Aller au contenu principal

Alimentation animale
La betterave fourragère, une solution de résilience pour les éleveurs

En ces périodes d’incertitudes grandissantes des agriculteurs pour la production de fourrages, après une année 2022 particulièrement touchée par la sécheresse et les pics de températures, la betterave fourragère représente une voie intéressante pour les éleveurs pour sécuriser leurs rations. 

Les essais menés par Semae et l’ADBTM permettent de comparer les variétés parmi les trois types de betteraves fourragères proposés sur le marché.
Les essais menés par Semae et l’ADBTM permettent de comparer les variétés parmi les trois types de betteraves fourragères proposés sur le marché.
© Sophie Bourgeois

Les essais variétaux menés en partenariat avec Semae, l’Association de Développement de la betterave fourragère monogerme (ADBTM) et l’Institut technique de la betterave depuis plus de vingt ans ont de nouveau permis cette année de mettre en avant les atouts de la betterave fourragère en cas de tension sur la ressource en eau. Les quatre essais variétaux réalisés cette année ont abouti à un rendement moyen de 97 t de racines par hectare sans irrigation (en baisse de seulement 10 % par rapport à 2021, année de rendement élevés), pour un taux moyen de matière sèche de 17,14 % (contre 16,9 % en 2021), donnant un rendement en matière sèche de 16,61 tMS/ha (plus de 18 000 UF/ha), soit une baisse relativement limitée de 8 % par rapport à l’an dernier. 

Ces résultats confirment la qualité et la fiabilité des variétés proposées sur le marché et la capacité de la culture à s’adapter aux conditions climatiques extrêmes, d’autant qu’elle représente un complément très intéressant à la ration des ruminants. Permettant de produire une quantité importante d’un aliment concentré en énergie en mobilisant peu de surfaces, la betterave fourragère est très appréciée des animaux et est polyvalente pour les différentes rations. Par ailleurs, très bonne tête d’assolement et excellente pompe à nitrates, elle présente également des atouts agronomiques et environnementaux appréciables pour les éleveurs. 

Vingt ans d’essais 

La section «betteraves et chicorée industrielle» de Semae, en partenariat avec l’ADBTM, finance et anime depuis plus de vingt ans un réseau d’essais axé sur l’évaluation de la productivité et de la richesse en matière sèche de variétés proposées par les établissements membres de l’association. En 2022, quatre essais ont été semés dans l’Eure, l’Ille et Vilaine, la Seine-Maritime et le Nord, avec un protocole commun comportant les mêmes 24 variétés et un dispositif à quatre répétitions. Cette année et pour la première fois, 100 % des semences testées étaient activées, sachant que les semences activées ont représenté 82 % des semences commercialisées en 2022. 

Diversité de choix variétal

Ces essais permettent de comparer les variétés parmi les trois types de betteraves fourragères proposés sur le marché : 

- Les variétés «Moyennement riches en matière sèche» : polyvalentes, elles peuvent être pâturées et/ou distribuées entières ou en morceaux aux animaux. 

-  Les variétés «Riches en matière sèche» : plus productives (MS/ha) et se conservant mieux, il est préférable de ne pas les donner entières aux animaux. 

-  Les variétés «très riches en matière sèche» : plus récentes, elles sont aussi les plus productives en termes de matière sèche par hectare. Leur teneur élevée en sucres solubles les destine à des rations bien adaptées, et elles doivent être distribuées en morceaux. 

Cette diversité permet à tous les éleveurs de choisir le type qui conviendra le mieux à leurs usages, leurs objectifs, leurs animaux et leur type d’alimentation. Pour plus d’informations techniques sur la culture de la betterave fourragère ou son intégration dans les rations, vous pouvez télécharger la brochure «La betterave fourragère de A à Z» (rééditée en 2022) ou la commander gratuitement en version papier grâce au QR code suivant. Vous pouvez également consulter le site www.betterave-fourragere.org, qui propose notamment de nombreuses rubriques techniques et une carte collaborative des prestataires de service (semis, récolte, distribution des betteraves fourragères). 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
De gauche à droite, Rémi Chombart et Laurent Degenne, associés à l’origine  du projet, et Pierre Chombart, responsable du site : «l’idée est de maximiser les capacités de production qu’offre la méthanisation.»
Un méthaniseur véritable pôle de production d’énergies vertes
À Vraignes-en-Vermandois (80), dix-huit agriculteurs se sont associés autour d’une unité de méthanisation bien particulière. En…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde