Aller au contenu principal

Journées Mont Blanc de Saint Louis Sucre : 4e round

Le 14 novembre, Saint Louis Sucre réunissait ses planteurs sur les parcelles de Dominique Rimette, à Voyennes, dans le cadre des Journées Mont Blanc.

En dépit de la fraîcheur matinale, plus de sept cents producteurs de betteraves ont répondu présent à l’invitation de Saint Louis Sucre pour ces journées Mont Blanc, véritables rendez-vous techniques où l’agronomie est au cœur des échanges. Et pour cause. Avec la fin des quotas depuis le 1er octo­­­bre dernier, et la libéralisation des marchés, sucriers et planteurs courent après le même Graal : gagner en productivité du champ à l’usine. Comment ? En augmentant le rendement betterave au champ, en diminuant les pertes de betteraves dans les champs et en optimisant les circuits de transport de betteraves. Voilà pour la règle.
Des objectifs que tous avaient en tête bien avant la fin des quotas, et qui sont notamment à l’origine du lancement du programme agronomique Mont Blanc par le groupe Südzucker, déployé en France par sa filiale Saint Louis Sucre depuis 2013. Mont Blanc, quésaco ? Ce programme repose sur des outils spécialement dédiés aux agriculteurs pour les aider à améliorer leurs rendements.
Le premier d’entre eux est le partage de l’information sur toutes les données techniques, scientifiques et agronomiques dont ils ont besoin. Un blog a d’ailleurs été conçu à cette intention. Le second pilier repose sur des expérimentations dans les parcelles des agriculteurs volontaires (87 à ce jour répartis entre l’ex-Picardie et la Normandie), avec le soutien technique, voire financier de Saint Louis Sucre. Le troisième : l’organisation de rendez-vous techniques. Aussi en fut-il le 14 novembre dernier, à Voyennes (80). Au menu de la journée : une conférence sur les couverts végétaux, suivie de deux ateliers, l’un sur la présentation d’une nouvelle arracheuse, l’autre sur le débâchage mécanisé après un bâchage manuel.

L’arracheuse qui prend soin du sol
Incontestablement, c’est l’atelier dédié à la nouvelle arracheuse pliante du constructeur Alloway, qui a retenu l’attention de tous, mais aussi suscité du mécontentement car, compte tenu des sols gorgés d’eau, aucune démonstration n’a été faite. Il a donc fallu se contenter de sa présentation par deux représentants de l’entreprise américaine. Démonstration ou pas, cette arracheuse de betteraves est une première en France.
Composée de douze rangs, avec un espacement entre eux de 45 cm, sa capacité de trémie est de 5,5 tonnes, sa vitesse de travail optimal de 4,5 à 7 km/h pour une productivité moyenne de 2,5 ha/h. Equipée de roues Opel, ces dernières permettent l’extraction complète des pivots de betteraves et minimisent la perte de récolte. Selon les tests réalisés, les pertes seraient de 1,35 t/ha, la moyenne acceptable étant cormpise entre 1,12 et 2,25 t/ha. Des rouleaux spirales et étoiles enlèvent la terre en excès avec une manipulation douce des betteraves. Bien que mécanique, un autoguidage électronique est cependant intégré permettant à l’arracheuse de garder parfaitement sa ligne de travail.
Cet outil «innovant, efficace et simple», dixit Matt Breker, directeur commercial du constructeur américain Alloway, permet une conservation de la structure des sols grâce à son bâti arracheur de douze rangs qui divise par deux la surface du passage des engins agricoles sur la parcelle. Autres atouts : un effeuillage optimisé et un scalpage précis réduisant les pertes de matières au champ. Last but not least : son coût, soit entre 50 et 60 % de moins qu’une arracheuse classique. Traduction : entre 250 000 et 300 000 €.
Si Hubert Boizard, spécialiste à l’Inra du tassement du sol, juge l’arracheuse intéressante, car «elle permet de répartir la charge de manière plus équilibrée, réduisant ainsi le tassement des sols, à la condition toutefois que les remorques soient bien équipées», il regrettait cependant de ne pas l’avoir vue à l’œuvre. Et de conclure : «Une machine se juge dans une gramme de situations variées, soit en terrains pentus et planes, dans des sols secs et humides.» D’ici une semaine, les planteurs auront tout le loisir de la voir en marche. Plusieurs chantiers sont prévus.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde