Aller au contenu principal

Oeufs
L214 s'attaque à l'élevage des poules au sol

Après l'élevage de poules en cages, c'est désormais au système « poules au sol » que l'association de défense des droits des animaux s'en prend, en le qualifiant de système « intensif ».

oeufs matines
En 2020, les poules élevées au sol ont fourni 12% de la production française selon le CNPO. Ce mode d'élevage est en forte croissance depuis quelques années.
© Pixabay

Dans une pétition lancée le 22 avril, L214 « demande à la grande distribution de ne plus vendre d'œufs issus d’élevages "au sol" » (code 2), qu'elle considère comme « un mode d’élevage intensif ».

L'association abolitionniste a diffusé le même jour une vidéo tournée en 2020 et 2021 dans deux élevages situés dans les Côtes-d'Armor et en Vendée. L214 dresse un constat sévère : « poules entassées sur des structures métalliques à perte de vue, claustration totale sans accès extérieur, poules malades ou déplumées laissées sans soins, absence de litière, cannibalisme...»

« Le décalage est fort entre l’imagerie pastorale des emballages et la réalité », dénonce l'ONG. En 2020, les poules élevées au sol ont fourni 12% de la production française (5,8 millions de poules), selon le CNPO (interprofession). Ce mode d'élevage est en forte croissance depuis quelques années (+ 8,6% par an entre 2013 et 2019), remplaçant progressivement les cages.

Interrogé par l'AFP, le président du CNPO Philippe Juven rappelle que la filière travaille depuis 2016 sur des alternatives aux cages. « Rares sont les bâtiments "cages" qui, quand on les transforme, ont assez de terrain pour faire du plein air », justifie-t-il. Pour convertir l'ensemble de la production française en plein air, « il faudrait plus de 20 000 ha de parcours, ce ne serait pas possible ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les 54 saisonniers retenus ont participé à une journée d’essais sous l’œil attentif de Fabien Deguehegny, un des associés de la SCEA Biosources.  Premiers «vrais» désherbages prévus mi-mai. 
Recruter 52 saisonniers locaux pour le désherbage : pari gagné
La SCEA Biosources, à Méharicourt, a converti 163 ha en bio, dont 80 ha de légumes. Un des enjeux était de recruter une…
Aujourd’hui, il n’est pas possible de planter les pommes de terre en direct dans la pré-butte. Un travail sur le couvert est encore à mener pour y parvenir. 
Le pré-buttage d’été pour limiter l’érosion : rêve ou réalité ?
Jean-Paul Dallene, installé à Oppy (62), pratique le pré-buttage d’été pour ses pommes de terre depuis trois ans. Même si la…
Douze-mille personnes avaient participé à l’édition 2019 d’Ailly-le-Haut-Clocher.
Plaine en fête 2021 ? Oui !
Covid ou pas, les Jeunes agriculteurs de la Somme ont décidé d’organiser Plaine en fête cette année. L’édition devra certainement…
Pulvé
Dans le Nord, une commune de Flandre fait de l'anti-agribashing
Dans une publication sur le réseau social Facebook, une élue de la commune d'Hondeghem, dans les flandres, tente d'expliquer à…
450 hectares de betteraves à ressemer dans la Somme
Au 20 avril, la CGB estime autour de 4 500 hectares la surface de betteraves sucrières endommagées par l’épisode de gel dans les…
Hugues d’Hautefeuille a testé plusieurs itinéraires culturaux dans ses micro-parcelles, à Monsures. 
Une filière orties émerge en Hauts-de-France
L’ortie est une plante qui pousse partout où on ne la souhaite pas. Pourquoi ne pas la cultiver pour en tirer des bénéfices ? C’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde