Aller au contenu principal

La Coopération agricole se voit orienter la production

Réunie en congrès le 18 décembre, la Coopération agricole (ex-Coop de France) s’est donné un rôle nouveau en termes de création de valeur. Il s’agit d’«orienter» la production pour répondre à la demande du marché, selon le président de la fédération Dominique Chargé.

Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, a défendu le rôle de la coopération lors de son congrès le 18 décembre.
Dominique Chargé, président de la Coopération agricole, a défendu le rôle de la coopération lors de son congrès le 18 décembre.
© Coop de France



Une passe d’armes a eu lieu le 18 décembre entre coopération et syndicalisme, lors du congrès de Coop de France. D’un côté, Dominique Chargé, président de la Coopération agricole (nouveau nom de l’organisation), a défendu le rôle de la coopérative «qui oriente, organise, voire planifie» la production. De l’autre, Samuel Vandaele, président des Jeunes agriculteurs, s’est opposé à l’idée d’«intégration». Dans une interview donnée la veille au quotidien Les Echos, Dominique Chargé avait affirmé que «demain, un agriculteur ne s’installera plus dans telle ou telle production, mais décidera, avec la coopérative de son choix, sur la base d’un contrat sécurisant». Parallèlement, il faut, selon lui, développer «un nouveau modèle d’exploitation beaucoup plus intégré», financé par des investisseurs non agricoles. Le président de la Coopération agricole est revenu plus en détail sur cette idée lors de son congrès à Paris, autour du projet coopératif avec les jeunes générations.

«Inverser» les flux entre amont et aval
«Compte tenu des ruptures économiques dans lesquelles nous sommes, avec l’abandon de tous les mécanismes de régulation de marché, les attentes nouvelles des citoyens, notre rôle d’acteur économique est différent d’il y a quarante ans», a déclaré en tribune Dominique Chargé. «Nous devons inverser les flux.» Dans les années 1960-1970, le rôle des coopératives était «d’organiser, de massifier la production et de rechercher des débouchés». Aujourd’hui, c’est de «mettre la coopérative au centre d’un processus de création de valeur, qui oriente, organise, voire planifie la production pour la mettre en adéquation avec les attentes du marché». «C’est la seule façon de créer de la valeur durable», a-t-il appuyé. Et de préciser : «Mon intention, en disant ça, n’est pas de faire des agriculteurs des prestataires de services.»

Non à l’«intégration»
Invité au débat, le président des JA Samuel Vandaele l’a mis en garde. «Il faut que la coopérative reste dans l’accompagnement et pas dans l’intégration», selon lui. «Aujourd’hui, les coopératives doivent faciliter l’installation des jeunes. C’est important pour créer ce lien» avec le jeune adhérent. La coopérative «ne doit pas se substituer à sa première mission qui est d’aller chercher de la valeur pour ses adhérents», a déclaré Samuel Vandaele. À ses yeux, «une coopérative qui marche, ça n’est pas une coopérative qui a beaucoup d’adhérents. C’est une coopérative qui rémunère correctement le produit de ses adhérents».
Cette mise au point intervient dans le contexte de la loi Egalim, à laquelle s’oppose en partie la Coopération agricole. Du point de vue de la fédération, le prix d’un produit ne peut être indexé sur des indicateurs qu’«à condition que ce soit une production choisie, correspondant aux attentes du marché», explique à Agra Presse Dominique Chargé. «Il y a parfois des situations de suroffre, qui entraînent un écroulement des cotations, pointe-t-il. Difficile dans ces conditions d’avoir un prix indexé sur des indicateurs de coûts de production.»

Vers des types de contrats
Les coopératives défendent toutefois l’idée d’un «contrat sécurisant» avec l’agriculteur. Dominique Chargé en explique la philosophie : «On ne peut être responsable de la pertinence économique d’une production que dès lors qu’on l’a choisi ensemble. La responsabilité d’une coopérative ne peut commencer au moment où l’agriculteur amène une production, mais quand les deux parties décident ensemble de produire à destination d’un marché. Les mécanismes qui permettent de sécuriser les rémunérations, les marges, fonctionnent déjà.»
Pour autant, la Coopération agricole a l’intention de plancher dessus tout au long de l’année prochaine, envisageant même de définir des types de contrat. «La réflexion doit être beaucoup plus structurée et aboutie sur le fait que le rôle d’une coopérative est de plus en plus de faire correspondre la production de l’agriculteur et les attentes du marché», insiste Dominique Chargé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Un nouveau magasin de produits locaux à Corbie
Vincent Dufrenoy ouvrait une nouvelle boucherie et magasin de produits locaux à Corbie ce 1er avril. On y a fait un tour !
170 exploitations agricoles couvrant environ 30 000 hectares ont obtenu le label d’agriculture de conservation «Au cœur des sols».
Déjà 30 000 hectares labellisés «Au cœur des sols»
Les agriculteurs de l’Apad fêtent la première année d’existence de leur label d’agriculture de conservation des sols «Au cœur des…
Les détenteurs du Certiphyto pourront vacciner contre la Covid-19
La liste des personnes autorisées à administrer des vaccins contre la Covid-19 s'allonge puisque les détenteurs du Certiphyto…
Secure Colza : des leviers techniques pour redynamiser la culture
Donner des clés aux agriculteurs pour leur permettre de maintenir leurs surfaces de colza : c’est tout l’objectif de Secure colza…
Produire de la Pompadour, ce n’est que de l’amour
La variété Pompadour sait se faire désirer et c’est ce qui rend sa culture intéressante aux yeux des six producteurs picards…
«Des gelées historiques» dans les vergers de la Somme
Le gel, qui a frappé de plein fouet bon nombre de cultures en France en ce début de semaine, n’a pas épargné les vergers de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde