Aller au contenu principal

Patrimoine canin
La crème des chiens d’origine picarde au château de Bainast

Le club des épagneuls de Picardie et Pont-Audemer donne rendez-vous à Béhen dimanche 26 juin aux éleveurs et passionnés de ces races de chiens emblématiques de la Picardie pour une exposition nationale d’envergure internationale. 

Entre l’épagneul bleu de Picardie, l’épagneul picard et l’épagneul Pont-Audemer, Serge Guilbert ne veut pas avoir à choisir et à livrer sa préférence, et pour cause, il est président du Club des épagneuls de Picardie et Pont-Audemer qui organise ce dimanche 26 juin dans la Somme la 39e édition de la Nationale d’élevage de ces trois races, à Béhen, au sud d’Abbeville.

En pleins préparatifs, milieu de semaine, Serge Guilbert s’attend à «un grand rendez-vous». «Ce sera la 101e Nationale organisée depuis la création du club», raconte-t-il, avant de détailler les coulisses de l’événement et sa portée. Pour l’occasion, quelque 157 chiens seront présents. «On a des chiens qui viennent du monde entier», s’enthousiasme le président du club qui cite des participations des États-Unis, du Canada, de Finlande, de République tchèque, du Bénélux et même d’Ukraine. 

 

Notation sous tous les angles 

L’objectif d’une «Nationale d’élevage», appelée autrement «championnat de France de race», c’est de confronter sur des critères de présentation des chiens d’une même race, avant d’en désigner les meilleurs représentants. «Ce type de rendez-vous permet de vérifier comment évolue le cheptel et de sensibiliser les éleveurs au respect des standards morphologiques d’une race», indique Serge Guilbert. Si l’on n’est pas expert, on peut rapidement y perdre son latin, mais le président du Club des épagneuls de Picardie et Pont-Audemer l’assure : «En un coup d’œil, on voit si le sujet qu’on nous présente est dans les clous… ou pas». En ce qui concerne le Bleu de Picardie, par exemple, «la robe doit être bleue, pas noire. La couleur de l’œil doit être en rapport avec la robe. Par rapport à la hauteur au garot, la longueur du corps doit être un dixième plus long…», etc. 

Pour ce qui est de l’épagneul picard, «la couleur de robe doit être marron, feuilles mortes… et la longueur de la tête doit être équilibrée». Le Pont-Audemer se distingue quant à lui (entre autres critères) par la touffe de poils frisés qu’il porte sur la tête et qui lui vaut son surnom de «clown des marais». Longueur de la queue, des oreilles, morphologie générale – l’ossature doit être solide mais pas lourde - sont aussi scrutés par des juges experts.  

 

Des chiens patrimoniaux pour la chasse

Chaque notation en dit long sur les standards à respecter par les éleveurs, qu’ils soient professionnels – et ils sont peu nombreux – comme amateurs. En termes d’effectifs, épagneul bleu de Picardie et épagneul picard se portent «bien», d’après Serge Guilbert. On compte en effet environ 200 naissances par an pour chacune de ces races. Pour le Pont-Audemer en revanche, «c’est nettement moins», avec tout au plus 20 naissances annuelles. Pour espérer acquérir l’un de ces chiens, il faut toutefois s’armer de patience : «Il y a des listes d’attente chez les éleveurs», constate le président picard.

Si certains propriétaires adoptent l’un de ces chiens comme animal de compagnie, la vocation de chacune de ces races est de chasser : «Ce sont des chiens doux, gentils avec tout le monde, y compris avec les enfants. Des personnes les choisissent pour animal de compagnie, mais ce sont avant tout des chasseurs. Ils ont été sélectionnés pour cela», rapporte M. Guilbert. Et d’ajouter : «Le plus important reste que le chien prenne du plaisir, que son propriétaire en prenne plaisir et que les deux prennent du plaisir ensemble». Si Serge Guilbert et les passionnés qui l’entourent sont aussi enthousiastes et motivés, «c’est parce qu’on a entre les mains une partie du patrimoine picard entre les mains. On ne veut pas laisser tomber ce que nos anciens ont fait». 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Tereos paiera ses betteraves 2022-23 «au moins autant que les concurrents»
Ce 9 juin, comme chaque année, la coopérative sucrière Tereos conviait les journalistes à une conférence de presse annuelle,…
Cristal Union avance un prix de betteraves très en hausse
En conférence de presse ce 13 juin, les dirigeants de la coopérative Cristal Union ont annoncé que les betteraves 2022 (en terre…
Compte tenu des annonces de prix pour les deux prochaines campagnes, l’usine  de Vecquemont devrait être approvisionnée en pommes de terre fécule sans trop de difficultés, même si des surfaces restent à trouver chez les producteurs  du grand nord de la France.
La Coopérative féculière de Vecquemont sauve «son» usine
Face à un industriel (Roquette) qui n’entendait pas revaloriser le prix d’achat de pommes de terre destinées à la transformation…
Dany, le bouilleur ambulant, est à cheval sur la paperasse : la législation est stricte.
L’alambic des établissements Charpentier sillonne encore la campagne
Il y a bien longtemps que le bouilleur ne fait plus bouillir la marmite des établissements Charpentier, basés à Beauquesne.…
Une partie de la Somme en vigilance sécheresse
Ce 16 juin, la préfecture de la Somme a annoncé le placement en vigilance sécheresse des bassins-versants de l’Avre et de la…
Groupe Carré
Le Groupe Carré gagne un peu plus la Somme
Le négociant en grains historiquement installé en Nord-Pas de Calais a inauguré le 21 juin une plateforme dédiée à la collecte…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde