Aller au contenu principal

La CGB appelle à manifester contre Saint Louis Sucre à Paris

Le 7 mai, de 10h à 13h, la CGB appelle les betteraviers à se rassembler devant l’ambassade d’Allemagne pour mettre la pression sur le groupe Südzucker.

© J.-C. Gutner

Ils avaient prévenu : les betteraviers de Saint Louis Sucre, filiale de Südzucker, ne lâcheront pas la pression contre les mesures de fermeture des sites sucriers en France, notamment celui d’Eppeville, dans la Somme. Après plusieurs manifestations, à Cagny, Eppeville et Roye, la CGB Somme appelle les planteurs à se retrouver devant l’ambassade d’Allemagne, mardi 7 mai, à Paris, pour se faire entendre.
«Par ce rassemblement, et en pleine campagne des élections européennes, nous voulons dire que nous sommes pour une Europe juste et constructive, et non pour une Europe où tous les coups sont permis entre Etats membres, tant sur des décisions unilatérales de fermetures d’usines, que sur des pratiques commerciales discordantes entre planteurs au sein d’un même groupe», insiste Dominique Fievez, président de la CGB Somme.
C’est pourquoi le syndicat, avec les planteurs des quatre usines françaises de Saint Louis Sucre, la FNSEA et les JA des six départements concernés, appellent à se rassembler devant l’ambassade d’Allemagne. «Cette manifestation s’adresse également, et bien naturellement, à tous les salariés de Saint Louis Sucre, ainsi qu’à nos élus politiques qui nous soutiennent depuis le début sur notre dossier, et que nous remercions d’ailleurs», ajoute le président de la CGB Somme. Si la mobilisation se poursuit, il y a une bonne raison à cela. En effet, Saint Louis Sucre ne déroge pas, pour l’heure, au calendrier programmé de son plan de restructuration, annoncé le 14 février dernier, avec notamment depuis début avril, le lancement de son Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Ce PSE devra être clôturé fin juillet entre les salariés et Saint Louis Sucre, puis être déposé et validé ou non, ensuite, par l’administration.

Une réponse inacceptable
Quant à la demande formulée par le syndicat, après la manifestation de Roye, le 5 avril, à savoir le versement d’un nouvel acompte pour la fin du mois d’un montant de 5 €/t de betteraves, pour avoir un prix équivalent à celui que propose la coopérative Cristal Union, la réponse de Saint Louis Sucre est une fin de non-recevoir. En effet, l’industriel aurait répondu au syndicat qu’il a déjà réalisé les meilleurs efforts en termes de trésorerie, et que le prix des betteraves 2018 reflète les marchés dégradés des sucres. Dont acte. Pour le syndicat, «cette réponse est inacceptable». Le bras de fer se poursuit donc. Après Cagny, Eppeville, Mannheim, c’est au tour de Paris de voir défiler les betteraviers en colère.

Des bus seront affrétés au départ de la Somme par la CGB Somme. Pour plus de renseignements, se rapprocher du syndicat, à Amiens. Contacter Jean-Jacques Fatous au 06 89 10 31 70 ou Luc Mignet au 06 89 10 40 03.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Jaunisse de la betterave
Néonicotinoïdes : une consultation publique pour rien
Lors de sa conférence de presse de rentrée le vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique s'est exprimée contre…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Noriap diversifie ses filières bio
Voilà dix ans que Noriap valorise les productions de ses adhérents convertis en agriculture bio. Les volumes et les débouchés…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Cerf gare de Chantilly
Hommage à un cerf traqué à la chasse : quand les écolos déraillent...
Le mouvement politique Europe Ecologie Les Verts (EELV) des Hauts-de-France organise demain, jeudi 21 dans l'Oise, une cérémonie…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde