet est passée par tous les statuts : conjointe d’exploitant, conjointe collaboratrice, puis associée au sein du Gaec familial. Pour autant, elle s’est toujours sentie agricultrice à part entière et œuvre pour la reconnaissance des femmes dans le milieu. 

FEMMES
«En quelques dizaines d’années, le statut de l’agricultrice a incroyablement évolué», se réjouit Isabelle Brunet, éleveuse à Cayeux-sur-Mer, présidente de la commission agricultrices de la FDSEA80.
© A. P.

Isabelle Brunet a l’élevage laitier dans la peau. La fille d’éleveurs est née dedans, à la ferme familiale d’Ercourt, dans le Vimeu. «Petite, je voulais absolument apprendre à traire. À l’époque c’était encore au pot, avec les vaches attachées. Il a fallu attendre qu’on ait une salle de traite pour que mon père m’initie. Aussitôt, j’ai adoré ça. J’étais en pension la semaine, et dès que je rentrais, le vendredi soir, j’enfilais ma tenue et j’allais traire», raconte-t-elle. Mariée, elle a rejoint l’exploitation de ses beaux-parents et de son mari, Régis Brunet, à Cayeux-sur-Mer, et s’est toujours occupée de l’atelier lait. 
«En 1990, j’étais conjointe d’exploitant. Puis en 1999 a été créé le statut de conjointe collaboratrice, dont j’ai pu bénéficier ensuite. C’était un sacré acquis !»

Depuis trois ans, Isabelle est installée au sein du Gaec Brunet, avec Régis et leur fils aîné, Edouard. La traite et les soins du troupeau sont toujours sa mission première. «En quelques dizaines d’années, le statut de l’agricultrice a incroyablement évolué», se réjouit-elle, même si, elle l’accorde, «certaines ne sont toujours pas reconnues en tant que tel, et nous manquons encore de représentativité au sein des OPA». Elle s’est toujours sentie agricultrice à part entière «et non simple femme d’agriculteur», sourit-elle, et a toujours œuvré pour cette reconnaissance. 


Le syndicalisme lui a permis de porter ses revendications. «J’étais déléguée cantonale de la FDSEA de la Somme depuis quelques temps, quant il a fallu reconstituer le bureau de la commission agricultrices. En 2009, j’ai accepté de prendre sa présidence parce que je savais que j’avais toute une équipe de femmes motivées pour m’épauler.» Il a fallu casser l’image de cette commission pour qu’elle soit prise au sérieux. «Les gens de l’extérieur l’appelaient le club tricot. C’était tout sauf ça. Il y avait un besoin de rencontre et de partage d’expériences entre agricultrices, et puis un besoin de formation. Nous étions actives pour cela.» Réunions techniques, visites d’exploitations, formations en élevage, en secourisme, en fiscalité… Aujourd’hui encore, la commission s’engage dans des actions en faveur des agricultrices, comme l’organisation du forum «Femmes, entrepreneuses de territoire», début mars 2020, qui avait pour objectif de donner des clés à toutes les femmes qui se lancent dans l’entreprenariat. 

La cuisine pour communiquer 

La commission s’est aussi faite connaître du grand public grâce aux animations dans les foires agricoles. «On cuisine pour faire découvrir les productions régionales», explique Isabelle. La dernière recette, au festival de l’agriculture en Picardie maritime, en 2019 à Abbeville, a fait un carton. «Nous avons proposé du pain perdu, puisque le thème était les céréales. Tous les ingrédients sont produits sur notre territoire : les boulangers locaux nous ont donné du pain rassis, la laiterie Lact’Union nous a fait don de lait, Bertrand Roucou, éleveur de poules pon-deuses à Briquemensil, a fourni les œufs… Même le sucre est issu des betteraves cultivées dans la Somme.» Une action valorisante et dans l’air du temps, qui aborde les sujets des circuits courts, de l’anti-gaspillage… Et de la réappropriation de la cuisine dans les foyers. «Beaucoup de gens avaient complètement oublié ce plat, qu’ils dégustaient au goûter chez leurs grands-parents. Ils étaient ravis.» 
Isabelle Brunet et ses collègues de la commission agricultrices n’attendent qu’une chose : la fin de la crise sanitaire, pour pouvoir à nouveau se réunir, se former, et partager leur enthousiasme.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Bien que son industriel laitier, Danone, pousse à plus de production, le jeune Thomas Buquet a joué la prudence  et l’exploitation ne devrait pas produire plus. Au contraire, l’objectif est de descendre entre 70 et 75 vaches.
Un robot pour conforter la gestion du travail
À 26 ans, tout juste installé depuis un peu plus d’une année en Gaec avec son frère Nicolas à Blargies, dans le Nord-Ouest de l’…
Atelier de multiplication porcin cherche son nouvel éleveur
Depuis trente-trois ans, Agnès Boone-Duacheux exerce avec passion son métier d’éleveuse porcin spécialisée en multiplication,…
Cristal Union
Cristal Union paiera « plus de 40 euros par tonne » les betteraves récoltées en 2022
Sans attendre la fin de la période d’arrachages des betteraves, le groupe coopératif Cristal Union a fini lui aussi par annoncer…
Quand il imagine un parcours d’obstacles, Arnaud Bazin pense toujours au cheval avant tout.
Arnaud Bazin, metteur en scène des concours de saut d’obstacles
Dans un concours hippique, c’est lui qui amène le décor. Il fait en sorte que les acteurs, couples cheval-cavalier, puissent y…
Bertrand Achte, Maxence Turbant, Erwin Pardon et Leslie Camus.
Pas d'accord avec McCain sur les prix pour la campagne 2024
C'est historique : pour la seconde fois depuis sa création en 1997, le Gappi et McCain n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur…
À Thiers-sur-Thève (60), Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart ont trouvé le lieu propice au développement de leurs activités très diversifiées : maraîchage bio, poules pondeuses bio, production de miel,  pension de chevaux et vente à la ferme.
Ils partent de zéro pour monter une ferme à leur image
Colette Ringeval et Corentin Bleyaeart, fille et fils d’agriculteurs de la Somme, ont choisi de s’installer hors cadre familial…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde