Aller au contenu principal

La Coopération agricole se voit orienter la production

Réunie en congrès le 18 décembre, la Coopération agricole (ex-Coop de France) s’est donné un rôle nouveau en termes de création de valeur. Il s’agit d’«orienter» la production pour répondre à la demande du marché, selon le président de la fédération Dominique Chargé.

Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, a défendu le rôle de la coopération lors de son congrès le 18 décembre.
Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, a défendu le rôle de la coopération lors de son congrès le 18 décembre.
© Coop de France



Une passe d’armes a eu lieu le 18 décembre entre coopération et syndicalisme, lors du congrès de Coop de France. D’un côté, Dominique Chargé, président de la Coopération agricole (nouveau nom de l’organisation), a défendu le rôle de la coopérative «qui oriente, organise, voire planifie» la production. De l’autre, Samuel Vandaele, président des Jeunes agriculteurs, s’est opposé à l’idée d’«intégration». Dans une interview donnée la veille au quotidien Les Echos, Dominique Chargé avait affirmé que «demain, un agriculteur ne s’installera plus dans telle ou telle production, mais décidera, avec la coopérative de son choix, sur la base d’un contrat sécurisant». Parallèlement, il faut, selon lui, développer «un nouveau modèle d’exploitation beaucoup plus intégré», financé par des investisseurs non agricoles. Le président de la Coopération agricole est revenu plus en détail sur cette idée lors de son congrès à Paris, autour du projet coopératif avec les jeunes générations.

«Inverser» les flux entre amont et aval
«Compte tenu des ruptures économiques dans lesquelles nous sommes, avec l’abandon de tous les mécanismes de régulation de marché, les attentes nouvelles des citoyens, notre rôle d’acteur économique est différent d’il y a quarante ans», a déclaré en tribune Dominique Chargé. «Nous devons inverser les flux.» Dans les années 1960-1970, le rôle des coopératives était «d’organiser, de massifier la production et de rechercher des débouchés». Aujourd’hui, c’est de «mettre la coopérative au centre d’un processus de création de valeur, qui oriente, organise, voire planifie la production pour la mettre en adéquation avec les attentes du marché». «C’est la seule façon de créer de la valeur durable», a-t-il appuyé. Et de préciser : «Mon intention, en disant ça, n’est pas de faire des agriculteurs des prestataires de services.»

Non à l’«intégration»
Invité au débat, le président des JA Samuel Vandaele l’a mis en garde. «Il faut que la coopérative reste dans l’accompagnement et pas dans l’intégration», selon lui. «Aujourd’hui, les coopératives doivent faciliter l’installation des jeunes. C’est important pour créer ce lien» avec le jeune adhérent. La coopérative «ne doit pas se substituer à sa première mission qui est d’aller chercher de la valeur pour ses adhérents», a déclaré Samuel Vandaele. À ses yeux, «une coopérative qui marche, ça n’est pas une coopérative qui a beaucoup d’adhérents. C’est une coopérative qui rémunère correctement le produit de ses adhérents».
Cette mise au point intervient dans le contexte de la loi Egalim, à laquelle s’oppose en partie la Coopération agricole. Du point de vue de la fédération, le prix d’un produit ne peut être indexé sur des indicateurs qu’«à condition que ce soit une production choisie, correspondant aux attentes du marché», explique à Agra Presse Dominique Chargé. «Il y a parfois des situations de suroffre, qui entraînent un écroulement des cotations, pointe-t-il. Difficile dans ces conditions d’avoir un prix indexé sur des indicateurs de coûts de production.»

Vers des types de contrats
Les coopératives défendent toutefois l’idée d’un «contrat sécurisant» avec l’agriculteur. Dominique Chargé en explique la philosophie : «On ne peut être responsable de la pertinence économique d’une production que dès lors qu’on l’a choisi ensemble. La responsabilité d’une coopérative ne peut commencer au moment où l’agriculteur amène une production, mais quand les deux parties décident ensemble de produire à destination d’un marché. Les mécanismes qui permettent de sécuriser les rémunérations, les marges, fonctionnent déjà.»
Pour autant, la Coopération agricole a l’intention de plancher dessus tout au long de l’année prochaine, envisageant même de définir des types de contrat. «La réflexion doit être beaucoup plus structurée et aboutie sur le fait que le rôle d’une coopérative est de plus en plus de faire correspondre la production de l’agriculteur et les attentes du marché», insiste Dominique Chargé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Hutte Hable d'Ault
Un drame évité de justesse dans une hutte du Hable d'Ault
Deux chasseurs occupant une installation de chasse de nuit ont échappé la nuit dernière à l’intoxication par les fumées d’un…
Groupama Grand Est
Pour une erreur de calendrier, Groupama fait le buzz malgré lui
Les réseaux sociaux sont féroces et la moindre erreur de communication se paye au prix fort. C'est ce qu'a constaté au cours des…
Jean-Louis Bouthors a sauvé son exploitation par la remise en cause du poste d’alimentation, avec l’affouragement  en vert. Un défi qu’il a su relever avec le soutien de sa famille (ici ses enfants, Louis et Laura).
Eleveurs bovins (5/10). L’autonomie fourragère pour un élevage viable
Épisode 5/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Aujourd’hui, Frédéric Gaffet est à l’aise avec ses pratiques qui lui ont permis de sauver sa ferme. Sa fille, Constance, pourrait même s’y installer à l’avenir grâce  à un projet de diversification.
Eleveurs bovins (7/10): "Si je n'étais pas bio, je n'existerais plus"
Épisode 7/10. Ils sont éleveurs bovin par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Selon leur qualité, les pailles 2020 sont orientées vers la transformation la plus valorisante pour elles : un teillage classique ou un teillage toutes fibres. 
Mauvaise récolte 2020, teillage en souffrance en 2021
Depuis décembre, la Calira, à Martainneville, teille le lin récolté en 2020. Sans (bonne) surprise, la récolte est très mauvaise…
Pour Francis Pruvot et Nicolas Sangnier, l’élevage est une diversification intéressante qui assure l’équilibre de leurs exploitations.
Eleveurs bovins (6/10). Un Label rouge pour une meilleure valorisation
Épisode 6/10. Ils sont éleveurs bovins par choix, et leur professionnalisme leur permet de vivre de leur métier. Chaque semaine,…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde