Aller au contenu principal

J.-M. Serres veut une task-force pour poursuivre le travail

Membre sortant de la majorité conduite par Xavier Bertrand au Conseil régional des Hauts-de-France où il occupait la présidence de la commission «agriculture», Jean-Michel Serres a appris, il y a quelques jours, qu’il ne figurerait pas sur la liste «Se battre pour vous» dans la Somme pour les élections des 20 et 27 juin prochains. Déçu de cette décision, il n’en reste pas moins constructif et force de propositions pour la défense des intérêts de l’agriculture à l’échelle régionale. 

Le nom de Jean-Michel Serres ne figure pas parmi les candidats samariens de la liste «Se battre pour vous» de Xavier Bertrand pour les prochaines élections régionales ; après avoir fait part de sa déception, l’ancien agriculteur de Montdidier s’en explique.
Le nom de Jean-Michel Serres ne figure pas parmi les candidats samariens de la liste «Se battre pour vous» de Xavier Bertrand pour les prochaines élections régionales ; après avoir fait part de sa déception, l’ancien agriculteur de Montdidier s’en explique.
© Vincent Fermon

Votre nom ne figure pas sur la liste de Xavier Bertrand pour les élections régionales, conduite dans la Somme par la maire d’Amiens, Brigitte Fouré. Comment avez-vous accueilli cette éviction ? 

Il y a quelques jours, on m’a expliqué que le fait d’avoir beaucoup travaillé pendant les cinq dernières années n’était pas une condition suffisante pour figurer à nouveau sur cette liste. Je suis très déçu et amer de cette décision après avoir mis tous les jours mon expérience professionnelle régionale et nationale, ma connaissance du monde agricole et agroalimentaire. J’ai le sentiment que cela ne pèse pas grand-chose quand la politique politicienne prend le dessus. 

 

Dans la manière de composer la liste pour le département de la Somme, qu’est-ce qui a, selon vous, changé entre 2015 et aujourd’hui ?

Je regrette qu’on ait laissé la place aux partis politiques et à des professionnels de la politique plutôt qu’à des gens investis dans leur profession qui se mettent à disposition et font profiter de leur expérience. Le fait de connaître un milieu professionnel aide à la prise de décision. 

 

Comment vous est venue l’envie de vous engager en politique ? 

En 2015, j’étais sur le point de mettre un terme à ma carrière professionnelle en tant qu’agriculteur. Xavier Bertrand m’a proposé de prendre la seconde place de sa liste dans la Somme, alors que je n’avais pas de mandat politique par ailleurs. Il s’agissait d’un signal fort. J’ai accepté la proposition en ayant toujours considéré que la Région est un bon échelon pour discuter des questions agricoles et agroalimentaires. 

 

Quel bilan tirez-vous de cette expérience ?

En tant que président de la commission agriculture, j’ai fait un gros travail d’écoute, de réflexion, pour ensuite transmettre un certain nombre de ces remontées de terrains et de propositions à l’exécutif. Ce travail a, semble-t-il, été apprécié puisque j’ai reçu au cours des derniers jours de nombreux messages de soutien et de remerciement. 

 

Y-a-t-il certains chantiers pour lesquels vous êtes fier de vous être investi et d’autres pour lesquels le travail doit être poursuivi ?

On a fait un certain nombre de choses, à commencer pour le secteur de l’élevage qui était en crise quand nous avons été élus. On a mis en place les audits, on s’est investi dans la promotion des productions emblématiques régionales et encore tout récemment au côté de la filière betteraves, de la filière pommes de terre, ou de l’élevage avec l’aide pour faire face à la sécheresse. Faire connaître la Région, ses missions, là où elle peut intervenir, est un travail de longue haleine. Il reste des choses à faire, c’est certain, notamment en ce qui concerne l’eau, l’assurance récolte ou l’agroécologie. Ce sont des sujets sur lesquels la Région peut intervenir mais, pour cela, il faut travailler en lien avec le gouvernement. Une Région seule n’a pas la possibilité de mener ces chantiers. Le fait pour les Hauts-de-France d’être dans l’association des Régions de France est une bonne nouvelle pour espérer peser dans la réforme de la Pac. Sur la gestion de l’eau, il faut aussi finaliser le travail qui a été engagé. Sur la question de l’assurance et du changement climatique, la Région Hauts-de-France doit prendre sa part, mais nous voyons bien que l’État joue un rôle central. La Région doit s’inscrire dans cette politique. Enfin, en matière d’agroécologie, tout reste à faire, même si nous avons voté une délibération à ce sujet à l’automne dernier. Avoir sur notre territoire une agriculture à haute performance environnementale est un atout considérable pour garder et attirer des entreprises agroalimentaires (…) En 2020, Xavier Bertrand a proposé qu’une task force soit mise en place, regroupant des organisations professionnelles agricoles, des représentants du secteur agroalimentaire, pour travailler ensemble, en se détachant des considérations et des contingences politiques. C’est une bonne idée. 

 

À quoi servirait concrètement cette «task force» ? 

Un conseil régional est une grosse machine qui a du mal à faire fonctionner ses délégations et ses services de manière transversale. Le travail de cette task force, qui est stratégique, doit aussi s’inscrire dans un temps long, qui dépasse celui d’un mandat politique. Sans cela, on n’avance pas. On a mis un certain temps à mettre en place un hub agroalimentaire qui compte quelques belles pépites régionales, mais il faut avoir un œil sur la manière dont on peut valoriser la présence de ces entreprises sur le territoire. Reste à voir qui aura la capacité et la disponibilité pour faire cela. Une chose est sûre, c’est que son animation doit revenir à un professionnel, issu du terrain. Les agents qui travaillent dans les services de la Région sont précieux, mais c’est le rôle d’un professionnel d’organiser les débats et de réunir les filières pour qu’elles travaillent mieux ensemble. 

 

L’agriculture samarienne perd «son» président de la commission agriculture

En l’absence de Jean-Michel Serres sur la liste emmenée par Xavier Bertrand pour les prochaines élections régionales, la profession agricole samarienne perd celui qui la représentait depuis 2015 à la tête de la commission agriculture du Conseil régional des Hauts-de-France. Cela revient-il à considérer que l’agriculture n’est plus une priorité du candidat Bertrand ? Pas tout à fait puisqu’une agricultrice de la Somme reste engagée à ses côtés. Il s’agit de Patricia Poupart, candidate elle aussi à sa réélection en tant que conseillère régionale. Elle est en 5e position sur la liste, entre le maire d’Abbeville, Pascal Demarthe (4e) et Yves Butel (6e), le président de la fédération des chasseurs de la Somme. Installée sur la commune de Vironchaux, dans l’ouest du département, Patricia Poupart est maire de sa commune – elle a été réélue en 2020 - et présidente du Syndicat mixte Baie de Somme-3 vallées. Jusqu’à présent membre de la commission «environnement», elle n’a pas tergiversé lundi dernier à Abbeville, lors de la présentation des candidats pour la Somme de la liste «Se battre pour vous» : «Je m’engage pour protéger l’agriculture, véritable poumon vert de notre économie régionale. Je veux m’impliquer dans la commission agriculture (…) et défendre le fait que la valeur ajoutée soit toujours la priorité (…) contre une écologie punitive.» Pour Xavier Bertrand, l’heure n’est toutefois pas encore à la distribution des délégations car il lui faut avant tout remporter l’élection. Tout juste s’est-il avancé sur la promesse faite à Brigitte Fouré de lui confier la première vice-présidence de l’assemblée. Pascal Demarthe s’attend, lui, à un combat difficile : «La campagne va être dure, nous le savons», a-t-il conclu. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Lors de la campagne 2021-2022, 1,8 million de tonnes de betteraves ont été transformées par l'usine Sainte-Émilie durant une campagne de 115 jours.
Cristal Union revient sur son prix de 30 € pour 2022-2023
Contrairement à ce que le groupe coopératif avait annoncé en décembre dernier, le prix de la tonne de la prochaine campagne ne…
Drive Lact'Union
Les Abbevillois peuvent acheter du lait « vraiment d’ici »
Sur son site d’Abbeville, le groupe coopératif Lact’Union a ouvert le 27 avril un drive au grand public pour lui permettre d’…
Marc Fesneau
Marc Fesneau pour remplacer Julien Denormandie à l'Agriculture au gouvernement ?
Les discussions pour la constitution du premier gouvernement de la Première ministre Elisabeth Borne se poursuivent.
Entre l’activité de la ferme et la conduite du car, Pascal Degand a trouvé un bon équilibre.
Conducteur de bus et agriculteur, la double-activité heureuse
Chaque jour de la semaine, 250 bus Transdev-CAP (Les Courriers automobiles picards) sillonnent les routes régionales,…
De Tailly-l’Arbre-à-Mouches à la feria d’Alès en stop
Trois jeunes filles de Tailly-l’Arbre-à-Mouches se sont lancé le défi un peu fou de rejoindre en stop la féria d’Alès, dans les…
L’augmentation mécanique du Smic impactera les minima conventionnels de la production agricole et des Cuma présentés ci-dessous à compter du 1er mai. 
Nouvelle grille des salaires au 1er avril 2022
Une nouvelle grille des salaires est parue au 1er avril 2022 (IDCC 7024). Une prochaine augmentation du Smic est aussi…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde