Aller au contenu principal

La crise a confirmé l’attachement des Français au végétal

Les ventes de végétaux ont subi les conséquences l’année dernière de la crise sanitaire et, notamment, des deux périodes de confinement, souligne une étude détaillée réalisée par l’institut Kantar pour FranceAgriMer et l’interprofession Val’Hor auprès d’un panel de 7 000 foyers.

L’année 2021 pourrait être «exceptionnelle» pour la filière des végétaux d’ornement avec un réel engouement des Français pour l’aménagement de leurs extérieurs.
L’année 2021 pourrait être «exceptionnelle» pour la filière des végétaux d’ornement avec un réel engouement des Français pour l’aménagement de leurs extérieurs.
© Pixabay

«2020 aura été une année éprouvante marquée par des montagnes russes en matière de consommation», commentait il y a quelques jours Mikael Mercier, le président de Val’Hor. «Le bilan confirme cependant l’attachement des Français aux végétaux et leur envie de nature, ce qui me rend optimiste pour l’avenir.» Selon le pépiniériste, l’année 2021 pourrait même être «exceptionnelle», «la demande dépassant actuellement l’offre disponible.» Une étude réalisée pour FranceAgriMer et l’interprofession française de l’horticulture, de la fleuristerie et du paysage montre en effet qu’en dépit des restrictions au commerce des végétaux subies par le secteur l’année dernière, 75 % des foyers ont continué à acheter au moins une fois des végétaux dans l’année, une proportion comparable aux années précédentes.

En revanche, les quantités achetées sont en chute de près de 10 % (672 millions d’unités, contre 747 l’année précédente), une chute cependant moins marquée en valeur : - 6 % pour 2,6 milliards d’euros. «Le marché des végétaux a subi un recul généralisé, surtout en volumes achetés, sauf pour le marché des obsèques, qui est en progression, et celui des végétaux d’extérieur (ornement et potager), qui reste plutôt stable en valeur», précise Béatrice Guilbert, directrice conseil de Kantar.

Les ventes des producteurs en hausse

Particulièrement pénalisées par les deux confinements (et notamment le premier, au cours duquel les fleuristes étaient fermés), les ventes de végétaux d’intérieur n’ont pu rattraper leur retard au cours du deuxième semestre. «En revanche, les végétaux à destination du potager n’ont pas souffert des périodes de confinement du fait de leur plus grande disponibilité, notamment en grandes surfaces et jardineries lors du premier confinement et chez les producteurs», poursuit Béatrice Guilbert. Des chiffres qui confirment également «l’effet jardin» lié aux confinements, les foyers ayant consacré plus de temps au jardinage l’année dernière.

La perturbation des circuits de commercialisation a également provoqué une redistribution des cartes en matière de points de vente. Les volumes et dépenses de végétaux ont baissé dans pratiquement tous les circuits ; grande distribution, jardineries, libres-services agricoles, marchés et magasin de bricolage ou de décoration. Seules deux catégories ont vu leurs ventes progresser : les producteurs, bénéficiant de l’effet «proximité», et la vente par correspondance, la crise ayant accéléré la digitalisation du secteur.

Encore peu d’achats en ligne

Une autre étude qualitative, également menée par Kantar cette fois, sur les rapports qu’entretiennent les Français avec le végétal témoigne de la curiosité des Français pour les achats en ligne, 19 % se déclarant intéressés pour acheter des végétaux sur internet, 9 % ayant déjà franchi le pas. «La montée en puissance des achats en ligne pourrait faire doubler la part des Français qui achètent des végétaux sur internet, actuellement limité à un foyer sur dix», précise l’étude. Le niveau de satisfaction des Français ayant fait cette expérience «n’est cependant pas encore au niveau des canaux plus traditionnels», relève l’étude.

 

Concours national des jardins potagers 2021 : c’est le moment de participer ! 

Le Concours national des jardins potagers, créé en 2001, est organisé conjointement par l’Association Jardinot, la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), Semae et la Fédération nationale des jardins familiaux et collectifs (FNJFC). Ouvert à tous les jardiniers, de plus en plus nombreux, ce rendez-vous annuel récompense des potagers remarquables au niveau de la diversité des espèces et des variétés cultivées, des pratiques de jardinage et de l’esthétique du jardin. 

Tous les jardiniers peuvent candidater 
Si vous cultivez votre potager avec plaisir et passion, avec des pratiques respectueuses de l’environnement, si votre jardin accueille une grande diversité de légumes et qu’il est agencé avec goût, de manière rationnelle ou avec originalité, alors n’hésitez pas et participez au Concours national des jardins potagers 2021. 

À chacun sa catégorie 
Attenant à la maison, dans un ensemble collectif, dans un environnement paysager, à vocation pédagogique ou partagés, le concours prend en compte la diversité des potagers, de leur environnement et de leur vocation. À vous de choisir votre catégorie : 
• Jardin potager privatif, 
• Potager dans un ensemble collectif de jardins (centre de jardins, jardins familiaux...), 
• Jardin potager privatif situé dans un environnement paysager (demeure, château, grand parc...), 
• Jardin ou parcelle pédagogique, réalisé sur initiative individuelle ou avec la participation d’associations de jardiniers ou de sociétés d’horticulture, 
•  Jardins partagés, mis en place et cultivés au sein d’une entreprise ou par une association. 

Des récompenses pour tous les lauréats 
Le jury, composé de personnalités du jardin, désignera les lauréats en fonction de différents critères de sélection : 
- connaissance et diversité des plantes cultivées, combinaison des variétés en fonction de la saison, raisonnement et pertinence du choix des espèces et des variétés, 
- pratiques de jardinage, 
- esthétique avec la prise en compte de la disposition du jardin potager dans le site, l’originalité du tracé, les cultures associées (arbres fruitiers), le mariage des fleurs et des légumes, 
- motivation ; exemplarité du jardinier et/ou sa motivation, le but de son jardinage ainsi que l’originalité du jardin. 
En complément des distinctions, tous les lauréats nominés recevront l’ouvrage «Saveurs gourmandes du potager», des livres de jardinage, des abonnements à des revues, des semences, des végétaux et du petit outillage de jardinage. 

Participer : aussi simple que de semer et planter 
Pour participer, il suffit de télécharger le dossier d’inscription sur l’un des sites partenaires et de le renvoyer (par courrier ou par mail) accompagné de vos plus belles photos à la SNHF avant le 6 juillet 2021. Le dossier et le règlement sont également disponibles, sur simple demande, auprès de la SNHF ou par courriel à info@snhf.org. 
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Les plus lus

Les premières livraisons de betteraves sur le site Cristal Union de Sainte-Émilie ont débuté en milieu de semaine.
Chez Cristal Union, marché du sucre et interdiction des NNI boostent le prix
La coopérative Cristal Union a annoncé le 27 janvier dernier une revalorisation du prix des betteraves récoltées en 2023. Une…
Jaunisse de la betterave
La Cour européenne de justice casse l'attente d'une dérogation pour l'utilisation des NNI
La Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) vient de conclure dans un arrêt du 19 janvier que les États membres ne peuvent ré…
L’AG était l’occasion de valider la fusion avec La Flandre. De gauche à droite, Alexandre rivenet, ancien président  de La Flandre, David saelens, président de Noriap, et  Damien François, DG de Noriap.
Noriap tire son épingle du jeu dans le tumultueux contexte
Crise énergétique, hausse des matières premières, filière œuf à la peine, mais aussi projets, innovation, fusion… Noriap dressait…
Selon la coopération agricole, la production porcine bio représente 30 à 40 % de volume en trop.
De grands opérateurs encouragent les déconversions bio
Porc, lait, œuf ou volaille de chair : dans les filières biologiques en difficulté, de grands opérateurs encouragent les…
Concurrence d’autres cultures plus rentables, sécheresse en 2022, hausse des coûts des intrants…  Face à ces faits, les producteurs sont de plus en plus nombreux à se détourner de la fécule.
Fesneau reconnait un risque de «désengagement» des producteurs de fécule
Le 27 octobre 2022, le sénateur (LR) de la Somme Laurent Somon avait adressé une question écrite au ministre de l’Agriculture…
Tereos
Les outils de Tereos pour faire face à l’interdiction des NNI
Chez Tereos, pas d’augmentation de prix en vue pour les betteraves qui seront récoltées en 2023, mais des engagements techniques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Action Agricole Picarde
Consultez les versions numériques de l'Action Agricole Picarde et du site, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de l'Action Agricole Picarde