Aller au contenu principal

La coopérative Sodiaal expose sa stratégie à ses adhérents

Sodiaal a réuni ses adhérents de la région Nord le 19 novembre à Neuville-Saint-Rémy (59) pour une réunion d’information sur l’actualité de la coopérative. La rencontre s’est déroulée en présence du président Damien Lacombe qui a pu échanger avec les participants. 

Sodiaal collecte chaque année autour de 700 millions de litres  dans la Région.
Sodiaal collecte chaque année autour de 700 millions de litres dans la Région.
© Virginie Charpenet

Lait de consommation, fromages, yaourts, ingrédients laitiers… La coopérative Sodiaal est un acteur majeur du secteur laitier français. Pour en savoir plus sur son actualité, les adhérents de la région Nord, qui regroupe quatre sections (Côte d’Opale, Nord-Ardennes, Picardie et Normandie), étaient invités à une réunion d’information le 19 novembre à Neuville-Saint-Rémy (59). Rachat de Yoplait, lait bio et négociations commerciales ont notamment été abordés tout au long de l’après-midi d’échanges.

En préambule de la réunion, Luc Verhaeghe, président de la section Nord-Ardennes et agriculteur à Saint-Saulve (59), a rappelé les grands chiffres de Sodiaal dans la région : 698 millions de litres (Ml) de lait sont en moyenne collectés chaque année auprès de 1 341 exploitations pour approvisionner cinq sites de production.

 

«Une belle opération»

Le dossier Yoplait est une des actualités les plus fortes de la coopérative cette année. «Ce rachat, qui sera effectif au 1er décembre, est une très belle opération pour les producteurs», assure Damien Lacombe, président de Sodiaal, venu à la rencontre des adhérents. Il a rappelé l’historique de la marque créée par la coopérative dans les années 1960 pour vendre ses produits laitiers en grande distribution en France, mais aussi à l’export. En 2011, l’américain General mills, avec qui la coopérative a développé des liens commerciaux, acquiert 51 % de la marque. En mars 2021, la coopérative Sodiaal entre en négociations exclusives pour la racheter. Sodiaal reprend la main sur les activités Europe et le reste du monde, tandis que General mills conserve ses activités pour les États-Unis et le Canada. Une opération qui fait entrer Sodiaal dans le top 3 des industriels laitiers français derrière Danone et Nestlé (Lactalis) avec, pour la marque Yoplait, l’équivalent de 535 Ml collectés, 400 000 t de produits fabriqués pour la zone Europe et un chiffre d’affaires de 2,7 milliards d’euros. «Cela doit améliorer notre capacité d’investissement et la rentabilité de l’entreprise mais aussi renforcer notre rôle de partenaire de la grande distribution», précise Damien Lacombe.

 

Coup de frein sur le bio

Le retournement de conjoncture sur le marché du bio, avec un plafonnement, voire une décrue de la consommation, freine les ardeurs de la coopérative. Pour assainir le marché, c’est d’ailleurs un des premiers acteurs à avoir décidé, au printemps, «de déclasser du lait bio en lait non-OGM», annonce Damien Lacombe. Aujourd’hui, le lait bio représente moins de 1 % du lait collecté par an par la coopérative qui compte 728 exploitations converties en bio et 59 en cours de conversion. Dans les deux ans, elle atteindra les 240 Ml de lait bio collectés. «On reste confiant dans le développement du lait bio dans les années à venir, assure le responsable. Il faudra néanmoins que l’on soit raisonnable sur son développement pour maintenir la valeur du bio et l’équilibre entre l’offre et la demande.»

Pour lui, c’est du côté de la restauration collective, avec l’obligation d’approvisionnement en produits de qualité et durables (dont 20 % de bio) à compter du 1er janvier 2022 qu’il y a une carte à jouer.

 

Egalim le retour

Autre sujet incontournable pour la coopérative et la filière lait : les négociations commerciales. Le président Lacombe tire un bilan positif de la première loi Egalim pour les producteurs Sodiaal : «Après trois ans d’application de la loi, cela a permis de rapporter plus de 50 millions d’euros (M) que nous avons pu reverser aux producteurs». Interrogé par les adhérents sur la formule de prix de la coopérative qui se base sur les prix de vente industriels en grande distribution (PVI) et non sur le prix de revient des producteurs, comme convenu dans le cadre de l’interprofession (Cniel), le président a défendu la ligne du conseil d’administration : «La référence au prix de revient existe dans le règlement intérieur de la coopérative mais il n’est pas intégré directement à la formule de prix», assume le responsable. Pour lui, argumente-t-il, la coopérative et ses producteurs doivent, avant toute chose, se considérer comme un vendeur de produits finis et transformés et non comme un collecteur de lait. 

Concernant Egalim 2, il se félicite de la sanctuarisation du prix de la matière première agricole même s’il rappelle aussi l’enjeu de l’augmentation des coûts de production au niveau de la transformation qu’il faudra aussi répercuter. «L’augmentation du prix doit se retrouver jusqu’au consommateur», considère-t-il. Avant d’ajouter : «Nous entrons dans une période électorale. Nous allons donc devoir jongler entre la loi Egalim 2 du ministre de l’Agriculture et les injonctions de Bercy en matière de défense du pouvoir d’achat.» Une année «intéressante» en perspective, résume le responsable.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

L214
Une pétition demande la dissolution de L214
Des agriculteurs ont lancé le 13 novembre une pétition en ligne pour dénoncer les agissements de l’association de protection…
«Soulagement» pour les agriculteurs futurs méthaniseurs d’Ailly-sur-Somme
Après une consultation publique houleuse, et plusieurs modifications pour tenter de contenter tout le monde, le projet d’unité de…
Poulehouse se grille avec ses partenaires
Partageant largement sur les réseaux sociaux son différend avec le groupe coopératif Noriap, sa filiale Cocorette et Œufs Nord…
Yann Joly espère que le Tribunal de grande instance de Paris reconnaîtra le «trouble anormal de voisinage» causé par  les éoliennes. Il pourrait ainsi réclamer une indemnisation financière des pertes liées à l’arrêt de son élevage laitier. 
Yann Joly devant le TGI : « Je n’ai plus rien à perdre »
Yann Joly, ancien éleveur laitier du Boisle, a vu son troupeau dépérir suite à l’implantation d’un parc éolien en 2011 et 2013.…
Le méthaniseur de Fabien et Anne-Sophie Niquet assure une complémentarité à leur activité d’élevage laitier. 
Une diversification méthanisation réussie : ils partagent leur expérience
Ces 26 et 27 octobre, Fabien et Anne-Sophie Niquet ouvrent leurs portes aux professionnels de l’agriculture puis au grand public…
Pour le sénateur Demilly, Mousline est « essentielle pour l'est de la Somme »
Le 28 octobre, le groupe Nestlé, propriétaire de la marque Mousline, a annoncé que les activités de production et de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde