Aller au contenu principal

La CGB appelle à manifester contre Saint Louis Sucre à Paris

Le 7 mai, de 10h à 13h, la CGB appelle les betteraviers à se rassembler devant l’ambassade d’Allemagne pour mettre la pression sur le groupe Südzucker.

© J.-C. Gutner

Ils avaient prévenu : les betteraviers de Saint Louis Sucre, filiale de Südzucker, ne lâcheront pas la pression contre les mesures de fermeture des sites sucriers en France, notamment celui d’Eppeville, dans la Somme. Après plusieurs manifestations, à Cagny, Eppeville et Roye, la CGB Somme appelle les planteurs à se retrouver devant l’ambassade d’Allemagne, mardi 7 mai, à Paris, pour se faire entendre.
«Par ce rassemblement, et en pleine campagne des élections européennes, nous voulons dire que nous sommes pour une Europe juste et constructive, et non pour une Europe où tous les coups sont permis entre Etats membres, tant sur des décisions unilatérales de fermetures d’usines, que sur des pratiques commerciales discordantes entre planteurs au sein d’un même groupe», insiste Dominique Fievez, président de la CGB Somme.
C’est pourquoi le syndicat, avec les planteurs des quatre usines françaises de Saint Louis Sucre, la FNSEA et les JA des six départements concernés, appellent à se rassembler devant l’ambassade d’Allemagne. «Cette manifestation s’adresse également, et bien naturellement, à tous les salariés de Saint Louis Sucre, ainsi qu’à nos élus politiques qui nous soutiennent depuis le début sur notre dossier, et que nous remercions d’ailleurs», ajoute le président de la CGB Somme. Si la mobilisation se poursuit, il y a une bonne raison à cela. En effet, Saint Louis Sucre ne déroge pas, pour l’heure, au calendrier programmé de son plan de restructuration, annoncé le 14 février dernier, avec notamment depuis début avril, le lancement de son Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Ce PSE devra être clôturé fin juillet entre les salariés et Saint Louis Sucre, puis être déposé et validé ou non, ensuite, par l’administration.

Une réponse inacceptable
Quant à la demande formulée par le syndicat, après la manifestation de Roye, le 5 avril, à savoir le versement d’un nouvel acompte pour la fin du mois d’un montant de 5 €/t de betteraves, pour avoir un prix équivalent à celui que propose la coopérative Cristal Union, la réponse de Saint Louis Sucre est une fin de non-recevoir. En effet, l’industriel aurait répondu au syndicat qu’il a déjà réalisé les meilleurs efforts en termes de trésorerie, et que le prix des betteraves 2018 reflète les marchés dégradés des sucres. Dont acte. Pour le syndicat, «cette réponse est inacceptable». Le bras de fer se poursuit donc. Après Cagny, Eppeville, Mannheim, c’est au tour de Paris de voir défiler les betteraviers en colère.

Des bus seront affrétés au départ de la Somme par la CGB Somme. Pour plus de renseignements, se rapprocher du syndicat, à Amiens. Contacter Jean-Jacques Fatous au 06 89 10 31 70 ou Luc Mignet au 06 89 10 40 03.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
Nicolas Mourier, épaulé d’Angélique, apprentie étudiante en agronomie à l’UPJV, poursuit l’amélioration de ses pratiques. Ici, un essai de différents couverts dans du blé.
Nicolas Mourier et l’ACS, de la praticité à la technicité
Ce 24 novembre, le député Leclabart organisait une table ronde sur le thème de l’agriculture régénératrice. Nicolas Mourier,…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Le 24 novembre dernier, Frédéric Morel, responsable de la région Hauts-de-France et Ardennes et Yann Lecointre,  directeur général d’Innoval ont présenté à quelque 130 éleveurs des Hauts-de-France les contours de la nouvelle entité coopérative baptisée Innoval née de la fusion entre Evolution, les entreprises de conseil en élevage BCEL Ouest  et Copavenir et le GDS de Bretagne. La suite de la journée était consacrée à des interventions techniques sur la reproduction animale.
Innoval, la coop de l’ouest qui gagne le nord
Quelque 130 éleveurs de la région ont assisté le 24 novembre dernier à une réunion de présentation des activités et du périmètre…
Cinq robots de traite DairyRobot R9500 sont installés dans deux bâtiments distincts (deux et trois robots), en circuit libre. 
Des robots GEA pour la traite confortable d’un gros troupeau
D’année en année, le Gaec de l’Argilière à Grandcourt (80) n’a cessé d’évoluer. 7 UTH s’y activent désormais, avec une grosse…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde