Aller au contenu principal

La consultation du plan Pollinisateurs est lancée

Le plan Pollinisateurs et l’arrêté Abeille révisé ont été envoyés en consultation publique ce 28 juin, indiquent les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture. Les associations de l’environnement restent mobilisées contre cette version demeurant éloignée des préconisations de 2019 de l’Anses. 

Les premières rumeurs évoquaient une interdiction de traitement de jour sur les cultures mellifères. Mais l’État n’obligera pas les agriculteurs à travailler de nuit.
Les premières rumeurs évoquaient une interdiction de traitement de jour sur les cultures mellifères. Mais l’État n’obligera pas les agriculteurs à travailler de nuit.
© Pixabay

Après près de six mois de discussions, l’arrêté dit Abeille a été soumis à la consultation du public le 28 juin pour une durée de trois semaines. «Depuis l’année dernière, le plan a largement évolué», souligne l’entourage de Julien Denormandie lors d’un point presse le 28 juin. Alors que les premières rumeurs évoquaient une interdiction des traitements de jour sur cultures mellifères, la version de l’arrêté abeille et du plan Pollinisateurs en consultation respecte la principale ligne rouge ministérielle : l’État n’obligera pas les agriculteurs à travailler de nuit. 

Si cet assouplissement des fenêtres de traitement semblait acquis depuis le début de l’année, le texte en consultation répond à une autre inquiétude des producteurs concernant la définition des «zones de butinage». Dans un communiqué du 10 juin, les producteurs de pommes et de poires avaient notamment dénoncé une «condamnation pure et simple du verger français», dans le cas où l’État aurait interdit tout traitement en période de floraison de ces végétaux semés ou spontanés. 

La version finale de l’arrêté leur donne gain de cause, en précisant que «les utilisations de produits sur les zones de butinage sont celles visant à traiter spécifiquement ces zones, indépendamment de l’utilisation sur les cultures en production». «Une mesure permettra également de voir comment les outils d’aide à la décision pourront permettre d’adapter les périodes d’épandage», rappelle le cabinet du ministre de l’Agriculture. Après avis de l’Inrae, une annexe jointe à l’arrêté détaillera notamment les méthodes «apportant des garanties équivalentes en matière d’exposition des abeilles». 

Pas d’enveloppe globale détaillée 

Côté budget, pour l’ensemble des six volets du plan, «à ce stade de la consultation, nous ne sommes pas en mesure de détailler une enveloppe globale», indique de son côté le ministère de la Transition lors du même point presse le
28 juin. Le financement de l’ensemble des mesures, explique-t-on dans les deux ministères, relèvera non seulement du plan de relance et du PSN en cours d’élaboration, mais également des efforts des collectivités prêtes à soutenir agriculteurs et apiculteurs. 

Les apiculteurs et les associations de protection de l’environnement continuent de leur côté de regretter que l’avis de l’Anses de 2019 n’ait pas été suivi à la lettre. Dans un communiqué commun du 30 juin, Générations Futures, FNE, l’Unaf et le SNA dénoncent «une nouvelle régression intolérable», après la réautorisation des néonicotinoïdes. 

Dans ce texte, elles rappellent leurs critiques sur les délais de réévaluation trop long permis par l’arrêté, et sur les reculs sur les horaires de traitement, tout en déplorant la révision de la définition des zones de butinage de l’arrêté, qui «excluent du champ de l’arrêté toutes zones d’intérêt pour les pollinisateurs non-spécifiquement visées par des traitements». 

 

L’Allemagne adopte sa loi de protection des insectes

Le parlement allemand a adopté le 2 juillet deux lois phares pour la défense de l’environnement, l’une renforçant les objectifs climatiques du pays pour atteindre la neutralité carbone en 2045, l’autre limitant l’usage des insecticides. La nouvelle loi sur la protection du climat stipule que l’Allemagne sera climatiquement neutre d’ici 2045, cinq ans plus tôt qu’envisagé initialement. Le gouvernement avait dû revoir sa copie et réécrire dans l’urgence la loi climat adoptée en 2019 après une censure de la Cour constitutionnelle en avril. La loi sur la protection des insectes, essentiels aux écosystèmes, également adoptée vendredi prévoit que l’usage des pesticides sera restreint autour des cours d’eau et dans les zones protégées. Pour la première fois, des règles sont instaurées pour réduire la pollution lumineuse qui piège souvent les insectes. Le texte acte aussi la sortie du glyphosate fin 2023. En compensation et pour apaiser la colère des agriculteurs, le gouvernement fédéral a prévu un soutien de 65 millions d’euros aux exploitants agricoles qui auront des dépenses plus élevées. Le compromis a été adopté jeudi soir à la chambre des députés. «Ceux qui protègent les insectes aujourd’hui assureront l’agriculture de demain», a affirmé la ministre de l’Ecologie Svenja Schulze.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les planteurs peuvent espérer approcher un rendement de 90 t/ha à 16° et une rémunération de 30 €/t pulpes comprises. 
La campagne betteravière démarre sous de bons auspices
De bons rendements et des prix supérieurs aux dernières années : voilà ce qu’espère la filière betteraves pour cette nouvelle…
Barbara Pompili
Barbara Pompili lorgne sur l'agriculture ? Son cabinet réfute
Avec Nicolas Hulot, l'un de ses prédécesseurs au ministère de la Transition écologique, la samarienne n'est pas contre l'idée de…
Des betteraviers pas pressés de récolter
La Confédération générale des betteraviers (CGB) demande aux entreprises de transformation de retarder autant que possible les…
La ministre de la Transformation et de la Fonction publiques (à gauche) a fait étape la semaine dernière dans la Somme à la rencontre des élus locaux pour s’assurer de la bonne mise en place du plan de relance.
Touquet Savour offre un nouvel écrin écoresponsable à ses pépites
L’entreprise de négoce de pommes de terre installée à Essertaux (80) vient de lancer la commercialisation d’un nouveau packaging…
Plaine en fête, un événement de rentrée contre la morosité
Après une année blanche, l’événement Plaine en fête organisé par les Jeunes agriculteurs de la Somme fait son grand retour le…
Pour être juste, le prix d’un maïs sur pied s’établit en fonction du rendement  en grain, de la cotation sur le marché et de la culture qui sera implantée  par la suite.
Quel prix pour le maïs sur pied en 2021 ?
L’achat et la vente de maïs sur pied sont une pratique courante dans le département. Pour calculer le juste prix, deux méthodes…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde