Aller au contenu principal

La Commission va interdire les néonicotinoïdes pour deux ans

A partir du 1er décembre 2013, clothianidine, thiamethoxame et imidaclopride ne pourront plus être utilisés.

Les agriculteurs pourront une dernière fois cultiver du colza,
semé à l’automne, traité avec des néonicotinoïdes.
Les agriculteurs pourront une dernière fois cultiver du colza,
semé à l’automne, traité avec des néonicotinoïdes.
© JC Gutner

Quinze pays dont la France, l'Allemagne, l'Espagne, la Pologne et les Pays-Bas se sont prononcé en faveur de l’interdiction des néonicotinoïdes pendant deux ans afin de mieux évaluer leur impact sur la santé des abeilles.
Mais, lors du vote du comité d’appel le 29 avril à Bruxelles, la majorité qualifiée n’a pas pu être atteinte, huit pays ayant voté contre, notamment le Royaume-Uni, l'Italie, la Hongrie et la Roumanie. La décision revient donc à la Commission européenne qui va donc interdire pour deux ans l’usage des trois principaux insecticides néonicotinoïdes (clothianidine, thiamethoxame et imidaclopride) en enrobage de semences, en traitement de sol et en pulvérisation sur les cultures attractives pour les abeilles.
Bruxelles se fonde sur un avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) publié en janvier dernier et qui met principalement en cause les semences enrobées. Sur les traitements par pulvérisation, les données manquent..
La liste des cultures sur lesquelles l’usage des néonicotinoïdes va être interdit comprend de nombreux fruits et légumes ainsi que la plupart des grandes cultures à l’exception des céréales d’hiver (blé, orge) et de la betterave sucrière.
Le traitement des cultures attirant les abeilles sera exceptionnellement possible pour les cultures sous serre et les cultures de plein champ après la floraison. Le texte ne sera mis en application qu’à partir du 1er décembre. De nombreux agriculteurs et distributeurs ayant déjà acheté leurs semences, Bruxelles ne souhaite pas avoir à les dédommager.
En France, les réactions se sont multipliées après l’annonce de ce moratoire. Saluée par les uns, les associations écologistes, bien entendu, l'Union de l'apiculture française, le ministère de l’Agriculture, cette décision est en revanche fustigée par les acteurs économiques et plusieurs syndicats.

Une solution de lutte en moins
Pour Orama (grandes cultures), la suspension des néonicotinoïdes signifie que «des moyens de protection efficaces seraient à nouveau écartés sans démonstration probante de la boîte à outils des producteurs qui subiraient ainsi une moindre productivité de leurs cultures». La Fnsea dénonce une décision qui «va à l’encontre des intérêts croisés agriculteurs/apiculteurs».
Elle plaide pour «Le développement de programmes de recherche et d’innovation dans les domaines de la génétique, de la protection des cultures et de la santé des abeilles doit être la priorité».
Cette proposition «est basée sur une interprétation politique du principe de précaution», a déploré Jean-Charles Bocquet, directeur général de l’union des industriels de la protection des plantes (Uipp). De son côté, l’agrochimiste Syngenta a estimé que la proposition de la Commission «manque de rigueur scientifique et ignore les nombreuses données venant du terrain qui démontrent que ces insecticides ne nuisent pas à la santé des abeilles. (…) La Commission devrait saisir l’occasion pour s’attaquer aux causes réelles du dépérissement des abeilles : virus, maladie, perte d’habitat et nutrition».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Projet de sucrerie de Seneffe
Le projet de sucrerie de Seneffe (B) est enterré
Ultime rebondissement dans la course à la construction d’une sucrerie dans le Hainaut belge, la coopérative rassemblant les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde