Aller au contenu principal

Bétail et viande
La Cobevial : un potentiel renforcé

Adossée à un groupe solide, la coopérative a dégagé de bons résultats.

Hervé Drouvin, président de la Cobevial : «le groupe Alliance assure une garantie absolue de paiement aux éleveurs».
Hervé Drouvin, président de la Cobevial : «le groupe Alliance assure une garantie absolue de paiement aux éleveurs».
© AAP

L’assemblée de la Cobevial s’est tenue le 28 juin dernier à Amiens, sous la présidence d’Hervé Drouvin. C’était la première assemblée après la restructuration opérée avec le groupement du Nord Pas de Calais, ABS Qualinord. L’ensemble des adhérents de ce dernier ont rejoint la Cobevial, ce qui a renforcé d’autant le potentiel de la coopérative, et fait doubler pratiquement son activité. D’ici 2013, la Cobevial devrait compter quelque 800 adhérents contre 450 en 2010.

Bovins : nette progression
En bovins, près de 21 000 têtes dont 8 500 jeunes bovins et 8 100 vaches de réforme ont été commercialisés en 2011. Soit une progression de 8,3% par rapport à l’exercice précédent. Cette commercialisation a bénéficié de cours soutenus suite à la sécheresse de 2011 et des exportations de bovins vivants dans les pays méditerranéens et notamment en Turquie.
«Nous avons fait avec les Ets Bigard un gros travail de mise en place de filières de production : jeunes bovins laitiers, jeunes bovins blonds, vaches de réforme avec plus value. Et nous avons créée une nouvelle filière de collecte des veaux avec la société Sobeval», a commenté Jean-Michel Régnier, vice président de la Cobevial.

Porc : des filières valorisantes
En porcs, 282 000 porcs charcutiers ont été collectés, en baisse de 1% comme dans la plupart des régions françaises. «Malheureusement, le recul des abattages continuera en 2012 à cause de la rentabilité médiocre de la production, du prix des matières premières qui continue à monter et de la mise aux normes bien-être des truies qui va précipiter l’arrêt de certains élevages», a déploré François Thibaut, vice-président de la Cobevial. Les cours ont augmenté en moyenne de 14,3%, mais cette embellie a été largement compensée par la hausse des matières premières, et ce malgré une forte utilisation de coproduits. Le regroupement avec ABS permet maintenant de proposer des filières valorisantes supplémentaires : «Porc du Haut Pays», «Porc d’Antan», «Porcilin», «FQC» (qualité Carrefour).

400 000 euros distribués aux éleveurs
Hervé Drouvin s’est félicité des bons résultats de la Cobevial en 2011. «Après de gros efforts tant sur le plan de la gestion que commercial, et grâce également aux dividendes des entreprises composant le groupe Alliance, les éleveurs se partageront 400 000 euros d’intérêts aux parts sociales et de ristournes», a-t-il précisé. Concrètement, les adhérents bénéficieront d’une rémunération sur le capital social de 17%, et de compléments de prix pendant le deuxième semestre 2012 à raison de 1 euro par porc, 2 euros par coche de réforme, 0,3 euro par porcelet, 15 euros par jeune bovin, 10 euros par vache de réforme, 10 euros par broutard. Ces résultats sont le fruit d’une baisse importante des charges liée à l’augmentation de l’activité.
Hervé Drouvin a rappelé que la coopérative, fondée il y a plus de cinquante ans, a eu le courage de privilégier le développement d’un groupe. «Aujourd’hui nous pouvons distribuer les fruits de ce travail de plusieurs décennies. Le groupe Alliance n’est pas endetté, il assure ainsi une garantie absolue de paiement aux éleveurs». Ce qui n’est pas le cas partout.
Adossée à un groupe solide, la Cobevial entend se développer en bovins et ralentir, voire stopper, la baisse en porcs. Ce qui sera possible grâce à des outils de transformation comme les abattoirs Bigard de Saint Pol sur Ternoise, Formerie, et le dernier construit en France, celui de Feignies, près de Maubeuge, qui abat plus de 2 000 bovins par semaine.
Eric Bettens, directeur de la Cobevial, absent depuis près de deux ans, participait à cette assemblée générale. Il pourra reprendre ses fonctions dans le courant de l’été.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les céréaliers redoutent «une pénurie d’engrais»
Agriculteur dans le Loiret et secrétaire général adjoint de l’Association générale des producteurs de blé (AGPB), Cédric Benoist…
D’ici quelques semaines, Noriap devrait être en mesure de proposer un contrat à ses adhérents engagés dans des pratiques d’agriculture de régénération après avoir convaincu plusieurs de ses clients de participer à l’effort. 
Noriap dans les starting-blocks pour rémunérer les pratiques régénératives
La coopérative samarienne fait partie des entreprises pionnières de l’amont à imaginer un système de rémunération qui récompense…
Chez Antoine Guilbaut, les vaches vieillissent bien. Ici, Dauphine, fille d’Oulou, quatorze ans en janvier, est pleine de son douzième veau. Son IVVV : 369 jours. 
Antoine Guilbaut a ses blondes dans la peau
Ses blondes d’Aquitaine, Antoine Guilbaut y passe un temps fou. Les efforts de l’éleveur de Boismont sont récompensés d’…
Plusieurs définitions de l’agriculture de régénération coexistent. Elle est le plus souvent recentrée sur des pratiques d’«amélioration du sol» en s’approchant du concept d’agriculture de conservation.
L’agriculture régénératrice, un concept tout-terrain
Dans le sillage de Danone, des industriels comme McCain, Nestlé, ou encore le fabricant de vêtements Patagonia, ont annoncé, ces…
Ferme des 1000 vaches : le Conseil d’État déboute les porteurs du projet
Les porteurs du projet de ferme communément appelée «Ferme des 1000 vaches» à Drucat, près d’Abbeville, sont condamnés à régler…
Pour ses premières vendanges, Martin Ebersbach a pu compter sur l’aide de sa famille et de ses amis. Reste tout le travail de vinification à réaliser.  Dégustation de la première coupe de vin effervescent bio d’Ailly-sur-Noye début 2023. 
Une première vendange au Vignoble des Vœux
Pour pouvoir s’installer à la ferme familiale des Vœux, à Ailly-sur-Noye, Martin Ebersbach a planté un vignoble pour y produire…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde