Aller au contenu principal

La Chine règne sur les marchés mondiaux des matières premières

La Chine soulève de grandes incertitudes, selon le rapport Cyclope publié le 14 mai.

La Chine est désormais «la clé du marché des produits laitiers».
La Chine est désormais «la clé du marché des produits laitiers».
© Bleuenn Carré Chen


«La Chine pèse sur l’ensemble des marchés mondiaux», dont elle reste «l’acteur majeur et aléatoire» pour pratiquement toutes les matières premières et commodités, des céréales aux métaux en passant par la viande et le lait, a expliqué devant la presse Philippe Chalmin, économiste à la tête d’une équipe de 60 experts pour le rapport Cyclope 2014. Seuls produits épargnés : le café et le cacao, que les Chinois consomment peu pour l’instant.
«Le ralentissement en cours et à venir de l’activité ne devrait pas provoquer d’ajustements majeurs», peut-on lire dans l’ouvrage. «La lenteur de la transformation du modèle de croissance et la poursuite du développement plaident, au contraire, en faveur d’une demande chinoise de matières premières plus élevée», estiment les auteurs.

«Soubresauts chinois»
L’interrogation chinoise pèse d’autant plus lourdement qu’«on a souvent du mal à comprendre les tenants et les aboutissants de la politique» de Pékin, a souligné Philippe Chalmin. Ces derniers mois par exemple, soja, blé et maïs, dont la Chine est l’un des principaux importateurs, «ont subi les conséquences indirectes des soubresauts chinois», avec des refus de cargaisons de maïs OGM ou des défauts d’acheteurs de soja, qui laissent planer le doute sur les intentions réelles du gouvernement, a expliqué Philippe Chalmin. Pékin semble vouloir «calmer l’enthousiasme des importateurs, pour tenir le marché local».

Stabilité des indices
D’après François Luguenot, un des auteurs de Cyclope, «la Chine joue un jeu dangereux» en constituant des stocks, par exemple en soja, dans le but de «spéculer ailleurs».
La Chine est redevenue en 2013 un acteur essentiel pour les céréales, en recommençant à acheter du blé pour la première fois en dix ans. Autre grande évolution : l’Empire du Milieu est désormais le troisième importateur mondial de viande bovine. Il a multiplié ses achats par quatre, en raison surtout de la méfiance des Chinois envers leur viande locale, après moult scandales sanitaires. La Chine est aussi désormais «la clé du marché des produits laitiers», en se mettant à acheter massivement du lait en poudre à l’étranger, avec des répercussions allant jusqu’aux producteurs bretons, a rappelé Philippe Chalmin.
Globalement, les marchés de matières premières se sont caractérisés en 2013 par «une extraordinaire stabilité des indices de prix à des niveaux très élevés», a par ailleurs souligné l’économiste. «Le choc démarré en 2005-06 n’est pas terminé», a-t-il estimé.

L’inconnue ukrainienne
«Les marchés céréaliers sont au diapason de l’Ukraine», a ajouté François Luguenot. La situation dans le pays reste «confuse», à ses yeux. Davantage pour la campagne à venir qu’au niveau de l’activité en cours, jugée «habituelle». «Les entreprises françaises qui ont une filiale ukrainienne dans les semences vont probablement perdre beaucoup d’argent», a-t-il toutefois lancé.
Autre victime des tensions géopolitiques en Mer Noire, le blé russe subit un écart de 10 dollars la tonne entre les prix acheteurs et vendeurs. «Les opérateurs ont peur des sanctions contre Moscou», a noté François Luguenot, même si leur sentiment est que les Occidentaux resteront mesurés en la matière.

De nouvelles tensions
Dans l’ensemble, les marchés mondiaux voient «à nouveau des tensions dans pratiquement tous les sens», selon Philippe Chalmin. Un retour d’El Niño constituerait «une menace majeure pour l’ensemble des produits agricoles». Gaz de schiste, biotechnologies et OGM seront aussi à prendre en compte, tout comme les nouvelles politiques agricoles aux Etats-Unis et en Europe, et le retrait de grands acteurs financiers du négoce des matières premières. «Les commodités sont la partie émergée de toutes les tensions de la planète», a rappelé Philippe Chalmin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Cette rencontre de Bérangère Abba qui fait bondir les chasseurs
La secrétaire d’État chargée de la Biodiversité est la cible d’une campagne de déstabilisation d’une partie de la communauté…
Une conversion bio à grande échelle dans le Santerre
Adeptes de la protection intégrée et de la conservation des sols, les associés du GIE Les sources du Santerre ont entamé une…
Mickaël et Pauline ont à cœur de transmettre leur métier. Deux apprentis travaillent chez eux, et leur nièce (photo) et leurs trois enfants y passent leur temps libre.
Eleveurs bovins (10/10) : Un bâtiment adapté au bien-être animal… et de l’éleveur
Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Fin de notre série à la…
Agr’Innov emploi : le recrutement massif est lancé en Haute-Somme
Les exploitations agricoles du secteur de Péronne ont un besoin conséquent en main-d’œuvre, qu’elles n’arrivent pas à combler. C’…
Les connaissances scientifiques concernant l’impact des champs électromagnétiques sur la santé des animaux d’élevage doivent largement être approfondies.
Les champs électromagnétiques, maux du XXIe siècle chez les animaux
Ils seraient des centaines d’éleveurs à témoigner de souffrance de leurs animaux à cause d’installations électriques à proximité…
Avec l’avocat de l’Anast, Yann Joly réclame réparation du préjudice subi (1 M€) au titre d’un «trouble anormal de voisinage». 
La perte de son élevage indemnisée ?
À Le Boisle, Yann Joly a vu son troupeau de VL dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013. Une procédure…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde