Aller au contenu principal

La biosécurité appliquée à l’élevage bovin

Les éleveurs bovins sont incités par le GDS 80 à suivre les préconisations qui prévalent en élevage porcin et avicole pour éviter des pertes liées à des incidents sanitaires.

La biosécurité se résume en une série de mesures simples qui permettent de protéger les animaux d’un certain nombre de pathologies, en extérieur, mais aussi à l’intérieur des bâtiments.
La biosécurité se résume en une série de mesures simples qui permettent de protéger les animaux d’un certain nombre de pathologies, en extérieur, mais aussi à l’intérieur des bâtiments.
© Pixabay



Bien qu’elle ait occupé une large attention au cours des derniers mois pour cause de menace de peste porcine africaine (PPA) et de volailles avec l’ombre de la grippe aviaire, la biosécurité en élevage n’intéresse pas seulement les élevages de porcs, force est de constater qu’en élevage bovin, «on a des lacunes», rappelait il y a quelques jours le président du GDS de la Somme, Pascal Bienaimé, à l’occasion d’une réunion d’éleveurs sur la prévention de la BVD. Pour ce dernier, «on rentre encore trop facilement dans nos élevages et cela ne se fait pas sans risques». Le vétérinaire Nicolas Lucas a ainsi profité de l’occasion pour rappeler quelques règles qui s’appliquent dans les étables, comme en extérieur. En préambule, il rappelait que la biosécurité est une notion «relativement récente», puisqu’elle est apparue avec Pasteur à partir de 1877. On entend par biosécurité l’ensemble des mesures que l’on peut prendre pour limiter les risques de transmission d’agents pathogènes aux et entre animaux. Les mesures de biosécurité répondent à plusieurs exigences : protéger un individu des autres animaux, du milieu extérieur, de l’homme ou de la faune sauvage.  

Lutter contre l’invisible
D’une manière générale, pour le professionnel de la santé animal, «il y a une nécessité de prendre conscience de l’importance des mesures d’hygiène pour protéger les hommes et les animaux». Au fil des années, le constat est flagrant : «Les antibiotiques qui sont apparus à partir de 1936 ne sont pas une solution miracle», amorce Nicolas Lucas. D’autant qu’on observe des résistances à ces antibiotiques depuis 1950. C’est à cette date que l’on commence alors à s’intéresser à la biosécurité dans les élevages bovins, en même temps que ceux-ci s’intensifient et se spécialisent.
Les pathologies pouvant affecter les animaux sont de différentes formes : bactéries, virus, protozoaires ou champignons. «Lutter contre les rats et souris qui peuvent être vecteurs de maladies est finalement assez simple... parce qu’on les voit», explique le docteur Lucas. La contamination d’un animal se fait par contact avec un animal infecté, soit en raison d’un environnement favorable.

Dans les bâtiments et en extérieur
Pour limiter au maximum le risque de contamination et les pertes économiques liées, les leviers d’action sont de deux ordres. La première série de mesures à appliquer est ce que l’on appelle la biosécurité externe ; autrement dit, il s’agit de protéger les extérieurs d’un élevage : affichage, rotoluves, pédiluves, sas sanitaire avec port de vêtements dédiés, plan de circulation sur l’exploitation. «Dans les pays nordiques, chaque élevage a un vétérinaire dédié avec des éleveurs bien plus vigilants que nous sur ces questions, constate Nicolas Lucas. Comme cela se pratique en élevage porcin, il faut définir une zone d’élevage, une zone professionnelle et une zone publique sur l’exploitation. C’est finalement assez simple si on applique le principe de marche en avant, comme cela se fait dans les abattoirs.»
En extérieur, «on recommande aux éleveurs de vérifier l’état des clôtures, voire à installer une double clôture comme on le voit dans d’autres pays», poursuit le vétérinaire. Le matériel d’élevage doit, quant à lui, être correctement nettoyé : bétaillère, couloir de contention... Pour l’équarrissage, une aire dédiée doit être aménagée, à l’écart de la zone d’élevage et facile d’accès. Pour Nicolas Lucas et le président du GDS 80, il n’y aurait finalement pas de méthode miracle, ni universelle, «mais des solutions simples à mettre en œuvre en fonction de chaque élevage». Et Pascal Bienaimé de conclure ses recommandations en rappelant que «le but de la biosécurité est de diminuer la consommation de médicaments pour les animaux en agissant de manière préventive».


Un vaccin «sûr et efficace» contre la PPA ?

Dans un article publié dans la revue Science China life sciences, une équipe de l’institut chinois de recherche vétérinaire Harbin affirme avoir trouvé un «vaccin sûr et efficace contre la peste porcine africaine» (PPA). Les scientifiques ont utilisé comme support le premier isolat de virus apparu en Chine, auquel ils ont effacé sept segments de gènes. En empêchant sa réplication, cette modification l’aurait rendu compatible avec les standards de sécurité des vaccins vivants atténués utilisables en élevages de porcs, explique le site spécialisé PigProgress. Les chercheurs chinois estiment que leur vaccin serait «actuellement le plus prometteur pour une application industrielle», sans préciser une éventuelle date de disponibilité. Les Chinois ne sont pas les seuls à affirmer disposer d’un vaccin : d’après Bloomberg, le gouvernement et des experts académiques américains «ont développé un vaccin contre la PPA dont l’efficacité a été prouvée à 100 %». Mais il serait «encore à des années d’être disponible pour les agriculteurs», précise l’agence de presse. Depuis le début de l’épizootie de PPA en Chine, à l’été 2018, la PPA a conduit à l’abattage de millions d’animaux, provoquant un appel d’air pour les importations vers ce pays, premier consommateur mondial de porc.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’annonce d'augmentation de prix en vue pour les betteraves (pour le moment ?) qui seront récoltées en 2023,…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde